Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
La marche à pied en recul à Lyon, bonne ou mauvaise nouvelle ?
Transport 

La marche à pied en recul à Lyon, bonne ou mauvaise nouvelle ?

par Bertrand Enjalbal Oliveira.
Publié le 23 juin 2022.
Imprimé le 29 juin 2022 à 18:11
1 237 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Série 3/3] Dans la métropole de Lyon, la pratique de la marche pour se rendre au travail recule quasiment partout y compris dans Lyon. Une évolution qui traduit en partie la progression du vélo ou des transports en commun. Mais qui a changé notamment depuis la pandémie de Covid.

12 sur 59. C’est le nombre de communes de la métropole de Lyon où la marche à pied n’a pas reculé depuis 2008. Soit un cinquième des communes. Partout ailleurs, la proportion de la marche dans les trajets domicile-travail a diminué entre 2008 et 2018. Même dans certains secteurs où on l’imaginerait plus importante.

La marche à pied diminue plus faiblement dans Lyon qu’en périphérie

La rue piétonne Victor Hugo, qui donne sur la place Carnot, Lyon 2è. ©LS/Rue89Lyon
La rue piétonne Victor Hugo, qui donne sur la place Carnot, Lyon 2è. ©LS/Rue89Lyon

À première vue, « on peut être déçu et surpris de la réalité de ces chiffres », commence de Pierre Rauzada, président de l’association « Les droits du piéton », basée à Lyon depuis 1975.

Les chiffres de l’Insee montrent notamment une faible part modale de la marche à Lyon -une commune pourtant très dense. Dans le 6e arrondissement, 8,19% des actifs se rendaient au travail à pied en 2018. C’est la proportion la plus importante dans Lyon. Ailleurs, la marche est parfois quasiment inexistante :

  • 1er arrondissement : 0,98% des actifs
  • 2e arrondissement : 0,91%
  • 3e arrondissement : 3,7%
  • 4e arrondissement : 3,17%
  • 5e arrondissement  : 1,82%
  • 6e arrondissement : 8,19%
  • 7e arrondissement : 0,49%
  • 8e arrondissement : 2,15%
  • 9e arrondissement : 1,88%

Les deux tiers des arrondissements de la ville font partie des secteurs où la marche est la plus faible, au sein de la métropole de Lyon. Elle est moins utilisée qu’à Jonage (2,38% des actifs), Charly (3,6%), Mions (4,3%) ou Genay (4,54%).

Plus proche de Lyon, la marche est plus développée à Villeurbanne (13,87% des actifs en 2018), à Rillieux-la-Pape(10,69%), à Vénissieux (9,4%) ou àOullins (13,3%). La marche est aussi relativement développée dans certains secteurs des Mont-d’Or (Poleymieux, Couzon, Saint-Cyr ou encore Champagne).

Sélectionner « À pied » dans le menu déroulant de la carte ci-dessous

La marche à pied s’efface-t-elle derrière les transports en commun et le vélo à Lyon ?

Métro ligne B à Lyon
Rame de métro de la ligne B dans la station Jean Macé à Lyon. Photo Mélany Marfella/Rue89Lyon

Ces chiffres sont-ils une mauvaise nouvelle ? Pas forcément si l’on se place dans une perspective de développement des modes doux ou collectifs. Les chiffres de l’Insee semblent plutôt montrer une corrélation entre la progression de la part modale des transports en commun ou du vélo et la diminution de la marche.

« S’il y a moins de piétons mais davantage d’usagers des transports en commun ou de cyclistes, ça ne me gêne pas. On voit qu’il y a un effet de vases communicants avec le vélo et les transports en commun. La période 2008-2018 est celle de l’essor du vélo et de la culture vélo à Lyon. Il y a eu aussi des créations ou des prolongements de lignes de transports en commun dans la métropole. »

Pierre Rauzada, président de l’association Les droits du piéton

Une analyse qui semble se vérifier dans Lyon et certaines communes de la proche périphérie. Entre 2008 et 2018, la marche à pied est globalement en retrait. C’est le cas dans les 1er, 2e, 5e et 7e arrondissements de Lyon. Ou encore à Vénissieux (-2,12 points), à Bron (-2,55 points), à Vaulx-en-Velin (-2,4 points) ou à Décines (-2 points).

Sélectionner « À pied » dans le menu déroulant de la carte ci-dessous

La marche à pied, un mode de déplacement des employés dans la métropole de Lyon ?

La part modale de la marche semble donc directement liée à l’offre de transports en commun ; mais aussi à l’éloignement du lieu de travail. Ainsi, la part modale de la marche est faible dans Lyon où les transports en commun sont très denses. Elle est également faible dans une sorte de seconde couronne, notamment à l’est, où les transports en commun sont peu nombreux et où les actifs travaillent souvent dans une autre commune que celle de leur résidence.

Elle semble aussi liée à la catégorie sociale. Les chiffres de l’Insee montrent que dans la métropole de Lyon, elle se caractérise par une forte proportion d’employés. En 2018, 41,5% des actifs de la métropole de Lyon se rendant au travail à pied étaient des employés. C’est deux fois plus que les professions intermédiaires et près de trois fois plus que les cadres.

