Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
À Vaulx-en-Velin, un centre de santé communautaire explose les codes
Société 

À Vaulx-en-Velin, un centre de santé communautaire explose les codes

par Pierre Lemerle.
Publié le 21 juillet 2021.
Imprimé le 17 octobre 2021 à 20:27
5 162 visites. 4 commentaires.

Depuis octobre 2018, Santé commune s’est installé au rez-de-chaussée d’un immeuble d’un quartier de Vaulx-en-Velin. Constitués en association, des soignants (médecins généralistes et sage-femme notamment) accueillent chaque année entre 2000 et 2500 personnes dans ce « lieu de médecine et de vie ». Un mot d’ordre : aller vers les habitants et leur donner une place centrale.

Une salle avec belle fresque, un panneau « servez-vous » avec du café à disposition, des messages en tout genre qui recouvrent les murs…

C’est la salle d’accueil de « Santé commune », proche du Grand Mas, à Vaulx-en-Velin. Dans la multitude de messages muraux, les informations sur la vaccination contre le Covid-19 sont rédigées en « Falc » (facile à lire et à comprendre) avec des dessins. Sur la théière, le mot « thé » est écrit en plusieurs langues. Pour s’adresser à toutes les personnes.

Un mur de Santé commune
Les informations sont de Santé commune sont illustrées, pour permettre à tout le monde de les comprendre. ©PL/Rue89Lyon

Perdu au milieu des immeubles d’un quartier de Vaulx-en-Velin, ce lieu de vie compte une infirmière, une sage-femme et trois médecins généralistes. Il est assez éloigné d’un centre médical classique. Il se situe à proximité des gens, à une porte des appartements de l’immeuble.

« Notre but est de nous adapter à la population, reprend Camille Salmon, chargée de projet à Santé commune. Ici, les gens ne doivent pas passer par un standard et taper 1, ou 2, suivant leur situation, pour entrer en contact avec l’équipe. Ils viennent, on les accueille, et on voit. »

À Vaulx-en-Velin : « Nous sommes des acteurs de notre santé »

L’équipe de santé commune

Santé commune est composé de dix membres. Sur l’aspect médical, trois médecins généralistes, une infirmière et une sage-femme à mi-temps sont mobilisés. Côté « social », l’association compte une médiatrice paire, deux « accueillantes » et une chargée de projet. L’équipe est complétée par un coordinateur de gestion.

Depuis octobre 2018, la jeune femme participe à la vie des lieux qui accueillent les habitants de Vaulx-en-Velin et des publics vulnérables (souffrant de handicaps, public du centre d’accueil de demandeurs d’asile, etc.) À ses côtés, elle nous présente deux Vaudais, habitués des lieux. Des « usagers », pour reprendre ses mots, bien plus investis que de classiques « patients ».

« Nous sommes des acteurs, souligne Kheloudja Haroun, 45 ans. Il s’agit de nos enfants, et de notre santé. »

Mère de trois enfants, cette Vaudaise d’adoption a franchi pour la première fois la porte de Santé commune il y a six mois, pour rencontrer une sage-femme.

« J’ai été accueilli par des gens qui prennent le temps de vous écouter », commente-t-elle.

Dans la salle de réunions, où praticiens et habitants se retrouvent pour parler de l’avenir du centre, elle revient sur un point fort des lieux : les secrétaires médicales rebaptisées « les accueillantes ». Responsables de l’accueil du public, ces dernières parlent plusieurs langues dont l’arabe et l’anglais. Un plus qui facilite la communication et donne confiance à certains habitants, en difficulté avec le Français.

Lors des consultations, des interprètes peuvent être mobilisés par visioconférence pour faire la traduction entre patient et médecin. Le temps de consultation est également doublé par rapport à une séance classique, pour prendre le temps avec la personne malade. Dans le même esprit, le tiers payant est toujours fait de manière complète afin de faciliter les remboursements, pour les personnes en difficulté.

Santé Vaulx-en-Velin
Camille Salmon avec deux Vaudais, utilisateurs de Santé commune Touhami Kenzari et Kheloudja Haroun. © PL/Rue89Lyon

Les habitants de Vaulx-en-Velin au cœur du fonctionnement de Santé commune

La Santé communautaire : c’est quoi ?

À l’image du travail fait par Santé commun ou par l’association d’aide aux travailleuses du sexe Cabiria, la santé communautaire va dans le sens d’une participation de la « communauté. » Elle l’implique dans les priorités à mettre en place, les actions à mener, etc. Dans le cas de Cabiria, cela se traduit, notamment, par la présence de travailleuses du sexe dans le fonctionnement de l’association. En France, quelques centres de santé communautaire ont fait leur apparition en plus de celui de Vaulx-en-Velin ces dernières années à Marseille, Échirolles ou encore à Saint-Denis. 

Dans le quartier, une population vieillissante et isolée, qui a tendance à se sentir abandonnée. Peu à l’aise avec Internet, éprouvant parfois des difficultés avec le Français, cette dernière peuvent vite se retrouver perdu face aux démarches à faire ou face au langage technique des docteurs.

