Société 

Un éphémère raout à Lyon : le Festival mondial des roses

actualisé le 30/05/2015 à 22h14

[Dans nos archives] Un Festival mondial des roses à Lyon. Rien que ça. L’ambition (mondiale) et le sujet (les roses) ont de quoi surprendre. En ces temps de restrictions budgétaires, la municipalité lyonnaise continue d’afficher ses ambitions en matière d’attractivité internationale. A la veille de l’événement, nous vous re-proposons la lecture de cet article -initialement publié le 1er avril 2015.

Un festival autour des roses. Le maire PS de Lyon Gérard Collomb y pensait depuis quelques années déjà, nous dit-on. Gilles Buna, l’ancien adjoint écologiste à l’urbanisme portait le projet. L’occasion aurait été la tenue du Congrès mondial des Sociétés de roses du 27 mai au 1er juin prochains.

Une « méthode lyonnaise », assure le premier adjoint Georges Képénékian, premier adjoint en charge de la culture et qui porte avec son collègue Alain Giordano (délégué aux espaces verts) le projet :

« Comme à l’occasion du Congrès mondial des bibliothèques en août 2014, on fait un unique événement à côté ».

Le parallèle s’arrête là : pour ce Festival mondial des roses, l’événement, même unique, sera bien plus massif.

Georges Képénékian à la conférence de presse de présentation du Festival mondial des roses à Lyon.©LB/Rue89Lyon

Georges Képénékian à la conférence de presse de présentation du Festival mondial des roses à Lyon.©LB/Rue89Lyon

Une démarche de marketing territorial

Vendre Lyon à l’international, particulièrement comme une ville de congrès, est une des obsessions de la municipalité. En mêlant congrès et événement autour de la rose, deux objectifs sont poursuivis :

  • toucher un public international, surtout anglo-saxon, majoritaire chez les passionnés des roses.
  • associer Lyon à la rose dont l’image est plutôt liée à de la production haut de gamme.

Georges Képénékian déroule :

« Lyon, ce n’est pas seulement la gastronomie et le cinéma, c’est aussi la rose ».

Les deux premiers pans du patrimoine lyonnais disposent de leur événement : le SIRHA/Bocuse d’or pour la gastronomie et le Festival Lumière pour le cinéma.

Il fallait donc créer un événement autour des roses pour ajouter une touche de poésie à l’image de Lyon. Lors de la conférence de presse, on a même compté sur la présence du comédien « Yannick » qui a déclamé des poèmes de Pierre de Ronsard et de Rainer Maria Rilke.

Transfigurer l’histoire lyonnaise

Pour réussir cette association de Lyon à la rose, encore faut-il qu’elle soit ancrée dans le territoire. Historiquement, c’est le cas, comme l’expose cet article du site Ruralia. Lyon est une terre de rosiéristes, les botanistes qui créent les nouvelles variétés de roses. Ils étaient une quarantaine à être installés au XIXe siècle essentiellement sur la rive gauche du Rhône, surtout dans l’actuel 8e arrondissement.

Au moment de ce l’on nomme « l’âge d’or », au milieu du XIXe, Lyon a été la capitale de la rose. Et plus de 3 000 variétés auraient été créées jusqu’à la Première guerre mondiale.

Variété "La France" inventée par Jean-Baptiste Guillot  fils en 1867. Un des grands noms de roses de l'"âge d'or" lyonnais. Photo de 2009. © Ville de Lyon

Variété « La France » inventée par Jean-Baptiste Guillot fils en 1867. Un des grands noms de roses de l' »âge d’or » lyonnais. Photo de 2009. © Ville de Lyon

Aujourd’hui, il reste une dizaine de PME familiales issues de ces dynasties de rosiéristes. La pression urbaine leur ont fait quitter Lyon pour s’installer dans la grande région lyonnaise, essentiellement dans le Nord-Isère et dans la Loire.

Ces petites entreprises d’une dizaine de salariés continuent d’inventer les roses de demain. Si on les regroupe toutes, Lyon continue d’être à la première place européenne dans la création de nouvelles variétés.

Mais il s’agit de rosiers. Et ces rosiéristes lyonnais (autrement appelés obtenteurs) vivent surtout des royalties que leur versent les producteurs de rosiers qui sont, en France, implantés principalement dans la région d’Angers.

Quant à la rose coupée que vous trouvez chez votre fleuriste, elle pousse au Kenya, en Ethiopie, en Colombie ou en Equateur.

La rose baptisée « Only Lyon » ne fera pas exception. Cette rose inventée par Arnaud Delbard (qui nous vient de l’Allier) sera « baptisée » du nom de la marque qui promeut Lyon sur la scène internationale le 29 mai. Elle va pousser au Kenya. En somme on s’éloigne un peu de la « diffusion à l’international du savoir-faire lyonnais », que cette ambassadrice de la fleur est censée porter.

La grande roseraie du parc de la Tête d'Or. ©Ville de Lyon

La grande roseraie du parc de la Tête d’Or. ©Ville de Lyon

Un festival épargné par les restrictions budgétaires


Autour des roses, 460 animations d’avril à octobre
Les chiffres et le temps consacrés sont imposants. Les animations majeures seront toutefois concentrées du 29 au 30 mai en parallèle du Congrès mondial des Sociétés de roses. A noter durant ce week-end, la transformation des places des Terreaux, de la République et des Jacobins qui devraient être envahies de rosiers au maximum de leur floraison. En même temps, au parc de la Tête d’Or, on comptera des dizaines d’animations et d’installations.

Le festival commence dès le 4 avril avec une expo sur les grands rosiéristes lyonnais à l’Orangerie, suivie d’autres expos aux musées Gadagne et à celui de l’imprimerie.

Pour le moment, il n’y pas de sites Internet qui regroupe l’ensemble du programme.

Dans un contexte où chaque direction de la Ville de Lyon est invitée par Gérard Collomb à faire le maximum d’économie, l’opportunité d’organiser ce Festival mondial des roses se pose.

La Ville de Lyon finance à hauteur de 100 000 euros le Congrès, a déclaré Alain Giordano, l’adjoint aux espaces verts.

Il en coûtera un peu plus pour les animations au parc de la Tête d’Or (75 000 euros) et en Presqu’île (50 000 euros). Le prix global n’a pas été communiqué.

« Rien à voir avec la Fête des Lumières qui nous coûte 3 millions d’euros, ou le Festival Lumière à 2 millions d’euros. Le projet a été lancé en 2009, avant les coupes budgétaires », explique Georges Képénékian.

La méthode ? De nombreux sponsors (privés) et, selon le premier adjoint, « l’anticipation » :

« Quand c’est organisé longtemps à l’avance, on fonctionne sur le budget prévu de chaque structure ».

Une photo d'une des oeuvres montée pour le festival, publiée sur le compte Facebook de Gérard Collomb.

Une photo d’une des oeuvres montées pour le festival, publiée sur le compte Facebook de Gérard Collomb.

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 573 visites. 1 commentaire.