Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Sorties à Lyon : la sélection culture de la rédaction du 19 au 25 avril

La scène locale est à l’honneur dans nos sorties à Lyon cette semaine avec deux concerts très lyonnais et avec le créateur du logo du TNP. Il y aura aussi un seul en scène premium et du foot au théâtre. N’hésitez pas à compléter avec vos bons plans en commentaires.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.

Sorties à Lyon TNG Socrates Frédéric Sonntag

À l’affiche

Affichiste, typographe, designer, graphiste… Marcel Jacno jongle avec les arts du dessin avec un certain succès. On lui doit : le fameux casque qui orne les paquets de Gauloises, de nombreuses manchettes de journaux, des pubs pour Révillon ou Guerlain, et même le fameux caractère Chaillot qui fait l’identité visuelle du TNP. Reconnaissant, le théâtre villeurbannais a choisi de lui rendre hommage et rendre à Jacno ce qui revient à Jacno. Il présente une exposition de ses œuvres les plus emblématiques mais aussi de travaux en cours (croquis préparatoires, esquisses, brouillons) qui les ont précédés. L’occasion de renouer graphiquement avec une autre époque.

Jacno, un homme de caractères. Au TNP jusqu’au 30 juin.

Sorties à Lyon TNP Jacno Esquisses
Esquisses. Jacno.

Vincent Dedienne

Star de l’humour télévisuel et maintenant du cinéma, Vincent Dedienne s’était révélé sur scène entre 2014 et 2018 avec S’il se passe quelque chose. Un seul en scène incontournable qui remporta le Molière de l’humour en 2017. Performance réitérée l’an dernier avec Un soir de gala, son deuxième spectacle en solo qu’il joue depuis 2021. Il y incarne encore davantage de personnages. Une performance à la fois moderne et à l’ancienne, lorgnant vers ses idoles Jacqueline Maillan et Muriel Robin. Or, comme il peut tout jouer – ce qu’il prouve au cinéma – ça marche du feu Dedienne.

Un soir de Gala de Vincent Dedienne. À la Bourse du Travail les 19 et 20 avril.

Revival rock

Si l’on a eu la vingtaine à Lyon il y a… 20 ans, il est difficile de passer à côté de ce concert. Pour fêter justement les 20 ans de sa naissance, le groupe Fake Oddity, séparé depuis une décennie remonte sur scène. À cheval entre les années 2000 et 2010, le groupe mené notamment par le chanteur d’origine turque Faik Şardağ offre un concert aux nostalgiques de ce rock musclé, devenu plus pop au fil des ans. Le groupe fit les bonnes heures d’une scène pop lyonnaise alors particulièrement vivace. Attention, c’est un one shot et donc sans doute le dernier de leurs quelques 300 concerts donnés sur la période.

Fake Oddity. À la Marquise le 21 avril.

Rodeo pop

The Rodeo, c’est Dorothée Hannequin, lyonnaise d’adoption, qui officie depuis plus d’une décennie sur les terrains de la pop à la française. La jeune femme vient de publier Arlequine, un disque baroque qui emprunte aussi bien à la pop internationale des années 60 et 70 qu’à la chanson française de la même période. Elle fait également un détour par les années 80 – la culte Jil Caplan apparaît sur le disque. Un vrai retour en grâce pour ceux qui ont suivi son évolution musicale. Une découverte à faire impérativement pour les autres.

The Rodeo au Sonic le 20 avril.

Foot philosophie

Petit à petit, le sport en général, et le football en particulier longtemps ignoré par le théâtre, a fait son entrée sur un certain nombre de scènes sous la plume des meilleurs dramaturges. Il faut dire aussi qu’il y a des figures particulièrement romanesques (et donc théâtrales) à exploiter. Comme Socrates, mythe du football brésilien, mais avant tout homme de conviction.

Avec son club des Corinthians, il fonda sous la dictature brésilienne la Démocratie corinthienne. Chaque décision concernant l’équipe était débattue et votée (le jardinier du club ayant le même poids que ses stars). Il ne cessa d’inciter les Brésiliens aux votes pour se débarrasser des généraux au pouvoir. Frédéric Sonntag a fait sienne cette figure homonyme du philosophe grec. Dans sa pièce, l’on voit le footballeur dialoguer avec le père de la philosophie morale. Au lendemain d’une défaite brésilienne en Coupe du Monde ils se demandent : « Que gagne-t-on à perdre ? » Par là, il revient sur les vertus de l’organisation collective.

Socrates. Au Théâtre Nouvelle Génération du 25 au 28 avril.

Sorties à Lyon TNG Socrates
Socrates et la démocratie corinthienne. DR.

#Bourse du travail

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options