Habillage
Après une concertation sur le cannabis, Villeurbanne penche pour sa légalisation
Société 

Après une concertation sur le cannabis, Villeurbanne penche pour sa légalisation

actualisé le 15/03/2019 à 09h12

Cela ne signifie pas que vous pouvez craquer un joint dans les rues de Villeurbanne à partir de demain. Pour autant, la municipalité de Jean-Paul Bret s’est lancée dans une consultation afin de re-considérer la consommation du cannabis, sans omettre d’aborder les questions de sécurité publique et sanitaires. Cela a abouti à un « livre blanc », outillé de nombreux arguments, pas tous neufs mais remis au clair -et incluant la parole de l’habitant.

« La demande de légalisation et de dépénalisation ressort majoritairement à l’issue de la concertation, que ce soit par conviction ou par pragmatisme, face au constat d’échec de la répression. »

Le débat mis en place par la municipalité voisine de Lyon est d’autant plus intéressant qu’il a multiplié les prises de paroles (via des tables rondes et réunions, une plateforme mise en ligne ou encore des Facebook lives), et les acteurs. Médecins, chefs d’établissement scolaire, représentants de l’ordre, économistes, sociologues, juristes, habitants de la commune…

Parmi les témoignages entendus lors des débats qui ont émaillé ce travail de concertation, on a pu entendre :

« Au Tonkin [quartier de Villeurbanne, ndlr], vous avez les prix écrits sur les murs [d’un immeuble] avec une grande flèche pour indiquer l’endroit où ils se trouvent. Vous avez le produit, avec le prix et la quantité. »

Et Michel Kokoreff, sociologue et professeur à l’université Paris 8, d’exposer à l’occasion de ces échanges :

« Le trafic de cannabis se passe aussi ailleurs : à la sortie des lycées, autour et dans les universités, dans les quartiers populaires mais centraux, dans des lieux festifs, etc. Cette multiplicité des lieux découle d’une demande forte, constante. C’est d’ailleurs le nœud du problème : comment faire face à une demande sociale généralisée de psychotropes contre lesquels le tout répressif échoue ? »

La Ville de Villeurbanne est partie du constat que, « dans toutes les grandes agglomérations urbaines, c’est aux élus locaux que les habitants, excédés, demandent de régler ce problème majeur ». C’est pourquoi elle a décidé de ré-agiter avec force moyens cette question si peu souvent abordée.

La législation actuelle décrédibilisée

Les conclusions étrillent la législation en vigueur qui date de 1970, considérée comme tout à fait décrédibilisée parce que « impuissante à faire baisser le trafic et la consommation de cannabis » :

« Elle rend passibles de prison les consommateurs alors que l’alcool est en vente libre et jugé tout aussi dangereux, voire plus. »

Pas de passage en force même si l’on pressentait quasi au démarrage de la concertation que les conclusions tendraient vers un projet de légalisation à déployer au niveau législatif. Elle ne pourrait se faire qu’encadrée par les pouvoirs publics avec au moins deux prérogatives :

  • Le contrôle de l’État. Les débats ont mis en évidence la place incontournable de l’État dans un processus de légalisation contrôlée afin que les dealers d’aujourd’hui ne soient pas remplacés par des multinationales guidées par les profits massifs. Seul l’État est considéré comme à même d’organiser un marché légal encadré et de garantir la qualité des produits.
  • L’interdiction du cannabis aux mineurs et au volant, avec des points de vente interdits aux moins de 18 ans et un système de contrôle plus juste que les tests salivaires pratiqués actuellement pour ce qui est de la conduite sous l’emprise de cannabis.

L’un des grands enjeux mis en exergue par la concertation reste celui de la prévention, à financer, en toute logique, avec les ressources relativement importantes que la taxation de ce produit pourrait générer.

Le message final semble vouloir inciter à ce que la question du cannabis entre dans le débat public et politique, à une échelle nationale.

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

Les gérants d’un Super U quittent leur emploi après le bad buzz autour de leur chasse safari

par Dalya Daoud. 5 672 visites. 3 commentaires.

A Villeurbanne, les usagers et opérateurs des trottinettes électriques gênantes seront verbalisés

par Rue89Lyon. 5 857 visites. 1 commentaire.

Le père Preynat condamné par l’Eglise et réduit à l’état laïc

par Rue89Lyon. 332 visites. Aucun commentaire pour l'instant.