Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Carnivores, pourquoi il faut manger moins de viande

Lire la suite sur liberation.fr

, ,

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.

Carnivores, pourquoi il faut manger moins de viande

SUR LIBERATION.FR

Des animaux élevés en batterie, boostés aux antibiotiques et abattus à la chaîne, des élevages polluants et de plus en plus centralisés, des nitrates qui dévastent ce qui reste de planète… Selon le rapport de la fondation Heinrich-Böll, on devrait diminuer la consommation de viande dans notre assiette, pour notre santé et pour la planète.

Au cours de sa vie, un Français consomme en moyenne 7 bovins, 33 cochons, 9 chèvres et moutons, 1 300 volailles et 60 lapins, selon le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture.

Soit un peu plus de 1 400 animaux d’élevage auxquels il faut ajouter 1 tonne d’animaux marins.

Un seul exemple : en France, 95% des porcs sont élevés dans des systèmes intensifs. Et 70% des 50 milliards de poulets tués dans le monde tous les ans sont élevés dans une stratégie industrielle. Le rapport de la Fondation Heinrich-Böll le rappelle :

«Avec l’utilisation de lignes de production sur rails, tuer une vache, l’éviscérer et la découper ne prenait que quinze minutes.»

Une méthode intensive pour un résultat peu écologique, selon le rapport publié fin février par la Fondation Heinrich-Böll et les Amis de la Terre. La consommation actuelle de la viande n’est pas soutenable.

Déforestation, pollution des sols, productions gourmandes en eau… Une seule solution, selon l’Institut : réduire notre apport en protéines d’origine animales de 20% aujourd’hui à 5% d’ici à 2050. Ou mieux, à défaut de devenir végétarien : diminuer par deux sa consommation de viande, ce qui revient à utiliser cinq fois moins d’eau.


#Agriculture

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

#végétarien

À lire ensuite


Boutiques de produits écolos à Lyon : la survie est-elle possible ?
Partager
Plus d'options