Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Cité de la gastronomie : une ouverture en 2019 avec une ambition « au rabais » ?
FOOD !
FOOD ! est une rubrique dédiée aux mille façons que nous avons de nous nourrir, aux initiatives soucieuses des questions écologiques, aux circuits courts et alternatifs, aux restaurateurs et aux néo-spots bons et sains. Aux actus relatives à l'industrie agro-alimentaire. Rue89Lyon s'intéresse depuis sa création en 2011 à ces questions et les traite régulièrement dans des reportages, des portraits, via des applis et, même, des événements dans la ville. Pour vous rencontrer, manger, trinquer et discuter avec vous.
FOOD ! 

Cité de la gastronomie : une ouverture en 2019 avec une ambition « au rabais » ?

par Bertrand Enjalbal.
Publié le 10 juillet 2018.
Imprimé le 20 janvier 2021 à 03:47
3 138 visites. 1 commentaire.

La Métropole a entériné ce lundi le choix du prestataire qui gèrera la future Cité de la Gastronomie dans l’Hôtel Dieu en cours de rénovation, Magma Cultura, une entreprise espagnole. Comme dans le reste de ce grand bâtiment, la santé ou encore l'aspect recherche/nutrition, y est quasiment absente. Les élus de la majorité ont tenté de défendre un projet « ambitieux » face à une partie de l’opposition persuadée de voir naître un projet un peu fade, impossible à stopper désormais.

Lyon la voulait-elle vraiment, cette « Cité de la Gastronomie » ? En tout cas, en 2019 ouvrira officiellement dans une partie de l’Hôtel-Dieu rénové au bord du Rhône la « Cité internationale de la Gastronomie ».

On voit le bout de la queue d'un vrai « serpent de mer » à Lyon.
On a eu l'idée avant tout le monde -mais personne n'en veut

Le projet a été long à voir le jour. Il a souvent été reproché à Gérard Collomb, alors maire de Lyon et président de la Métropole, alors socialiste, d’y aller à reculons. Après que le « repas des Français » a été inscrit au patrimoine de l’Unesco sous l’impulsion de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, l’État lance en 2011 l’idée de créer une « Cité de la Gastronomie ».

À Lyon, on ne voit pas vraiment comment elle pourrait être... ailleurs qu’à Lyon.

La Ville et ses ambassadeurs expliquant au monde entier qu’elle est la « capitale mondiale de la gastronomie ». On se targue même dans la délégation lyonnaise d’en avoir eu l’idée dix ans avant tout le monde :

« Lyon avait déposé en 2001 au ministère de l’Agriculture un dossier proposant l’idée d’un carnet blanc de la gastronomie. Cela contenait en substance tout le projet et toutes les valeurs de la Cité de la gastronomie. Après ça (l’inscription du repas français au patrimoine mondial de l’Unesco, ndlr), il a bien fallu faire quelque chose de cette Mission, rattachée à l’Etat.

Au gouvernement, on a alors ressorti des cartons la proposition lyonnaise, et on s’est dit : ah oui, bonne idée, ils vont s’occuper d’un concours pour une Cité de la gastronomie », précisait un chef lyonnais à l’époque.

Mais Gérard Collomb semble y aller mollement, comme forcé et contraint par ce titre honorifique quasi auto-proclamé. Pas grand monde ne semble d’ailleurs croire dans cette idée de Cité de la Gastronomie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 12/07/2018 à 19h00
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Pollution de l’air : que change le nouvel indice de qualité à Lyon ?

par Laure Solé. 461 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Un téléphérique urbain à Lyon : les bons et les mauvais exemples, en France et à l’étranger

par Laure Solé. 4 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : en Haute-Savoie, stagnation de l’épidémie après l’embellie

par Colin Revault. 478 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×