Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Actualité 

L'agent du Grand Lyon qui s'est immolé aurait été victime de « harcèlement »

par Rue89Lyon.
Publié le 26 juillet 2012.
Imprimé le 25 octobre 2021 à 07:01
393 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Un ancien supérieur hiérarchique de Manuel G., l’agent du Grand Lyon qui s’est immolé par le feu le 19 juillet dernier, a décidé de parler. Le Progrès livre en effet aujourd’hui le témoignage d’André Réale, ex-chef de circonscription à la subdivision Nettoiement Sud-Est du Grand Lyon, aujourd’hui à la retraite.

Alors que la CGT dénonçait une réorganisation des services menée à « marche forcée », et qui pourrait constituer l’une des raisons de ce geste, cet ancien agent relate une querelle entre Manuel G. et des employés syndiqués.

André Réale raconte qu’il y a quelques années, Manuel G. a été « nommé pour reprendre en main l’équipe de Saint-Fons » où « certains agents ne faisaient pas correctement leur travail. C’était manifeste. » Celui-ci ne s’y serait donc pas fait que des amis. Comme le cousin d’un permanent de la CFTC, qui travaille dans l’équipe de Saint-Fons. Et, selon André Réale, « le permanent avait même été nommé agent de maitrise alors qu’il n’a jamais passé le concours. Il a remis en cause le commandement de Manuel G. et celui-ci a été convoqué par le service des ressources humaines », pour écoper d’un rappel à l’ordre. Le retraité le confie : « le patron du syndicat avait un pouvoir de nuisance important ».

Lorsqu’un proche de son ennemi, Bernard D., est nommé au poste de son chef, parti à la retraite, Manuel G. demande à changer de service. Mais cela ne l’empêchera pas d’être amené à travailler avec celui-ci, qui « en profitait, dès lors, pour le critiquer systématiquement et directement, alors qu’il n’était pas son supérieur », selon André Réal.

Le Progrès raconte que face à de nouveaux reproches lors d’une réunion en novembre 2011, Manuel G. s’est emporté, et a jeté une chaise en direction de son chef de circonscription. « C’était devenu du harcèlement », commente André Réal. Suite à ce geste déplacé, Manuel G. sera mis à pied 15 jours, décision qu’il venait d’apprendre lorsqu’il est passé à l’acte. « S’il en est arrivé là, ce n’est pas pour la mise à pied, mais parce qu’il s’est senti profondément remis en cause, abandonné par sa hiérarchie. Il n’a pas supporté. »

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% indépendant. Participez, témoignez et soutenez la presse locale !

En BREF

A Lyon, l’avocat d’Alain Soral et les propos antisémites de son client

par Pierre Lemerle. 822 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La manifestation contre l’extrême droite passera dans le Vieux Lyon ce samedi

par Oriane Mollaret. 1 376 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À l’ancien hôpital Charial de Francheville transformé en centre d’hébergement : « On prône la mixité »

par Laure Solé. 2 493 visites. 1 commentaire.
×