Habillage
Espace membre Publiez votre
annonce légale
Une semaine de coronavirus à Lyon : quel bilan ?
Actualité 

Une semaine de coronavirus à Lyon : quel bilan ?

Le coronavirus abreuve l’actualité lyonnaise depuis une semaine. De l’arrivée d’un bus à Perrache jusqu’à l’annulation d’évènements sportifs ce weekend, les informations concernant le co-vid 19 s’enchaînent sous forme de tempête médiatique. On fait le point.

L’évolution du coronavirus rappelle à certains des situations moyenâgeuses. L’image de la peste est par exemple convoquée avec humour sur Facebook.

Coronavirus à Lyon: que fait la Vierge ?

A Lyon, l’image du virus a une résonance particulière du fait de son histoire avec la peste noire. De là à comparer le coronavirus à une maladie médiévale ?

Quel est le taux de mortalité du nouveau coronavirus ?
Difficile de calculer ce taux avant la fin d’au moins un de ces cycles complets. Une étude chinoise, publiée dimanche 9 février sur le serveur de partage médical MedRxiv précise cependant que la dangerosité du nouveau coronavirus serait à relativiser. Selon elle, le taux de mortalité pourrait être estimé à 1,4%.

Face au un déferlement d’informations, on ne doit pas oublier quelques chiffres : pour l’instant en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le bilan de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) publié ce mardi 3 mars à 12h, 29 cas avaient été détectés en Haute-Savoie, 4 dans le Rhône et 3 dans l’Ain. Rue89 Lyon revient sur les informations de ces derniers jours.

Lundi : Le coronavirus tente une entrée en bus à Lyon

Le week-end précédent, l’Italie a mis sous quarantaine onze communes de Lombardie et de Vénétie. Alors, quand un bus originaire de Milan est arrêté à la gare routière de Perrache pour être contrôlé, les suspicions sont grandes. Le coronavirus serait-il arrivé à Lyon ? Les articles pleuvent (lire ici, ou encore ).

Finalement il n’en est rien. Les 36 passagers ainsi que le chauffeur, qui avait des symptômes grippaux inquiétants, ont été interrogés. Après un contrôle réalisé par une cellule de crise et quatre épidémiologistes, tous les tests s’avèrent négatifs. Fausse alerte, tout le monde a pu rentrer chez soi.

Mardi : la polémique monte face au match OL-Juventus et l’arrivée de 3 000 supporters italiens

Alors que le nombre de cas détectés de coronavirus augmente peu à peu en France, la polémique enfle (lire ici, ou encore ) concernant le match de huitième de finale aller de Ligue des Champions opposant l’Olympique Lyonnais à la Juventus Turin. Des élus se demandent s’il ne devrait pas être annulé, afin d’éviter la venue de bus de 3 000 supporters italiens, susceptibles d’être porteurs du virus (lire ici, ou encore )

Le ministre de la santé Olivier Véran refuse cette annulation.

Mercredi : Nouveaux cas de coronavirus en Haute-Savoie

Tandis que le match opposant l’OL à la Juve est maintenu, de nouveaux cas de personnes positives au covid-19 sont détectés.

Le premier patient, résidant à La Balme de Sillingy, commune près d’Annecy, est un homme d’une soixantaine d’années. Il s’était rendu en Lombardie pour des raisons professionnelles. Son épouse a également été prise en charge après des résultats positifs attestant de la présence du virus.

L’Agence Régionale de Santé a établi avec ces deux patients la liste de toutes les personnes qui ont été en contact rapproché avec eux depuis qu’ils sont symptomatiques. A la suite de cette enquête, une vingtaine de personnes ont été contrôlées positives et ont été hospitalisées, dont le maire de la commune.

En parallèle, suite à la suspicion deux jours plus tôt de coronavirus à la gare routière de Perrache, les Lyonnais se sont précipités dans les pharmacies pour acheter des masques FFP2. Si bien qu’au bout de deux jours, la pénurie de masques touche aussi la métropole de Lyon. Ces masques ont un dispositif de filtration mais sont surtout réservés au personnel médical et ont une durée de vie limitée. En ligne, les réserves sont également épuisées.

Jeudi : Un principe de précaution relatif

En milieu de cette première semaine, l’heure est au mesures de précaution dans certaines commune

Selon le Progrès, le maire LR de Saint-Priest Gilles Gascon a appliqué un « principe de précaution ». Il aurait ainsi envoyé 5 000 SMS et presque autant de mails à ses concitoyens.

En pleine première semaine de vacances, la Ville de Saint-Priest envoie un mail. Elle demande aux parents des enfants en crèche, des élèves des groupes scolaires publics et du Conservatoire municipal de musique et de l’école des sports de ne pas présenter leurs enfants à la rentrée s’ils reviennent d’une zone à risque.

La Ville de Lyon a également pris ses précautions. La direction de l’éducation contacte mail les parents des enfants scolarisés sur son territoire. A une semaine de la rentrée, la mairie reprend le communiqué de l’Académie de Lyon et rappelle que les enfants revenant de zones à risques ne seront pas acceptés en cours.

