Appartement 16
  • 6:30
  • 12 février 2016
  • par Riverain

« Monsieur Collomb, faites de la Part-Dieu le premier quartier d’affaires cyclable d’Europe »

2236 visites | 4 commentaires

Suite à notre article sur le « grand projet urbain » de la Part-Dieu, nous avons été contactés par l’une des principales associations de développement du vélo à Lyon, la Ville à Vélo.

Dans le cadre de la nouvelle phase de concertation publique, cette association a interpellé le maire de Lyon Gérard Collomb en lui reprochant un manque d’ambition général quant à la place accordée aux cyclistes.

Nous publions la tribune de Fabien Bagnon, administrateur de La Ville à Vélo et Co-fondateur du collectif VALVE, ainsi que la réponse de la SPL Part-Dieu qui pilote le projet.

Si la rénovation d’un quartier en partie vieillissant est souhaitable.
Si nous approuvons pleinement la volonté affichée par Gérard Collomb d’en finir avec un quartier conçu dans les années 1970.
Nous estimons que le projet proposé, manque d’ambition sur la question des déplacements à vélo et même à pied : en terme de partage de l’espace urbain, cela reste un projet des années 1990 voire des années 2000 mais en aucun cas un projet anticipant la mobilité des années 2030.

« Un effondrement de l’utilisation de la voiture sur Lyon-Villeurbanne »

Le bilan de la concertation préalable, nous apprend que l’usage de la voiture devrait augmenter de + 18 % à horizon 2030 : Étonnante perspective !

Pourtant les habitudes de mobilité évoluent plus vite qu’on ne le pense : les chiffres de la dernière étude des déplacements sur la métropole viennent d’être rendus publics.

Ils révèlent un nouvel effondrement de l’utilisation de la voiture sur Lyon-Villeurbanne : sa part modale perd 9 points en 9 ans passant de 35% en 2006 à seulement 26% en 2015. De surcroit, cette forte baisse fait suite à celle constatée entre 1995 et 2006.

Ces chiffres attestent, d’ailleurs, de la réussite des politiques publiques de développements des alternatives à la voiture individuelle. Les importants investissements dans les transports en commun au cours des 20 dernières années, ont fait passer leur part modale de 15% en 1995 à 26 % en 2015 : un joli succès qui récompense une action publique volontariste.

Le réaménagement de la ZAC Part Dieu Ouest confortera la place des Transports en Commun au sein du quartier. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

« Les aménageurs du projet Part-Dieu sous-estiment le vélo »

Mais il y a une forme de mobilité que ce réaménagement sous-estime : c’est le vélo !

Et pourtant. En 10 ans, c’est le mode qui s’est le plus développé : + 300% : 15% en moyenne sur les 5 dernières années et même +21% sur l’année 2015. Il représente ainsi 7% des déplacements sur Lyon centre. Une véritable explosion mais encore trop silencieuse.

Si l’on projette cette tendance, ce sont 300% de cyclistes en plus en 2025 et même 450% en 2030. Ce premier chiffre a d’ailleurs été évoqué, à juste titre, par Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon à l’urbanisme, l’habitat et au cadre de vie.

Les aménageurs du projet Part Dieu ne semblent pas avoir perçu l’ampleur du phénomène à Lyon.

« Il faut multiplier les axes de type Réseau Express Vélo »

Dans l’état actuel du projet Part-Dieu, le vélo est certes pris en compte, mais presque à minima, sans ambition réelle, sans vraiment croire à son potentiel. D’ailleurs, une part modale de seulement 10% est visée à horizon 2030.

Un exemple : l’aménagement de la rue du Docteur Bouchut devrait conforter un axe vélo structurant. Or c’est le contraire qui est prévu, avec la réalisation de 2 bandes cyclables latérales. Une régression pour les cyclistes, notamment les moins aguerris, avec la suppression de la piste bidirectionnelle existante.

