Vigies 

L’AS Duchère : « on ne peut pas être qu’un club de foot »

SUR L’EQUIPE.FR

Vingt-trois kilomètres et beaucoup d’euros séparent les deux principaux clubs de football Lyon. D’un côté l’OL en Ligue 1 et de l’autre l’AS-Lyon Duchère, dans le 9e arrondissement, en National. Mais la Duchère incarne la réussite sportive d’un club intimement lié à son territoire.

Le jour du huitième de final (perdu) en coupe Gambardella, le quotidien l’Equipe a réalisé un reportage de deux pages sur le club. Extraits.

Créé par les rapatriés d’Algérie, le club de football a vu le jour en 1964. Aujourd’hui, l’équipe sénior est en National avec un budget d’1,7 million d’euros.

« Ç’aurait pu tourner au communautarisme, observe Michel Tirroloni, le vice-président. Avant 2008, il n’y avait pas de Blancs dans les équipes de jeunes. »

Mohamed Tria, fils du cantonnier du quartier, préside le club depuis neuf ans :

« Pour nos collations et réceptions, j’ai instauré le porc à côté du halal. Moi, le musulman ! On ne peut pas être qu’un club de foot, on est d’abord un acteur social. Et on peut faire du social un outil d’excellence ».

Et il ajoute :

« J’ai pris une start-up avec une devanture CFA2 et rien derrière. La vie d’un club, c’est sa jeunesse surtout. On a lancé un programme de formation d’éducateurs diplômés, une dizaine par an. »

Et pour mieux s’enraciner, les statuts du club garantissent un tiers du budget aux actions sociales : forum des métiers, stages en lien avec les maisons de retraite… À noter également, l’ouverture d’une section féminine. Une quarantaine de jeunes filles s’entraînent au club.

Aujourd’hui, les licenciés remportent des prix pour leur comportement exemplaire et intègrent le lycée La Martinière. Les joueurs s’engagent en servant des repas aux Restos du Cœur.

Le président sourit : « Si un joueur n’a pas envie d’entrer dans le modèle d’entraide, il n’a pas sa place avec nous. »

Malgré ces constats positifs, l’AS Lyon-Duchère souffre de son image de club de banlieue. Le public boude encore les tribunes du stade Balmont, d’une capacité de 5 500 places.

Le manager du club, Jonathan Lessig, décrypte :

« Pour beaucoup de Lyonnais, aller à la Duchère, c’est loin, il faut monter la colline… »

L’image de la Duchère, classée en zone de sécurité prioritaire en 2012, ce sont les émeutes de 1997 et les barres d’immeuble. Une image qui semble peu à peu se redessiner.

 

A lire sur lequipe.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 725 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 739 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 618 visites. Aucun commentaire pour l'instant.