Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Conférence à Lyon : “Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés”
Voix à lire
Ce sont des écrivains, des universitaires, des scientifiques, des experts, des intellectuels, des activistes, des personnalités reconnues dans leur domaine. Ils ont quelque chose à nous dire. Pour ouvrir le débat.
Tribune Voix à lire 

Conférence à Lyon : “Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés”

par Tribune.
Publié le 1 novembre 2021.
Imprimé le 06 décembre 2021 à 18:05
854 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les tiers-lieux, autrement dit les espaces culturels et créatifs, les espaces de coworking, les ateliers partagés, les fablab aux services hybrides, sont le plus souvent associés aux espaces les plus métropolisés, ceux où les intensités en tous genres sont les plus fortes et où se situent de nombreuses friches disponibles temporairement.

Pourtant, de nombreuses autres expérimentations se font en dehors des territoires très urbanisés. Quelles sont-elles ? Répondent-elles à des besoins singuliers ? Empruntent-elles des modes opératoires différents ? Convoquent-elles d’autres acteurs ? Ces questions seront abordées au cours de la session des “Mercredis de l’Anthropocène de ce 3 novembre”.

Cette séance se déroulera de 18h30 à 20h à l’Hôtel71 (Lyon 2e) dans le quartier Confluence, sur les bords du Rhône. La présentation d’un pass sanitaire valide et le port du masque sont obligatoires. À écouter également en podcast. Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la Rentrée Anthropocène #2021.

Retrouvez ci-dessous le texte écrit par Raphaël Besson, expert en socio-économie urbaine et docteur en sciences du territoire. Ce texte a également été publié dans le journal Cabanon Vertical :

Le Cabanon Vertical, les nouvelles règles de la méthode urbanistique

Le Cabanon Vertical s’inscrit dans une nouvelle génération d’architectes, d’urbanistes, de paysagistes, d’artistes, de designers ou encore de constructeurs, qui tente de renouveler les modalités théoriques et pratiques de la fabrique urbaine.

La nouvelle poétique urbaine proposée par Le Cabanon Vertical est fondée sur la coopération, la transdisciplinarité, le prototypage, l’expérimentation, le non-programme, le transitoire, l’éphémère, l’économie des moyens et la culture ancrée dans l’espace public.

Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés Une photo par Gilles Gerbaud
Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés. Une photo par Gilles Gerbaud.

Loin des logiques de programmation et de planification, Le Cabanon Vertical invente de nouvelles installations et scénographies urbaines au fil des rencontres, des lieux et des situations. Le Cabanon Vertical fait confiance à l’improvisation, aux situations et aux individus. Mais le collectif propose aussi de nouvelles règles urbanistiques, qui consistent à s’inspirer des méthodes de l’anthropologue et du médiateur, et à s’engager dans un activisme doux, une micro-politique du quotidien.

Rue89Lyon, partenaire de l’École urbaine de Lyon

L’École urbaine de Lyon propose une série de conférences intitulées « Les Mercredis de l’anthropocène ». Pour cette 6ème saison, Rue89Lyon est toujours partenaire du cycle et publie à ce titre les tribunes des invité·e·s et intervenant·e·s qui échangent sur des thématiques pointues et variées.

La conférence a lieu le 3 novembre en présentiel de 18h30 à 20h à l’Hôtel71 (Lyon 2è) dans le quartier Confluence, sur les bords du Rhône. La présentation d’un pass sanitaire valide et le port du masque sont obligatoires. À écouter également en podcast.

Une démarche d’anthropologue

Le Cabanon Vertical emprunte à l’anthropologie une méthode de production fondée sur le terrain. Les architectes du Cabanon s’immergent, observent et participent, afin de comprendre de l’intérieur l’univers spatial, social, symbolique et imaginaire des territoires.

Avec Le Cabanon Vertical, il n’existe pas de modèle a priori, qu’il soit théorique, social ou spatial. L’enjeu est de faire la ville in situ, plutôt que de plaquer des hypothèses architecturales ou sociétales pré-définies, indépendamment des ressources, des matériaux, des savoir-faire, des usages et des individus.

Il y a chez Le Cabanon Vertical une aptitude à s’immerger dans les situations réelles, à saisir les opportunités, et à transformer les contraintes en sources d’inspiration. Le Cabanon Vertical cultive le déjà-là et une certaine errance méthodologique consistant à se laisser porter, flotter.

Cette méthode de conception par l’immersion, la coopération et l’expérimentation, permet d’inventer ici et maintenant des dispositifs architecturaux créatifs et ingénieux vis-à-vis de défis urbains et socio-économiques inédits.

