A la une  Actualité  Politique 

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

Le chef de l’opposition à Gérard Collomb comptait sur l’élection d’Alain Juppé à la primaire de la droite.

Dans un entretien au journal Le Progrès paru ce samedi, Michel Havard annonce quitter la présidence du groupe Les Républicains à la mairie de Lyon. Il renonce également à se présenter comme candidat dissident de la droite dans la 1ère circonscription du Rhône.

La justification apportée par le candidat de la droite à mairie de Lyon lors des élections de 2014 se veut d’abord professionnelle :

« Je me suis lancé dans une aventure professionnelle passionnante et prenante. Je vis l’aventure d’une PME dont j’ai toujours eu envie. J’ai investi de l’argent et donc pris un risque personnel important, en m’associant dans une entreprise de 30 salariés, spécialisée dans la création et la fabrication de containers de recyclages des déchets ménagers. Je me dois de m’y consacrer à plein-temps. »

L’élection de François Fillon à la primaire de la droite a scellé sa décision. Michel Havard comptait en effet sur l’élection d’Alain Juppé, dont il était le représentant départemental, pour rebattre les cartes à droite.

Michel Havard et la tentation de la dissidence

Pour les élections législatives de 2017, ce « modéré » avait été écarté de l’investiture par les instances locales et nationales des Républicains (à l’époque sarkozystes) au profit d’Anne Lorne, conseillère régionale connue notamment pour son combat mené au sein de la Manif pour tous. Michel Havard avait menacé d’entrer en dissidence.

Battu aux législatives en 2012 par Thierry Braillard (l’actuel secrétaire d’Etat aux sports), battu aux municipales en 2014 par Gérard Collomb, Michel Havard avait depuis de longs mois cessé d’être l’opposant numéro 1 au maire de Lyon. Son retrait de la politique n’est donc pas une surprise.

Âgé de 49 ans, il ne démissionne toutefois pas de ses mandats de conseiller municipal et métropolitain « par respect pour les électeurs ».

Parmi les points lourds de la droite à Lyon, on pense surtout aux députés Dominique Nachury et Georges Fenech pour lui succéder à la présidence du groupe Les Républicains.

Michel Havard au soir du 1er tour des élections municipales à Lyon. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Michel Havard au soir du 1er tour des élections municipales à Lyon. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

A Lyon, deuxième journée contre la loi travail 2 : une vraie manif mais une mobilisation qui marque le pas

par Rue89Lyon. 2 987 visites. 1 commentaire.

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 911 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 772 visites. 1 commentaire.