Habillage
Chaîne humaine, coups de matraque et gazage : tous les partiels annulés à Lyon 2
Actualité 

Chaîne humaine, coups de matraque et gazage : tous les partiels annulés à Lyon 2

actualisé le 14/05/2018 à 21h31 : annulation de l'ensemble des partiels

[Article mis à jour] A l’université Lyon 2, les étudiants mobilisés contre la loi ORE et Parcoursup avaient prévu de « bloquer les partiels » qui doivent se dérouler cette semaine. Ce lundi, après une heure trente d’un face-à-face musclé entre les étudiants et les CRS, toutes les épreuves sur table ont finalement été annulées.

Ce matin, dès 6h30, environ 150 étudiants et une poignée de cheminots étaient présents devant l’unique entrée du campus Berges du Rhône, rue Chevreul. Ils formaient une chaine humaine pour empêcher l’accès aux salles de partiels. Sur la rue, se tenaient d’autres manifestants qui protestaient avec des slogans tels que : « Nathalie Dompnier [la présidente de Lyon 2, ndlr] on va tout casser chez toi ».

Vers 6h45, les CRS s’occupaient déjà d’extirper de manière musclée un par un les étudiants participants à la chaine humaine. Nous avons pu constater que plusieurs coups de matraque, de pied ou encore de poing ont été assénés aux manifestants pour lâcher la chaîne.

Une manifestante participant à la chaîne humaine devant l’entrée de Lyon 2 se fait trainer par terre par les CRS. ©SP/Rue89Lyon

D’autres CRS faisaient une ligne face aux étudiants pour les repousser loin de l’entrée de la fac. Pour avancer, les policiers ont notamment fait usage des gazeuses. Des coups de pied et de poing ont été encore encore distribués. Certains étudiants ont répondu en donnant quelques coups.

Les examens d’abord annulés pour lundi

En une heure, les CRS sont venus à bout de la chaîne humaine. Ils ont ensuite organisé un dispositif pour permettre aux élèves de rentrer dans l’université afin de passer leur partiel. Sur le côté droit du cordon de CRS, une entrée provisoire a été créée pour les élèves et les personnels de l’université.

Seulement une dizaine d’étudiants se sont présentés.

Un peu plus tard dans la matinée, un étudiant a été interpellé pour « outrage et rébellion », selon la préfecture du Rhône.

Les étudiants mobilisés effectuant une chaîne humaine devant l’entrée du campus des quais, rue Chevreul, le lundi 14 mai. ©SP/Rue89Lyon

Malgré tout, les étudiants sont restés devant la fac pour protester.

Après plus d’une heure et demi de face à face entre étudiants et CRS, la présidence a annoncé l’annulation des examens pour la journée. Idem pour le campus de Bron, les épreuves ont été annulées pour la journée.

Tous les partiels annulés

Ce lundi à 18h30, l’équipe présidentielle a finalement publié un message à la « une » du site de l’université annonçant la décision de ne pas « tenir les épreuves sur table prévues entre le 15 et le 29 mai ». Les étudiants seront informés « à partir de demain » des « modalités alternatives [qui] reposeront à la fois sur le contrôle continu et sur des devoirs à la maison ».

Dans son message, la présidence « condamne cette action [de blocage] qui se fait au détriment des étudiant.es de l’Université Lumière Lyon 2 en leur interdisant de valider normalement leur année. ». C’est face « au risque de voir le scénario de ce matin se reproduire les prochains jours », que l’équipe a décidé l’annulation.

A Grenoble, où les examens ont été annulés mercredi dernier, les épreuves se déroulaient normalement ce lundi, avec les forces de l’ordre positionnaient de « façon » préventive aux abords du campus. Mais à Aix-Marseille, les épreuves ont été annulées pour 700 étudiants en raison d’un blocage des bâtiments d’un campus sur la Canebière.

 


L'AUTEUR
Simon Pernin

En BREF

Pic de pollution à l’ozone : la circulation différenciée appliquée a minima à Lyon

par Rue89Lyon. 949 visites. 1 commentaire.

Canicule à Lyon : les bibliothèques sont fraîches et ouvrent plus tôt ✌️

par Rue89Lyon. 846 visites. 5 commentaires.

Des étudiantes de l’EM Lyon classées de façon graveleuse, dans un groupe privé Facebook

par Rue89Lyon. 2 387 visites. 2 commentaires.