Habillage
Parc OL : 11 tonnes de déchets générés à chaque match
Environnement  Rue du dernier film 

Parc OL : 11 tonnes de déchets générés à chaque match

actualisé le 14/12/2017 à 10h15

C’est donc la quantité de déchets produits après chaque match au stade de l’Olympique Lyonnais à Décines. Et à peine 24% seraient recyclés… 

C’est ce que nous apprend le journal l’Équipe ce 12 décembre dans un dossier consacré à l’impact environnemental des stades de football nouvelle génération. Il s’est notamment penché sur le « formidable outil » de Jean-Michel Aulas selon la formule d’Aulas Jean-Michel. Et a tout réuni dans une petite vidéo. On y apprend notamment que le stade consomme chaque jour l’équivalent de 2000 foyers français.

Dommage quand on se souvient que le projet initial de ce stade prévoyait 25 000 m2 de panneaux photovoltaïques sur le toit. Une ambition « verte » rapidement remisée pour un stade largement critiqué dès sa phase de projet pour sa consommation de terres agricoles.

10 000 voitures de supporters

Mais le président de l’Olympique Lyonnais nous rassurera sûrement en nous (re)disant que l’électricité est issue « à 100% du Rhône ».

Concernant les déchets, le club indique travailler à améliorer leur recyclage. Il lui faudra bien parce la loi va le rattraper. Depuis 2012, l’article 204 de la loi Grenelle 2 rend obligatoire le tri des biodéchets pour les gros producteurs. Et depuis le 1er janvier 2016, le seuil pour définir ce qu’est un « gros producteur » est fixé à 10 tonnes de biodéchets par an. À raison de 11 tonnes de déchets de toutes natures par match, le seuil annuel en matière de biodéchets risque d’être atteint.

Plus impressionnant encore, l’impact environnemental des trajets des supporters pour se rendre au stade. Le journal a pris l’exemple du match face à Dijon le 23 septembre dernier qui avait réuni 33 000 personnes environ soit un peu plus de la moitié de la capacité du stade. Le journal indique que 10 000 véhicules ont circulé dans l’agglomération afin de se rendre au Parc OL. Seuls 4600 spectateurs ont utilisé le tramway. Pour un bilan de 60 tonnes de gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère.

Mais ce serait vite oublier la production de miel du Parc OL grâce à ses ruches installées en 2016 et le projet de ferme biologique.