« Quand j’amène ma mère à l’hôpital, si je ne suis pas là pour l’aider, elle ne comprend rien, commente Kheloudja. C’est une aide essentielle. » 

Convaincue par les lieux, elle se rend régulièrement au 14 avenue Voltaire pour voir son médecin, donner des coups de main et monter des projets. Récemment, elle a lancé une initiative sur la précarité menstruelle avec l’équipe. Des boites vont être installées pour collecter, notamment, des serviettes hygiéniques. « Preuve que les idées viennent souvent des habitants », commente Camille Salmon.

Cet été, Kheloudja va venir donner un coup de main, secondée notamment de Touhani Kenzari, un autre habitant habitué des lieux, pour créer un « espace détente » à destination de personnes en forte précarité, voire sans-abris. 

À l’entrée, celui-ci a aménagé un espace avec des petites annonces en tout genre. Coiffeur pas chère, épicerie sociale… « Evidemment, il s’agit à chaque fois de venir en aide à ceux qui n’ont pas les moyens. », précise le « presque » retraité de 63 ans. 

« Un rapport de pouvoir basé sur la connaissance et l’expérience, mais pas sur la domination »

Loin des hôpitaux aseptisés, surchargés, Santé commune veut être un lieu ouvert aux habitants comme à leurs inspirations. Le centre revendique un fonctionnement au sein duquel le médecin a autant de poids dans les décisions générales que les accueillantes ou la médiatrice santé, chargée d’accueillir les patients. 

Un symbole ? Toutes les tables des lieux sont rondes. « J’y tiens, ajoute Camille Salmon. Ça évite les face-à-face. » Les prises de décisions sont toujours prises à dix, de façon collégiale. 

« Ici, on a tendance à dire qu’il y un rapport de pouvoir basé sur la connaissance et l’expérience, mais pas sur la domination. Tout peut donc être questionné. Même la connaissance académique. », indique-t-elle. 

De cette façon, Santé commune répond à un double besoin : celui d’être accompagné dans la prise en charge et celui d’être pris en charge. 

Santé Vaulx-en-Velin
Dans la salle de réunon de Santé commune où les décisions sont prises de façon collégiale. ©PL/Rue89Lyon.

À Vaulx-en-Velin, un manque important de spécialistes

À l’image de ce qui peut se passer au Tonkin, à Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, souffre d’un manque de médecins. Souffrant d’une mauvaise image, la ville a du mal à accueillir des spécialistes, préférant la ville voisin.

« Je suis obligé d’amener mon fils chez l’orthophoniste à Villeurbanne, soupire Kheloudja Haroun. Il y a un pédiatre, plus de pédopsychiatre, un seul ORL… Bref, dès que l’on veut voir un spécialiste, il faut aller voir ailleurs ! » 

Dans un quartier où les familles monoparentales occupent une place importante, le fait de bloquer des après-midi entières pour aller faire soigner ses enfants reste difficile. 

« La santé, quand tu es une maman solo, c’est un travail à plein-temps », souffle Kheloudja Haroun.

Récemment, le collectif Enfants en souffrance de Vaulx-en-Velin a lancé un message d’alerte aux autorités. Lors de leur dernière manifestation, le collectif faisait état de 178 enfants sans prise en charge d’un centre médico-psychologique. 200 enfants sont en attente d’une place chez l’orthophoniste et 87 enfants sont en attente de place en Sessad (structures d’accueil spécialisées pour les enfants en difficulté). Un grave manque dans une ville de 50 000 habitants où les moyens de transports ne sont pas toujours.

« Pour trouver un orthodentiste, c’est aussi la croix et la bannière, râle Kheloudja Haroun. Idem, quand on commence à parler de la CMU (complémentaire santé solidaire), c’est niet. » 

Pour pallier ce manque, Santé commune cherche à recruter un orthophoniste et un psychologue. Un premier pas, certes, mais qui restera insuffisant face à l’étendue des manques.

Santé commune : quel modèle économique ?

À Santé Commune, les deux pôles médicaux et sociaux ont leurs propres sources de financement. La section médicale s’autofinance à travers les actes médicaux et les rémunérations forfaitaires conventionnées. La partie sociale (médiation notamment) se finance, elle, via des subventions attribuées en fonction de ses actions. « Nous ne mutualisons pas nos recettes médicales, note Santé Commune. Cela nous permet de maintenir notre activité de soin avec 30 minutes de consultation comme socle. » En 2020, le paiement à l’acte (remboursement de soins) représente 35 % des finances. Les rémunérations « forfaitaires conventionnées » propres à la médecine ambulatoire, au centre de santé et à la médecine salariée composent 35 % des ressources. Les subventions représentent 25 % du budget. On note une participation de l’ARS, de la direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS), une autre de l’État via la politique de la ville et de la Fondation de France. 

La barre d'immeuble de Santé commune.
Santé commune se trouve au rez-de-chaussée d’un HLM de Vaulx-en-Velin. © PL/Rue89Lyon.
Article actualisé le 09/08/2021 à 11h43
L'AUTEUR
Pierre Lemerle

En BREF

Pass sanitaire : un nouveau samedi de manifestation à Lyon

par Pierre Lemerle. 711 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

En 2020, les transports en commun en recul dans la métropole de Lyon

par Bertrand Enjalbal. Aucun commentaire pour l'instant.

A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »

par Oriane Mollaret. 714 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×