Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Eric Piolle a-t-il été un « dictateur vert » pour le milieu économique ?

[Série] Quand le couple Eric Piolle (EELV) et Elisa Martin (militante à la France Insoumise et au Parti de Gauche) arrivent à la mairie de Grenoble en 2014, le monde économique local panique face aux engagements de campagne du duo : pas de travaux sur l’autoroute ni au stade Lesdiguières, et coupe de subventions aux entreprises de la micro-électronique.

Édition abonnés
Eric Piolle a-t-il été un « dictateur vert » pour le milieu économique ?

Ainsi est née l’appellation « khmer vert » pour parler d’un Eric Piolle hostile au capital avec un grand « C ». Prêt à créer une « dictature écolo » ? Dans la cuvette, si jamais elle avait été un projet, elle a échoué. Retour sur cinq années d’un « je t’aime, moi non plus » entre le maire Eric Piolle et le milieu économique.
Nous sommes au printemps 2014. Quelques notes de musique de jazz glissent sur les murs boisés de l’amphithéâtre de la MC2. Le son s’évanouit et Éric Piolle s’avance sur la scène des « trophées de la paix économique », un événement créé par GEM, l’école de commerce grenobloise et qui s’est déroulé le 14 mai 2014. L’idée est de promouvoir les entreprises qui tendent vers le « mieux-être au travail ».

« À Grenoble, il y a un appétit pour remettre au centre ce désir de sens. […] Il faut cultiver ce qu’il y a de riche dans le monde économique, les échanges humains et le plaisir de produire des biens et des services », assure le maire, d’un sourire un peu forcé, et toujours sans cravate.

Ces mots glissent dans les oreilles des chefs d’entreprises et de managers qui emplissent la salle. « On ne peut pas dire ‘‘l’entreprise, c’est mal », mais vouloir aussi des emplois et des biens », lance au passage l’édile.
Cette phrase ferait sourire les syndicalistes, venus en nombre à l’occasion des « trophées », pour dénoncer « une opération de blanchiment du management libéral », avec de nombreuses banderoles et slogans.
Éric Piolle a bien un mot, rapide, sur les méfaits d’un capitalisme dérégulé — « peut-être sortira-t-on des scandales, de Orange et ses suicides [Delphine Ernotte, ex-directrice à France Telecom, devait être présente, mais a annulé sa participation], de Total ou de Carlos Ghosn » — mais l’image globale montre un maire arrangeant avec le monde l’entreprise.
C’est ce que confirme Denis Barbier, co-fondateur d’une start-up grenobloise.

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Economie

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


Duel au soleil. Gérard Collomb et David Kimelfeld le 29 août 2019 à Fagor Brandt. ©Eric Soudan

Photo : Eric Soudan

À Grenoble, LREM et le PS, meilleurs ennemis face à Éric Piolle
Alain Carignon
Marie le Moal, au centre, conseillant le maire et l'adjointe.

Photo : JBA/Rue89Lyon

"Ce soir, on va prendre un bain chaud !", se marre Bobby. ©JBAuduc/Rue89Lyon

Photo : JBAuduc/Rue89Lyon

Plus d'options