Sélectionner « À pied » dans le menu déroulant de la carte ci-dessous

La marche n’est toutefois pas le mode de déplacement professionnel le plus répandu chez les employés. Ils étaient 11% dans l’ensemble de la métropole de Lyon à se rendre au travail à pied en 2018. La voiture reste le moyen de transport le plus utilisé par cette catégorie socio-professionnelle. C’est toutefois celle qui l’utilise le plus.

Les chiffres de la marche à pied relativement élevés dans l’est lyonnais peuvent s’expliquer par ce marqueur socio-économique. En regardant une carte de la répartition des employés dans la métropole de Lyon, on voit assez nettement une forte présence dans le 8e arrondissement de Lyon, à Vénissieux, à Bron ou certains secteurs de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin.

Après les employés, ce sont les professions intermédiaires (6%) et les cadres (5%) qui se rendent le plus à pied au travail dans la métropole de Lyon. Une situation qui peut expliquer en partie la part modale élevée dans certaines communes de l’ouest lyonnais et des Monts d’Or. Elles constituent les rares endroits où la part modale de la marche progresse.

Un plan piéton dans la métropole de Lyon ?

Lundi 27 juin 2022, le conseil de la Métropole de Lyon va voter un « Plan piéton ». De quoi s’agit-il ? Rien de nouveau, simplement un habillage de différents aménagements, de voirie essentiellement, déjà lancés :

  • élargissements de trottoirs (avec une norme fixée à 2 mètres de large minimum)
  • création de « traversées piétonnes »,
  • piétonisation d’abords d’écoles
  • régulation du trafic via les feux tricolores avec des plages vert piéton, avant-vert piéton et piéton et vert intégral piéton plus grandes

La marche à pied en augmentation après le Covid à Lyon ?

Le jeudi 19 mars, jour 3 du confinement à Lyon. ©LB/Rue89Lyon.
Le jeudi 19 mars 2020, jour 3 du confinement à Lyon. ©LB/Rue89Lyon. La Rue de la République déserte

La marche est-elle trop invisibilisée ? Sûrement en partie du fait des biais statistiques. Seul le mode de transport dit le plus « lourd » est retenu par l’Insee (voir ci-dessous). Par ailleurs, les données les plus récentes sur la mobilité professionnelle issues du recensement de la population datent de 2018. Ils ne prennent donc pas encore en compte la crise du Covid et ses conséquences.

Elles sont réelles. On sait par exemple que que sur le réseau TCL, tous les voyageurs ne sont pas revenus. La baisse de fréquentation du réseau a été très importante en 2020 (de l’ordre de 35% environ) et en 2021. Elle était jusqu’ici en augmentation constante. Le Sytral estime à 2024 ans un potentiel retour à la fréquentation de 2019.

Pour l’heure, on ne connaît pas celle sur la marche à pied. Dans un contexte de baisse de la fréquentation des transports en commun, de développement du télétravail mais aussi d’un retour à la voiture, seront-elles positives pour la marche ?

« C’est possible que le mode piéton ait repris de l’importance dans les déplacements domicile-travail », estime Pierre Rauzada.

Les chiffres sur les déplacements dans la métropole de Lyon

Les chiffres présentés ici sont issus du recensement de l’Insee. Le jeu de données le plus « frais » concerne l’année 2018. Ces chiffres concernent uniquement la mobilité professionnelle. Il s’agit donc du mode de déplacement des personnes actives (en emploi ou en recherche d’emploi) pour leurs trajets domicile-travail.

Nous avons par ailleurs isolé dans ce jeu de données très conséquent les seuls actifs résidant dans la métropole de Lyon. Ceci afin de présenter les modes de transports privilégiés par les seuls habitants actifs d’un arrondissement ou d’une commune de la métropole de Lyon. Cela exclut donc certains déplacements de personnes venant travailler dans une commune de la métropole de Lyon.

Les limites de ces statistiques

Dans ses statistiques l’Insee ne conserve qu’un seul mode de transport pour chaque actif. Ainsi, en cas d’usage de plusieurs modes de transports pour se rendre au travail, l’Insee ne retient que le mode de transport dit le plus « lourd ». Par exemple, en cas de début de trajet à vélo ou à pied puis d’utilisation des transports en commun, le seul mode de transport retenu sera le transport en commun. Ce choix statistique peut ainsi minimiser la part modale de transports dits plus légers ou doux.

Dernier point : ces statistiques sont établies à partir des enquêtes du recensement. Elles se basent donc sur les données déclaratives des personnes recensées.

> Voir la méthodologie complète

Article actualisé le 23/06/2022 à 09h56
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal Oliveira
Bertrand Enjalbal Oliveira
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Piqûres dans les salles de concert à Lyon : « Notre priorité est la prise en charge des victimes »

par Marie Allenou. 304 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dématérialisation des demandes de titres de séjour à Lyon : « Une reconnaissance de la défaillance de l’État »

par Marie Allenou. 411 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, un rassemblement contre les violences d’extrême droite ce mercredi soir

par Rue89Lyon. 237 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×