Habillage
Procès du cardinal Barbarin : sera-t-il condamné pour non-dénonciation de crime pédophile ?
Société 

Procès du cardinal Barbarin : sera-t-il condamné pour non-dénonciation de crime pédophile ?

Ce lundi 7 janvier débute un procès hors norme au tribunal correctionnel de Lyon : celui de l’évêque en exercice de la ville, le cardinal Barbarin. Ce sont les suites de l’affaire Preynat (voir la chronologie ci-dessous), du nom de ce prêtre de Sainte-Foy-lès-Lyon mis en examen pour des faits d’agressions sexuelles sur des scouts.


70 victimes présumées du père Preynat recensées
L’association « La Parole libérée » a recensé plus de 70 victimes présumées du père Preynat. Dans la majorité des cas, les faits sont prescrits.

Depuis trois ans, les victimes du père Preynat ont une conviction : l’archevêque de Lyon a « couvert » le père Preynat alors qu’il était au courant de ces agissements.
En d’autres termes, le cardinal Philippe Barbarin est accusé de ne pas avoir dénoncé le curé auprès de la justice française.

Le déroulement des faits sur la révélation de cette affaire de pédophilie semble leur donner raison (voir la chronologie en haut de l’article). C’est pourquoi ces victimes ont décidé de saisir directement la justice après qu’une enquête préliminaire pour non-dénonciation a été classée sans-suite par le procureur de la République de Lyon, en août 2016.
Le parquet de Lyon avait toutefois confirmé que les autorités diocésaines avaient eu connaissance de soupçons visant le père Preynat entre 2005 et 2010, mais que cette période était couverte par la prescription qui est de trois ans en matière de non-dénonciation.

En mai 2017, c’est une nouvelle procédure qui a été enclenchée par les victimes toujours au sujet de l’aspect non-dénonciation de l’affaire. Le diocèse de Lyon avait réagi dans un communiqué en déplorant « un acharnement qui se trompe de cible et qui disperse les énergies inutilement au regard de l’objectif commun : la lutte contre la pédophilie.»

Six membres de l’Eglise catholique au procès

Outre le cardinal Barbarin, sept membres de la hiérarchie de l’Église sont cités à comparaître par les plaignants de La Parole libérée, de subalterne de l’évêque de Lyon jusqu’à un membre du Vatican.

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Luis Ladaria Ferrer, ne sera toutefois pas présent à l’audience. Le Vatican s’étant appuyé sur son immunité diplomatique pour ne pas qu’il se rende au tribunal correctionnel de Lyon.

Sollicité par le cardinal Barbarin, Luis Ladaria Ferrer avait demandé à l’évêque de Lyon de prendre contre le père Preynat « toutes les mesures disciplinaires adéquates, tout en évitant le scandale public ».

Le troisième évêque français dans une affaire de non-dénonciation de pédophilie

Le procès de l’évêque de Lyon est le troisième procès d’un haut responsable de l’Eglise catholique pour une affaire de non-dénonciation de crime pédophile.

En novembre dernier, l’ancien évêque d’Orléans André Fort a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs commis par un de ses subalternes. Ce prêtre, Pierre de Castelet, qui avait comparu lors du même procès, a été condamné à trois ans de prison dont un avec sursis pour agressions sexuelles sur mineurs.

L’abbé Pierre de Castelet, 69 ans, a été reconnu coupable d’attouchements sur des mineurs de 15 ans lors d’un camp organisé pendant l’été 1993, relate l’AFP. Quinze ans plus tard, l’un des participants, Olivier Savignac, adressait une lettre à l’évêché, affirmant avoir été victime d’attouchements.

L’évêque André Fort, en charge du diocèse d’Orléans de 2002 à 2010, n’avait pas transmis la lettre à la justice et s’était contenté d’éloigner le prêtre de tout contact avec les jeunes. Ce n’est qu’après l’arrivée du nouvel évêque, en 2010, que la justice a finalement été saisie.

En septembre 2001, l’évêque de Bayeux et Lissieux, Pierre Pican, a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé un prêtre coupable d’abus sexuels sur mineurs qui avait été condamné à dix-huit ans de prison un an plus tôt. C’était la première fois depuis la Révolution qu’une évêque français été condamné. Dans un « souci d’apaisement », il avait renoncé à faire appel.

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

Le promoteur phare de la Confluence, Jean-Christophe Larose, condamné pour abus de biens sociaux

par Rue89Lyon. 592 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pic de mobilisation pour l’« Acte VIII » des « gilets jaunes » à Lyon

par Rue89Lyon. 2 172 visites. 4 commentaires.

Nouvelle manifestation contre la loi asile et immigration de Collomb et ses « déclinaisons locales »

par Rue89Lyon. 809 visites. 2 commentaires.