Par ailleurs, et à l’instar de la démarche anthropologique, Le Cabanon Vertical prend comme objet d’investigation des unités sociales et spatiales de faible ampleur, à partir desquelles le collectif tente d’élaborer une nouvelle esthétique urbaine.

Cabanon Vertical fait de « l’acupuncture urbaine » et s’intéresse à « l’hyper qualitatif », aux « micro-détails ». Pour le Cabanon, l’enjeu de l’urbanisme contemporain réside moins dans la construction de grands objets architecturaux, que dans la mise en œuvre de dispositifs « micro urbains » ou « micro-architecturaux » aptes à créer du lien social et des communautés.

Une posture de médiateur des lieux

L’œuvre du Cabanon Vertical ne porte pas sur l’édification d’architectures totémiques, mais sur la création de « sculptures-lieux ». Ces « sculptures-lieux » ont vocation à « créer du désir » et aménager des espaces relationnels et conviviaux au cœur des villes.

Dans ce processus, le rôle des architectes du Cabanon consiste moins à créer, construire ou concevoir, qu’à coordonner et déclencher une dynamique d’échanges entre des individus et des communautés. Ces derniers se rêvent en médiateurs ou en « maîtres ignorants ».

Ils cherchent avant tout à faciliter les liens, en créant des espaces de coopération et d’expérimentation propices à l’émancipation. Pour cela, ils inventent de nouveaux outils comme la balade commentée, la boite à idées, la carte sensible, l’esquisse martyre, le chantier éducatif ou des guides pratiques et utiles à la création d’espaces transitoires et partagés.

Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés Une photo par Gilles Gerbaud
Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés. Une photo par Gilles Gerbaud.

L’objectif est que tout un chacun ait accès au code source de la fabrique urbaine, et soit libre d’exprimer son imaginaire et ses capacités créatives. Dans cette ingéniosité du quotidien, Le Cabanon Vertical tente de révéler aux individus la possibilité de devenir des acteurs à part entière de leur ville et de leur devenir.

Un activisme doux

En incitant les individus à agir et à créer dans leurs espaces du quotidien, Le Cabanon Vertical défend un activisme doux ou « d’intensité quotidienne ». Cet engagement se différencie d’un militantisme politique traditionnel. Il est humble, diffus, invisible. Mais il s’inscrit dans une diversité de lieux, d’espaces publics et de situations sociales.

Il bâtit ici et maintenant des espaces publics permettant aux individus d’échanger, de fabriquer et de créer en commun. Des espaces d’en bas de chez soi, qui ouvrent la possibilité d’une réappropriation par le bas des infrastructures et des politiques urbaines.

Dans cette critique par le faire et cet engagement dans une micro-politique du quotidien, Le Cabanon Vertical ne cherche pas à changer le monde de manière radicale. La tactique est plus subtile et l’hypothèse forte. Elle réside dans le postulat suivant : que les micro-expérimentations, les micro politiques et les micro-solutions inventées dans les installations du Cabanon, auront cette capacité, par effet d’accumulation, à transformer le régime dominant de production urbaine, sociale ou culturelle.

“Réinvestir les lieux des espaces peu métropolisés” une conférence en direct le 3 novembre de 18h30 à 20h puis disponible en podcast.

Avec :

– Antoine Daval, cofondateur de Colab Studio, structure qui mise sur l’intelligence collective dans tous les territoires pour développer des stratégies de plateforme pour la transition écologique.

– Raphaël Besson : expert en socio-économie urbaine et docteur en sciences du territoire. En 2013, il fonde “Villes Innovations”, un bureau d’étude localisé à Marseille, spécialisé dans les stratégies d’innovation urbaine et les politiques de transition territoriale. Chercheur associé au laboratoire PACTE-CNRS, ses travaux portent sur les Tiers Lieux, les politiques culturelles territoriales, les politiques d’innovation urbaine, et les approches repensant les relations entre homme, nature et vivant dans la fabrique urbaine et territoriale.

Animation : Valérie Disdier

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Tribune

En BREF

À Strasbourg, un fonds d’investissement de Lyon pousse les locataires vers la sortie

par Rue89 Strasbourg. Aucun commentaire pour l'instant.

Chiens autorisés dans les TCL de Lyon : une expérimentation très discrète

par Oriane Mollaret. 765 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, une manifestation ce samedi contre les violences sexistes et sexuelles

par Rue89Lyon. 535 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×