Piste cyclable rue Bouchut dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon. Capture d'écran Google Street View

Piste cyclable rue Bouchut dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon. Capture d’écran Google Street View

Nous rappelons, ici, que le développement du vélo passe par la multiplication d’axes structurants directs et lisibles de type Réseau Express Vélo (ou autoroutes cyclistes) et non par un émiettement d’aménagements hétéroclites et non maillés réalisés au gré de l’espace qu’on veut bien prendre un peu (mais pas trop) sur la voiture.
Nous demandons donc le maintien d’une piste bidirectionnelle qui sécurise les cyclistes moins aguerris et permet la circulation des parents avec remorque et des enfants.

« La copie est en partie à revoir »

Mission Part-Dieu : des propositions à la fin de la phase de concertation
Dans le cadre du projet Part-Dieu s’est ouvert depuis le 1er février 2016 une nouvelle phase de concertation portant cette fois spécifiquement sur l’aménagement des espaces publics du quartier.
Contactée par Rue89Lyon, la SPL Part-Dieu (qui pilote le projet Part-Dieu pour la Métropole de Lyon) indique avoir rencontré l’association « La ville à vélo » et le collectif « Valve » à deux reprises, dans le cadre notamment des ateliers de concertation.

Encore dans une « phase de diagnostic sur l’avant-projet des espaces publics », elle ne formule pas de réponses précises mais assure avoir « entendu les demandes » des deux associations.

Critiquée notamment pour travailler sur la base d’une augmentation du trafic automobile dans le périmètre du quartier d’ici 2030, elle rappelle que dans le même temps ses études table sur une « augmentation de 402 % » du trafic cycliste.

La SPL Part-Dieu affirme par ailleurs s’être engagée à « revenir leur présenter des solutions d’aménagements dès que des propositions auront été élaborées par les architectes du projet (l’agence AUC, ndlr) » après notamment la seconde phase d’ateliers de concertation. Pas avant avril-mai 2016 donc.
Rue89Lyon

La copie est donc en partie à revoir en se donnant une véritable ambition sur les déplacements à vélo : En fixant l’objectif exigeant mais atteignable de faire de la Part-Dieu le premier quartier d’affaires cyclable d’Europe avec une part modale de 15% à horizon 2022 et 20% à horizon 2030.

La place du vélo doit être reconsidérée dans ce projet de réaménagement pour servir ces objectifs : pistes, bandes, stationnements vélos, parkings sécurisés, services de dépannage et d’entretien doivent être dimensionnés et implantés en conséquence.

Toutes les voiries du quartier doivent être cyclables sans exception afin d’apaiser le quartier et de favoriser l’usage du vélo et la marche à pied. Comme la Presqu’île, la Part-Dieu doit être aménagée en zone 30 où la limitation à 30 km/h sera la norme et les axes à 50km/h l’exception.
Enfin concernant le stationnement, la future vélo-station de 1 500 places (payantes…) sous la place Béraudier doit impérativement être complétée d’une vélo-station de 500 places gratuites (extensible à 1500) côté Villette dès 2022. Actuellement le projet en prévoie seulement 500 en 2030…

Enfin, une station supplémentaire de 250 places gratuites est à implanter dans la rue Pompidou au niveau du nouvel accès aux quais.

A titre de comparaison, Grenoble prévoit une vélo-station de 2 000 places dès 2020 pour une gare qui accueille 30 000 voyageurs par jour : la gare Part-Dieu en accueillera 220 000 à horizon 2030.

La vélo-station de la gare Matabiau à Toulouse qui peut contenir 678 vélos. © E. Grimault/Région Midi-Pyrénées

La vélo-station de la gare Matabiau à Toulouse qui peut contenir 678 vélos. © E. Grimault/Région Midi-Pyrénées

Les associations cyclistes ont récemment sollicité la SPL Part-Dieu pour exposer ces « revendications », mais aussi pour proposer de mettre à profit leur expertise d’usage lors de réunions techniques .
Espérons qu’elles soient entendues !

