Baignade dans le Rhône : « À la piscine il y a trop de règles, ici c’est le paradis »
La ville comme terrain de jeu  Société 

Baignade dans le Rhône : « À la piscine il y a trop de règles, ici c’est le paradis »

[Reportage] Dangereuse et interdite à Lyon sous peine d'amende, la baignade dans le Rhône attire de nombreuses personnes jeunes et souvent mineures en période de fortes chaleurs. On a rencontré quelques uns de ces habitués qui préfèrent le fleuve aux piscines « payantes et bondées ». Reportage au parc des berges du Rhône sud, l’un de leurs « spots ».

Il est presque 18 heures. Et il fait encore 36 degrés ce jeudi 9 juillet à Lyon. C’est la journée la plus chaude de la semaine. Au parc des berges du Rhône sud, derrière la Halle Tony Garnier, Leyna, Ryan, Satya, et Maëva sont installées sur un banc en pierre. Ces deux dernières sont en maillot de bain.

« Il y a 20 minutes, on était dans la Saône », nous explique Satya, lycéenne à la Cité Scolaire Internationale (CIS), qui se situe à quelques mètres de là.

Ryan ne compte pas se baigner. « Je tremperai juste mes pieds », ajoute-t-il.

« Vous, vous étiez vous étiez dans la Saône, moi je respecte les règles », s’empresse de corriger Ryan, qui passe en 4e l’année prochaine.

Ces quatre amis ne sont pas des habitués du coin, ni de la baignade sauvage d’ailleurs. « Moi je n’ai pas le droit, mes parents me l'interdisent », tente de se justifier Leyna. Quant à Maëva, qui entrera en Première au lycée du Premier Film à la rentrée prochaine, elle met la faute sur Satya. « C’est elle qui m’a forcé à venir ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Alicia Blancher

En BREF

Covid-19 : en Savoie le nombre de patients hospitalisés explose en octobre

par Bertrand Enjalbal et Colin Revault. 2 911 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19  : en Haute-Savoie, la fin de l’« exception sanitaire  » ?

par Colin Revault. 8 462 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, un rassemblement en hommage au professeur décapité

par Rue89Lyon. 2 789 visites. 4 commentaires.