Habillage
Parcoursup : « A deux semaines du bac, les élèves sont démobilisés et dégoutés »
Actualité 

Parcoursup : « A deux semaines du bac, les élèves sont démobilisés et dégoutés »

Environ 70 enseignants et étudiants se sont mobilisés devant le rectorat de Lyon, ce mercredi midi, pour demander l’abandon de la procédure Parcoursup et, surtout, des précisions sur les critères de sélection et les lycéens toujours en attente.

Ils étaient bien peu nombreux, enseignants et étudiants, à se rassembler ce mercredi contre le dispositif Parcoursup, à l’appel pourtant d’une large intersyndicale (CGT, FSU, FO, SUD, Unef et UNL).

Une délégation de représentants syndicaux, étudiants et enseignants, a été reçu au rectorat.

A défaut de faire retirer le dispositif Parcoursup, les représentants syndicaux souhaitaient obtenir plus de transparence sur les critères de sélection. Ils voulaient également connaître plus en détail l’ampleur lyonnaise des couacs.

Manifestation du 6 juin 2018 devant le rectorat de Lyon contre parcoursup. ©A.Freynet/rue89lyon

Environ 70 étudiants et enseignants ont manifesté devant le rectorat de Lyon contre la loi ORE et Parcoursup. ©AF/rue89lyon

Muriel Cairon, enseignante de terminale au lycée Colbert et secrétaire académique FO était présente lors de l’audience. Elle est extrêmement déçue :

« Quand nous avons demandé des chiffres précis, le rectorat a refusé en répondant ne pas vouloir « rajouter de l’inquiétude à l’inquiétude ». Autant dire que cette opacité nous inquiète davantage. »

Dans les universités, quels critères de sélection ?

Les critères de sélection du dispositif Parcoursup, propres à chaque université, demeurent inconnus. Le nombre de lycéens de l’Académie de Lyon n’ayant reçu aucun résultat positif à leurs vœux reste tout aussi opaque.

Malgré tout, selon les premières estimations, environ 400 élèves rattachés au rectorat de Lyon ont reçu des réponses négatives à leurs vœux d’étude supérieure. Et il y a ceux sur liste d’attente.

« On estime à 30% le nombre d’élèves du rectorat de Lyon qui se retrouve sans affectation. C’est bien pire que les couacs avec APB qui n’était « que » de 18% », s’insurge Michael Jouteux, professeur de terminale au lycée Martinière-Duchère et secrétaire FO des collèges et lycées du Rhône.

« Avec Parcoursup on assiste à une orientation scolaire dirigée »

Les lycéens ont reçu les premières réponses le 22 mai dernier. Aujourd’hui, à moins de deux semaines du baccalauréat, de nombreux élèves sont découragés, selon Muriel Cairon qui rapporte les paroles de ses élèves de terminale du lycée Colbert :

« Que voulez-vous répondre à des propos comme « Madame je ne passerai pas le bac cette année. A quoi ça sert de le passer si je n’ai pas d’études derrière. » Les élèves sont démobilisés et dégoutés, je les comprends ».

L’enseignante ajoute :

« Lors de l’audience avec le rectorat, ils nous ont affirmé que chaque élève aura accès à des études supérieures. Mais ils n’ont pas voulu nous dire si l’élève aura le choix de sa filière. Avec Parcoursup on assiste à une orientation scolaire dirigée. C’est terrible ».

« Des élèves poussés vers le privé »

Laura Pfizer, vice-présidente de l’Union Nationale Lycéenne (UNL), est scolarisé au lycée Lumière de Lyon. Elle raconte :

« Plusieurs élèves de ma classe sont en attente ou refusés de partout. Beaucoup pensent se tourner vers le privé ».

Quentin, 16 ans est en première S au lycée Edouard Herriot, dans le 6ème arrondissement de Lyon. Il ne connaît aucun camarade de terminale ayant eu des soucis avec Parcoursup.

« Vu qu’il y a très certainement un tri qui se fait selon les établissements, mon lycée n’est pas concerné. C’est aussi pour cela que peu de personnes de mon lycée ne se sentent concernées par les mobilisations. Ils savent qu’ils auront tous leur choix ou que si ce n’est pas le cas, leurs parents leur payeront une école privée. »

Le 26 juin, une autre phase de Parcoursup s’ouvrira, où les étudiants qui n’ont reçu aucune réponse positive pourront « formuler de nouveaux vœux dans les formations où des places restent vacantes. »