NOS APPLIS  Politique 

[Appli] Gérard Collomb va-t-il tenir ses promesses ? Le « Compteur Gégé » vous dit tout

actualisé le 08/09/2016 à 21h48

[Article mis à jour] Après le temps des promesses vient celui des réalisations. Entre les deux se glisse une étape intermédiaire : la planification. Gérard Collomb vient enfin de présenter ses plans de mandats pour Lyon et la Métropole dont le vote intervient cette semaine. L’occasion de nous replonger dans les promesses du candidat Collomb en 2014 et de comparer. Avec le « Compteur Gégé » vous pouvez visualiser celles planifiées, révisées ou déjà abandonnées.

 

Cela commençait à faire long.

Plus d’un an aura été nécessaire pour établir la « programmation pluriannuelle d’investissements » (PPI) et arbitrer les choix.

 

>> Accéder au « Compteur Gégé » directement

 

Contexte budgétaire délicat et promesses utopiques

Un an aussi pour compter les sous. Le maire de Lyon et président de la Métropole ne cesse de le répéter : les baisses des dotations d’Etat grèvent son portefeuille. Sur la période de son troisième mandat qui court jusqu’en 2020, il les évalue à

  • 240 millions d’euros pour la Ville,
  • un peu plus d’un milliard d’euros pour la Métropole.

Le 15 juin dernier, Gérard Collomb a ainsi présenté un plan d’économie en même temps que son plan de mandat. Manière de dire qu’il aurait bien aimé faire tout ce qu’il avait prévu mais que l’Etat l’en avait empêché en fermant petit à petit le robinet.

Il a toutefois annoncé des niveaux d’investissements relativement hauts pour mener à bien son programme. La Ville annonce un plan d’investissements de 600 millions d’euros sur 5 ans et la Métropole sera dotée de 3,5 milliards d’euros sur la même période. Des niveaux sensiblement équivalents aux années précédentes. En ce début de mois de juillet, les deux plans de mandats sont d’ailleurs soumis au vote de leur collectivité respective. La PPI de la Métropole a été adoptée lundi 6 juillet à une large majorité, celle de la Ville de Lyon sera votée ce jeudi 9 juillet.

Il n’empêche que ces restrictions budgétaires ne datent pas d’hier, ni même de la campagne municipale 2014. Certaines promesses étaient ainsi fortement compromises dès leur annonce. Nous les avons ainsi à nouveau épluchées et essayé de retrouver leur trace dans le plan de mandat de Gérard Collomb.

Première étape : rassembler et identifier les promesses

Avant toute chose, pourquoi « Compteur Gégé » ? Une référence -en forme de jeu de mots- au compteur geiger, outil de mesure des rayonnements et de la radioactivité. La référence se limitant à l’outil de mesure.

Nous avons utilisé comme base de travail le document de campagne du candidat Collomb rassemblant toutes ses promesses. Le document « Evidemment Lyon », du nom du slogan de campagne du maire de Lyon, et ses plus de 400 pages les détaillent par thèmes.

Nous avons conservé les promesses concernant la ville de Lyon et celles de dimension métropolitaine affectant Lyon. Une raison à cela : promesses municipales et métropolitaines sont mêlées dans ce même document. Il n’y a pas de document détaillant les promesses uniquement métropolitaines – il est logique que les leviers des différents niveaux de collectivité soient actionnés pour les grands projets lyonnais.

Parmi l’ensemble des promesses, et afin d’établir un comparatif le plus cohérent possible, nous avons conservé celles impliquant un investissement de la Ville ou de la Métropole. Pour une mise en miroir avec un plan d’investissements nous avons ainsi écarté les promesses relevant d’orientation générale, de la note d’intention ou très difficilement chiffrable. Exemple en matière d’accompagnement des entreprises, nous avons écarté une promesse telle que :

« Promouvoir et diffuser l’esprit d’entreprise dans l’ensemble de la société lyonnaise »

mais conservé :

« Développer la connectivité numérique sur le territoire (nœud d’échange internet local, wifi disponible en ville et dans le réseau des transports en commun) », qui implique des investissements de la part de la collectivité.

Nous avons également écarté à l’intérieur de certains projets les équipements ou investissements privés n’impliquant donc pas un financement public. C’est le cas notamment des « Grands Projets », riches en opérations immobilières privées pourtant intégrées dans le descriptif à grand renfort d’images et de projections.

Combiner financements publics et privés est une marque de fabrique de Gérard Collomb et dans certaines opérations la collectivité concernée peut il est vrai jouer un rôle de facilitateur et d’impulsion. Toutefois, pour tenter de retrouver trace de ces promesses dans le plan d’investissements, nous n’avons conservé uniquement les opérations impliquant une intervention du financement public.

Deuxième étape : retrouver leur trace dans les plans de mandat

Pour établir ce comparatif nous avons utilisé les documents de référence mis à notre disposition, à savoir ceux fournis lors des conférences de presse des plans de mandat de la Ville et de la Métropole ainsi que le plan de mandat du Sytral. Détaillés mais pas exhaustifs, nous les avons complétés avec des annonces faites dans la presse et demandé des précisions aux deux collectivités.

D’un document à l’autre les intitulés des projets peuvent varier et, plus surprenant, des opérations très détaillées en 2014 se retrouvent inscrites dans la PPI de 2015 derrière des intitulés très généraux sans qu’on sache vraiment ce qu’elles sont devenues entre temps. A ce sujet, nous n’avons pour l’heure pas encore reçu leurs réponses et nous complèterons bien évidemment notre comparatif à réception.

A partir de là, nous avons évalué le taux de promesses chiffrables planifiées dans les plans de mandat de Gérard Collomb.

Chaque promesse planifiée intégralement dans la PPI reçoit un score de 100, celles abandonnées un score de 0. Pour les promesses revues nous avons évalué le degré de réalisation prévu. Exemple : un grand projet décliné en 10 opérations dont 7 sont planifiées reçoit un score de 70. Pour les promesses dont il est indiqué qu’elles sont en cours d’étude ou de montage ou pour lesquelles nous n’avons pas encore reçu de précision, nous leur avons attribué un score de 50.

Selon nos critères de sélection et d’évaluation, le score de Gérard Collomb est de 64% de promesses de campagne planifiées dans ses différents plans de mandats.

>> Accéder au « Compteur Gégé » <<

> Actualisation le 10 juillet 2015 après les votes des programmations pluriannuelles d’investissements à la Métropole (6 juillet) et à la Ville de Lyon (9 juillet), l’analyse des délibérations correspondantes et les réponses de la Ville de Lyon. Le score initial de 59% passe à 64%.

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 328 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 400 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 597 visites. 2 commentaires.