Habillage
Risques d’incendies dans les centrales nucléaires : des « lacunes » pointées par l’ASN
Actualité 

Risques d’incendies dans les centrales nucléaires : des « lacunes » pointées par l’ASN

actualisé le 25/06/2018 à 15h51

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) rendait public ce jeudi son bilan annuel 2017 du nucléaire, pour les installations de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Si trois des quatre centrales nucléaires de la zone sont considérées « dans la moyenne nationale », toutes présentes des « lacunes » concernant les risques d’incendies. Revue d’effectif.

« Nous constatons une gradation entre des « signaux faibles » et des départs de feu sur les quatre centrales nucléaires. La situation aujourd’hui n’est pas satisfaisante. (…) Dans les interventions, il y a des parades et des risques qui doivent être évalués. Tout ça n’est pas fait correctement. Soit les parades ne sont pas là, soit le risque est mal évalué. »

C’est Olivier Veyret, adjoint à la cheffe de la division de Lyon de l’ASN, qui le dit.

Ce « risque incendie » est pourtant considéré par l’ASN comme le risque principal en matière d’exploitation d’une centrale nucléaire.

Et pour 2017, l’Autorité de sûreté nucléaire observe un « relâchement dans les organisations » en matière de prévention incendie.

Dans la majorité des cas relevés par l’ASN, ce sont des sous-traitants d’EDF qui étaient en charge des tâches à réaliser (travaux, laverie, démentèlement,…).
L’ASN ne remet pas en question le principe de la sous-traitance. Mais prévient par la voix d’Olivier Veyret :

« C’est un partenariat. Si EDF a choisi de sous-traiter, qu’elle en assume les conséquences. EDF doit renforcer sa présence sur le terrain, avec une meilleure transmission de l’information et plus de surveillance. »

A la centrale du Bugey, des flammes d’un mètre et le plan d’urgence interne déclenché

C’est l’événement emblématique de l’année 2017. Pour l’ASN, ce qui s’est déroulé ce 19 juin est l’incident le plus grave. Le départ de feu a eu lieu sur le toit du bâtiment technique alimentant le réacteur numéro 5. Il a eu lieu lors de travaux d’isolation. Des flammes d’un mètre ont été constatées.

Le plan d’urgence interne a dû être déclenché conduisant au confinement des 1200 personnes en poste ce lundi après-midi-là la centrale nucléaire.

L’ASN note qu’« aucun blessé n’est à déplorer. Il n’a pas été observé de rejet radioactif dans l’environnement ».

Dans les centrales de Tricastin et Saint-Alban, « des signaux faibles »

Pour la centrale de Tricastin, selon l’ASN, il n’y a pas eu d’ « événements importants » mais des « signaux faibles », en dehors de la zone contrôlée.

L’adjoint à la cheffe de division prend l’exemple des soudures réalisées lors de travaux.

« Ce sont par exemple des projections d’étincelles lors de travaux à la meuleuse qui vont générer un départ de feu sur des déchets à proximité. »

Ce « manque de maîtrise » a été constaté par l’ASN à Tricastin mais aussi à Saint-Alban.

« Ce sont des départs de feu qui de devraient pas se produire », martèle Olivier Veyret.

A Saint-Alban, des flammes au niveau du sécheur de la laverie ont été constatées. Or, cette laverie avait déjà connu un départ de feu en avril 2015. Finalement, la laverie a dû être fermée. Et les vêtements contaminés doivent être acheminés sur d’autres sites nucléaires.

Centrale nucléaire de Tricastin. ©DR

Centrale nucléaire de Tricastin. ©DR

A Cruas, deux incendies dans la zone contrôlée


Trois centrales sur quatre ont la moyenne
Comme l’année dernière, l’ASN accorde des bons points au quatre centrales de la région pour l’année 2017. Saint-Alban est « parmi les meilleurs du parc français », Bugey se trouve « dans la moyenne des centrales EDF » tout comme Cruas. Seule la centrale de Tricastin est « en retrait par rapport à la moyenne ». Pour la centrale du sud de la Drôme, l’ASN a notamment imposé une mise à l’arrêt pendant deux mois en raison d’« une tenue insuffisante au séisme d’une portion de la digue du canal Donzère-Mondragon.
Ce bilan global est toujours à relativiser s’agissant des centrales nucléaires. Essentiellement parce que l’ASN se réfère à l’état général des installations d’EDF en France, jugé lui-aussi « globalement satisfaisant ».

La centrale nucléaire d’Ardèche a connu deux départs de feu en zone contrôlée en 2017. Le plus important a eu lieu le 7 septembre 2017, dans le bâtiment qui sert à traiter les déchets radioactifs avant leur départ. Les déchets y sont entreposés puis enveloppés, souvent avec dans du béton.

En septembre dernier, dans ce bâtiment de conditionnement des déchets, l’incendie s’est déclenché dans l’armoire séchante à l’intérieur de laquelle des filtres étaient entreposés. Dans son « état 2017 de la sûreté, l’ASN relève également que « la maîtrise des risques liés à l’incendie est en retrait par rapport aux années précédentes ».

A Superphénix, des risques d’incendie perdurent

Définitivement arrêtée en 1997, la centrale Superphénix, à Creys-Malville (Isère), est en cours de démantèlement.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet 2017, un départ de feu a affecté des déchets pollués au sodium en zone contrôlée. Dans sa lettre de suite après inspection, l’adjoint à la cheffe de division de Lyon en charge du démantèlement, Richard Escoffier explique :

« Des déchets étaient entreposés en attente de reconditionnement. Ces déchets nucléaires (tronçons de tuyauteries, coupons, vannes..), susceptibles de contenir une pellicule de sodium contaminé ou de soude, proviennent d’opérations de découpe des réservoirs réalisées par un sous-traitant sur des circuits sodés, en majorité non carbonatés ».

Ces déchets ont été entreposés dans la mauvaise zone car ils n’étaient pas considérés comme des éléments radioactifs par l’entreprise sous-traitante.

Lors de la conférence de presse, il a pointé une transmission d’information défaillante d’EDF à son sous-traitant :

« Les exigences qui ont été spécifiées au prestataire ne parlent pas de sodium. Or, les déchets en question étaient pollués au sodium [qui servait au refroidissement, ndlr]. Il y a un problème de surveillance du prestataire par EDF. »


L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.

En BREF

Pic de pollution à l’ozone : la circulation différenciée appliquée a minima à Lyon

par Rue89Lyon. 953 visites. 1 commentaire.

Canicule à Lyon : les bibliothèques sont fraîches et ouvrent plus tôt ✌️

par Rue89Lyon. 848 visites. 5 commentaires.

Des étudiantes de l’EM Lyon classées de façon graveleuse, dans un groupe privé Facebook

par Rue89Lyon. 2 395 visites. 2 commentaires.