Vendredi : communication de crise

Jeudi soir, un premier cas de coronavirus est annoncé à Lyon. Âgé d’une cinquantaine d’années, un homme est hospitalisé à l’hôpital de la Croix-Rousse à Francheville. Son cas n’aurait rien à voir avec le match de foot de la veille.

Dès le vendredi matin, l’Agence Régionale de Santé et la préfecture du Rhône donnent une conférence de presse. Le directeur général adjoint Serge Morais précise les informations concernant le patient lyonnais. Une vingtaine de contacts ont été établies. L’enquête sur son entourage professionnel se poursuit. Le responsable de l’ARS déclare d’ores et déjà que son entourage familiale n’est pas touché.

EasyJet a annoncé l’annulation de certains de ses vols, notamment ceux en provenance et en direction de l’Italie du Nord.

Le service des urgences des Minguettes à l’hôpital des Portes du sud ferme puis ouvre à nouveau. Craignant qu’un de leurs décès soit lié au coronavirus, l’hôpital annonce finalement des tests négatifs.

Le « stade 2 » de l’épidémie est atteint en France déclare le ministre de la santé Olivier Véran le soir-même. On recommande, entre autres, de bien se laver les mains et de ne pas se faire la bise.

Samedi et Dimanche : pas de repos pour le coronavirus

C’est le week-end mais la crise s’intensifie. Suite à un conseil des ministres extraordinaire le samedi matin, le gouvernement décide, en plus du 49-3, que tous les évènements statiques, réunissant plus de 5 000 personnes, dans un lieu couvert devront être reportés.

Par conséquent, le match opposant l’Asvel à Monaco prévu initialement dimanche est annulé. Il devait se tenir à l’Astroballe. La salle de Villeurbanne a une capacité de 5 560 places. Les prochains matchs pourront cependant se jouer et notamment celui du mardi 03 mars contre Valence, l’Asvel ayant décidé de limiter la jauge de remplissage à 4.500 personnes.

De plus le huitième de finale de Youth League, la coupe d’Europe des U19, qui devait opposer l’Atalanta Bergame à l’Olympique Lyonnais mardi 3 mars est reporté à la semaine suivante. Il aurait dû normalement se jouer à Bergame, en Lombardie, un des foyers de contagion du coronavirus.

Et à nouveau, un chauffeur d’un car Flixbus en provenance d’Italie est confiné dimanche 1er mars, dans l’après-midi. Tandis que les passagers peuvent partir, le chauffeur est conduit dans un centre de soin. Il est finalement testé négatif.

Une semaine plus tard, concerts annulés et questions autour des élections

Lundi 2 mars, dans le Rhône, l’ARS recense trois autres cas. Les quatre cas sont hospitalisés à la Croix-Rousse à Lyon. Un cas avaient été détecté positif à Villefranche-sur-Saône. A la suite d’une enquête plus approfondie, le Centre national de référence de Lyon est finalement revenu sur sa décision et a infirmé la positivité au coronavirus de cette personne.

Nouvelle victime de la crise sanitaire, le concert de Maître Gim’s. Il devait se dérouler à Lyon le 10 mars prochain mais est finalement annulé. Celui de James Blunt, qui s’est déroulé lundi 2 mars a été lui maintenu. Ces deux concerts étaient prévus à la Halle Tony-Garnier, qui a une capacité comprise entre 3 000 et 17 000 places.

Communiqué Eldorado&Co pour rappeler que le concert de James Blunt est maintenu malgré le coronavirus

Face à l’annonce du gouvernement qui demande l’annulation des évènements statiques de plus de 5.000 personnes dans des lieux couverts pour éviter la propagation du coronavirus, les tourneurs sont contraints de rappeler que certains concerts son maintenus.

Qu’en sera-t-il des autres concerts prévus ces prochains jours à Lyon ? Les directeurs des salles de concert ne peuvent que réagir au cas par cas, en fonction de la capacité de leurs salles et de l’affluence du public prévu.

Il est aussi question des meetings politiques et même des prochaines élections municipales et métropolitaines le 15 et 22 mars.

Les décisions devraient être prises au fur et à mesure, en fonction de l’évolution du virus sur le territoire.

L’ARS rappelle les mesures à prendre en cas de de symptômes ou de doutes sur une possible contamination : ne pas se rendre aux urgences ou chez le médecin mais plutôt appeler le 15, chargé d’orienter les patients.

L'AUTEUR
Aurélie Loek

En BREF

Lyon sous le confinement : « c’est comme un matin de Noël qui dure éternellement »

par Rue89Lyon. 2 133 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Comment les hôpitaux de Lyon s’organisent face au coronavirus

par Rue89Lyon. 2 359 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Coronavirus : Lyon attendra le 21 juin pour son second tour des élections

par Aurélie Loek. 793 visites. Aucun commentaire pour l'instant.