Politique 

3 millions d’euros pour les chasseurs, ou la biodiversité selon Laurent Wauquiez

actualisé le 21/09/2016 à 09h15

« Ils le valent bien, comme dit la publicité », explique Philippe Meunier au sujet des chasseurs. Le vice-président en charge notamment de la chasse et la pêche à la Région Auvergne-Rhône-Alpes (qui mixe aussi étonnamment dans sa vice-présidence « la sécurité « et les « partenariats internationaux ») justifie ainsi l’enveloppe de quasi 3 millions d’euros qu’il prévoit de donner à la fédération régionale des chasseurs :

« Il y a deux façons de voir la ruralité, la préservation de la biodiversité, l’aménagement du territoire : soit on le voit du côté des bobos des villes, soit on discute avec les acteurs du monde rural qui connaissent le territoire parce qu’ils le pratiquent tous les jours et tous les week-ends lorsqu’ils chassent », a-t-il déclaré notamment sur lemonde.fr (avec AFP).

Robert De Niro dans "Voyage au bout de l'enfer", de Michael Cimino (1978). DR

Robert De Niro dans « Voyage au bout de l’enfer », de Michael Cimino (1978). DR

Toujours l’image de ces « bobos » que la droite radicale au sein du parti Les Républicains aime projeter régulièrement : Nicolas Sarkozy dans un séminaire du parti sur « l’agriculture et la ruralité » avait fait part de ses craintes de voir « notre puissance agricole (…) remplacée par la possibilité donnée aux bobos d’aller faire leurs courses à la ferme dans le cadre des circuits courts ».

Pour Monique Cosson, présidente du groupe du « Rassemblement citoyen » (EELV notamment), ne décolère pas devant l’annonce de cette nouvelle subvention :

« Cela va trop loin. C’est de la politique à la hache, avec large financement clientéliste des chasseurs ou des défenseurs de l’agriculture intensive et un assèchement de tous les protecteurs de la nature. »

La Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature) a en effet été l’une des première victimes des coupes budgétaires décidées par Laurent Wauquiez, président de région qui cherche pas moins de 75 millions d’euros d’économies cette année et jusqu’à 300 millions d’euros d’ici la fin de son mandat.

La Frapna a vu sa subvention réduite de 50%, passant à 385 000 euros en 2016, contrainte d’envisager le licenciement d’une vingtaine de personnes.

Dans un article de mai 2016, nous révélions que les premières coupes (larges) décidées par Laurent Wauquiez visaient l’agro-écologie, le système des Amap, notamment.

L’enquête avait suscité une salve de commentaires, parmi lesquels un observateur de la vie politique locale avait lancé, mi-agacé mi-goguenard :

« On ne finance que ses amis et ceux qui peuvent nous soutenir politiquement. Je ne vois pas pourquoi Laurent Wauquiez irait soutenir des organisations de gauche ou qui embauchent des militants écologistes. Il veut les tuer dans l’oeuf, c’est le jeu de l’alternance. Même si, là, il le fait de façon très visible, un peu grossière ».

« Le Chasseur de sanglier » ou les saines lectures du FN

Laurent Wauquiez, toujours dans le domaine de l’environnement, ne montre aucun enthousiasme à voir s’étendre un parc naturel régional (PNR), qui présenterait « trop de contraintes écologiques ».

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (EELV, Parti de Gauche et Nouvelle Donne)  ont d’ailleurs déposé ce mois un recours devant le tribunal administratif de Lyon pour « contester l’abrogation du parc naturel régional des gorges et sources de l’Allier décidée par la majorité de Laurent Wauquiez le 7 juillet dernier ».

Toujours dans le même sens et concernant cette fois la montagne dont la grande région est riche, Laurent Wauquiez n’a pour le moment prévu qu’un aspect touristique réduit (c’est à dire hivernal), envisageant dans son « plan neige » 200 millions d’euros pour, notamment, des canons à neige artificielle dans les stations de ski.

La belle enveloppe (de 2 955 210 euros exactement) à destination des chasseurs doit être soumise au vote lors de la prochaine assemblée plénière, le 22 septembre prochain. Et alors que Laurent Wauquiez avait assuré qu’il ne financerait plus le fonctionnement des associations ou organisations, la fédération régionale des chasseurs devrait bénéficier d’une subvention justement dédiée à son fonctionnement, à hauteur de 240 000 euros par an, « pour l’éducation à l’environnement ».

Les écologistes ont déjà promis qu’il remettrait en cause cette délibération.

En revanche, Laurent Wauquiez devrait une fois de plus satisfaire aux injonctions et espoirs des élus FN de l’assemblée régionale qui, eux, protestaient contre « le scandale des subventions aux associations écolos » révélé dans un magazine spécialisé, « Le Chasseur de sanglier ».

À moins que le président de région Les Républicains ne finisse par les agacer, en chassant ainsi le « gibier électoral » de prédilection du parti de Marine Le Pen.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 984 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 394 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.