Loi PLM et élections 2020 : les maires d’arrondissement servent-ils à quelque chose ?
Politique 

Loi PLM et élections 2020 : les maires d’arrondissement servent-ils à quelque chose ?

La loi PLM, qui régit l'organisation administrative et électorale des villes de Paris, Lyon et Marseille depuis 1982, fait constamment débat et davantage encore aujourd'hui, à quelques mois des municipales.

Si la loi a créé l'échelon arrondissement pour permettre "une meilleure proximité entre son maire et ses habitants", les compétences confiées aux mairies d'arrondissement semblent trop dérisoires aux yeux des élus, surtout de ceux ne partageant pas l'étiquette politique de leur mairie centrale. 

A la veille des élections municipales de 2020 et dans un contexte où la prise de parole citoyenne et la démocratie participative sont des arguments politiques de poids, la loi PLM (Paris, Lyon, Marseille) et son cadre revient sur le tapis. Par ailleurs, le gouvernement travaille actuellement sur un projet de loi "proximité et engagement" destiné notamment à renforcer le rôle des maires, dans leur pouvoir de police par exemple.

Depuis 1982, les trois villes les plus peuplées de France que sont Paris, Lyon et Marseille, disposent d’un statut particulier se traduisant par deux niveaux d’administration : le conseil municipal, à l’échelle de la ville, et les conseils d’arrondissements, pour Paris et Lyon, et de secteurs, pour Marseille (deux arrondissements constituant un secteur). Il y a donc un maire de commune et un maire pour chacun des arrondissements/secteurs.

Le problème étant, les compétences de ces maires d’arrondissement sont parfois remises en cause par ces mêmes élus. Certains estiment devoir en bénéficier davantage quand d'autres relèvent tout simplement que certaines compétences, prévues dans le cadre de la loi, ne leur sont pas confiées.

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Prescillia Boisseau

En BREF

Que faire pour la « Fête de la Science » à Lyon ?

par Rue89Lyon. 332 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La plateforme lyonnaise I-Boycott lance une campagne contre Deliveroo

par Rue89Lyon. 1 662 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouvelle victoire pour le squat de l’ancien collège Maurice Scève

par Rue89Lyon. 3 227 visites. 18 commentaires.