Vigies 

Center Parcs : quand la Région et l’Isère coupent les subventions des opposants

SUR STREETPRESS.COM
Les opposants au Center Parcs de Roybon payent le prix fort. L’enquête de Streetpress rappelle comment le Département de l’Isère et région Rhône-Alpes puis Auvergne-Rhône-Alpes ont sucré plus de 500 000 euros de subventions aux assos qui dénoncent l’impact écologique du projet.

1. « Chantage à la subvention » chez les pêcheurs

Septembre 2014, les pêcheurs de la Drôme (26) et de l’Isère (38) sont remontés comme des coucous. Depuis 2007, le groupe Pierre & Vacances projette de construire un Center Parcs sur la commune de Roybon.

Les deux fédés de pêche entendent, en cette fin d’été, mener une action en justice pour bloquer le futur chantier.

Le président de la fédération des pêcheurs de la Drôme Christian Brely parle de « chantage à la subvention » de la part du Département de l’Isère, largement favorable au projet de Center Parcs.

Au final, les pêcheurs de l’Isère bénéficient toujours des 50 000 euros de subvention. Ils ne se sont pas associés à leurs voisins de la Drôme pour mener une action en justice.

2. Coupes budgétaires pour la Frapna

En octobre 2014 la préfecture autorise le lancement des travaux. En réaction, la Frapna décide de s’associer au recours formulé par la fédération de pêche drômoise.
Sauf qu’au Département on ne voit pas l’action d’un bon œil.

Le premier coup viendra de la droite. Le conseiller Les Républicains (LR) Jean-Pierre Barbier présente en 2014 une motion visant à réduire les aides publiques accordées à la Frapna.

« André Vallini a été sensible aux arguments de la droite », assure l’élu vert Olivier Bertrand :
« Mais, politiquement, ce n’était pas tenable de pousser une motion de l’opposition ».

En mars 2015, le PS perd la majorité au département et Jean-Pierre Barbier (LR) devient président.
Il lui incombe de renégocier le contrat pour 2016. Le 22 juillet 2015, le dossier est remis sur la table et cette fois la Frapna Isère n’échappe pas à la coupe budgétaire cette fois-ci. En 2015 l’asso’ touchait 194.000 euros, la majorité de droite lui accorde une enveloppe de 50.850 euros pour l’année suivante. Soit une baisse de 70%. La balle touche en plein cœur.

Joint par StreetPress, le cabinet de Barbier « assume » :

Il évoque un « changement de paradigme ». Il précise que « le lien entre [la position de l’asso] et [la baisse drastique] des aides n’est pas mécanique », mais que le département ne veut effectivement plus subventionner les associations « dont la politique est contraire à celle du département ».

Une fois élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez fait voter 4,7 millions d’euros de dépenses pour faciliter l’implantation du Center Parcs. Un montant qui vient s’ajouter aux 7 millions d’euros alloués par l’ancienne majorité PS. Il va aussi mettre en œuvre sa promesse de « rééquilibrage » des subventions.

C’est à nouveau la Frapna qui est dans le viseur. En mai 2016, la région décide de modifier le contrat, pourtant pluriannuel, qui la lie à l’association. Et Wauquiez sort le sécateur. L’enveloppe allouée pour 2016 ne serait, selon un document que s’est procuré l’AFP, finalement que de 389 125 euros. Presque deux fois moins que l’année précédente, plongeant l’association dans de grandes difficultés.

3. Les chasseurs, favorables au Center Parcs, sont choyés

Parallèlement, les subventions aux chasseurs grimpent. La région vote une proposition de « partenariat » présentée par le vice-président du conseil Philippe Meunier. Celui-ci attribue, sur 3 ans, pas moins de 2 955 210 euros à la toute nouvelle (fusion des régions oblige) Fédération régionale des chasseurs d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Si la droite au pouvoir a décidé de travailler avec les écolos à fusils plutôt qu’avec la Frapna, c’est très vraisemblablement en partie à cause du projet de Center Parcs. L’Association communale de chasse agréée de Roybon, la commune qui doit accueillir le projet, s’est prononcée en assemblée générale « pour [le Center Parcs de Chambaran] avec des compensations ».

A lire sur streetpress.com

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manif du GUD interdite : combien de militants d’extrême droite dans les rues de Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 869 visites. 3 commentaires.