Car au-delà de la question de la mobilité, améliorer la cyclabilité d’un quartier, c’est aussi contribuer à ce qu’il tende vers une la Haute Qualité de Vie attendue par ses habitants, notamment grâce à la réduction du bruit et de la pollution.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

4 Commentaires postés

  1. Aménager la ville est un choix politique … soyez audacieux et ambitieux. Demain se construit aujourd’hui.
    Merci

  2. Ok le Vélo mais aussi les transports en commun
    Gare Part-Dieu

    Deux idées pour améliorer la surcharge de la Gare Part Dieu.
    Les deux concernent le tram T3.

    Premièrement, prolongement de T3, en remplacement de Rhônexpress, pour la desserte de la gare Saint Exupéry au tarif TCL, ce qui permettrait de basculer une partie du trafic de la gare Part-dieu sur la Gare de Saint Exupéry, ce n’est pas possible au tarif actuel de 15,90 euros.

    Avantage :
    La SNCF, doit, afin de répondre à l’augmentation de trafic à Part-Dieu, créer une 12ème voie à quai « voie L ».
    Il serait certainement moins onéreux pour elle de créer une 4ème voie à quai à St Ex et de participer au rachat de Rhônexpress par le SYTRAL.

    Si le tram T3 remplaçait Rhônexpress au tarif TCL cela permettrait une correspondance (en 45 à 60 minutes) entre les gares de St Ex et Part-Dieu. (Arrivé St Ex par TGV correspondance TER à Part Dieu, ou sens inverse)

    Deuxièmement, prolongement de T3 jusqu’à la place des Cordeliers, 1,8km de voies nouvelles, sur le Cours Lafayette et le Pont Lafayette.
    Premier arrêt, au niveau du 183 Cours Lafayette (actuellement arrêt de C3) après avoir emprunté les voies du tram T1 (200mètres sous les voies ferrées).
    Second arrêt, au niveau des halles, de la nouvelle tour Incity (N°114)
    Troisième arrêt, avant d’atteindre le quai
    Terminus, place des Cordeliers en correspondance avec le métro A

    Avantage :
    Les personnes qui arrivent à l’est de la gare par tram, T3, T4 et autres, (qui ne désire pas prendre le train), et veulent se rendre à l’ouest de la gare pour accéder au tram T1, au métro B, au centre commercial n’auront plus à traverser la gare.
    Actuellement pour traverser la gare à pied, jusqu’à T1 ou métro A, c’est 400mètres et 8 à 10 minutes de marche voir plus selon l’encombrement dans la gare.
    De l’arrêt de C3 au 183 cours Lafayette, pour les mêmes destinations, c’est 250 mètres et 4 minutes de marche.

    Ces personnes en poursuivant leur parcours par le tram T3, descendront à l’arrêt suivant au niveau du 183 Cours Lafayette et pourront accéder à T1, au métro B, etc.…en 4 minutes

    Voila comment éviter la traversée de la gare Part-Dieu à plusieurs dizaines de milliers de piétons.

    D’autre part la liaison part tram entre Part-Dieu et Presqu’ile permettrait des flux d’échanges importants entre ces deux zones majeurs de l’activité de Lyon et de la Métropole.

  3. J’abonde dans le sens de cet article. Les villes qui « comptent » aujourd’hui en Europe se dotent d’une politique cyclable ambitieuse.

    Pour exemple : La semaine dernière Londres à annoncé que  » le nombre de cyclistes urbains entrant dans l’hypercentre de Londres devrait dépasser celui des automobilistes dans les prochaines années « .

    Annoncé également à Londres l’ouverture d’une nouvelle autoroute vélo la « Cycle Superhighway 5 ».

    Sources :
    http://www.weelz.fr/fr/velo-urbain/2016/02/03/londres-augmentation-cyclistes-voitures/
    https://tfl.gov.uk/travel-information/improvements-and-projects/cycle-superhighway-5

  4. Première? Va au Amsterdam monsieur Collomb.