Le blog du taulard inconnu
Le taulard inconnu risque de sévères sanctions en publiant ses écrits, alors il est anonyme. C'est aussi pour protéger son identité que le nom de la prison dans laquelle il se trouve n'est pas révélé pour l'instant. C'est une prison de la région Rhône-Alpes, quelque part dans une zone grise près de l'autoroute, bref, une prison banale. Quand viendra l'heure de sa libération, il dévoilera son identité et le lieu de son incarcération.
Blogs  Le blog du taulard inconnu 

Blog du taulard #18 : et le prisonnier qui se suicide ?

Tu lis les journaux, lecteur, tu regardes les journaux télévisés. Tu t’indignes lorsque tu apprends que tel salarié s’est suicidé à cause de ses conditions de travail. « Comment peut-on pousser un humain à de telles extrémités », penses-tu alors. A moins que tu te rassures en te disant que c’était quelqu’un de fragile qui allait déjà mal dans sa vie et, dans ce cas là, ne lis pas ce que j’écris tu n’y comprendras rien.

Making of
Le taulard inconnu risque de sévères sanctions en publiant ses écrits, alors il est anonyme. C’est aussi pour protéger son identité que le nom de la prison dans laquelle il se trouve actuellement n’est pas révélé pour l’instant. C’est une prison de la région Rhône-Alpes, quelque part dans une zone grise près de l’autoroute, bref, une prison banale. Quand viendra l’heure de sa libération, il dévoilera son identité et le lieu de son incarcération.

Rue89Lyon

Mais pour toi, lecteur normal, qui a un cœur qui fonctionne et qui a une pensée qui résonne plus qu’elle ne raisonne, ces événements qui deviennent hélas fréquents te choquent. Tu te dis : « merde quoi, Orange ou Pôle emploi ( pour ne citer qu’eux) déconnent sérieusement dans leur management. On ne doit pas faire subir ça à des être humains ».

Que penserais-tu alors, si la presse faisait son boulot et te tenait informé pour t’annoncer, tous les 3 jours, qu’un prisonnier s’est suicidé ? Non, non, je ne déconne pas, ce sont les chiffres depuis des années (plus d’une centaine de suicides par an en prison) et si tu apprenais qu’en France, en plus de ces morts, il y a en moyenne 3 tentatives de suicide par jour dans ces mêmes prisons qui, heureusement, n’aboutissent pas, souvent grâce aux codétenus.

Je sais, on te dit que les prisonniers sont de plus en plus instables psychologiquement (c’est vrai pour une part seulement, et cela n’explique en rien les faits car le taux de suicides dans les hôpitaux psychiatriques n’est absolument pas comparable, sinon il y aurait une enquête administrative qui se saisirait de cette tuerie).

Donc la question qui se pose est la suivante : comment se fait-il qu’on se suicide autant en prison, et pourquoi n’en savons nous rien ? Qu’y a t il donc à cacher ?

En prison. Crédit : Sébastien Erome/Signatures.

En prison. © Sébastien Erome / Signatures.

 

Désolé d’être aussi sordide mais c’est la réalité

Informons clairement : la grande majorité des suicides se font par pendaison. Méthode très masculine disent les psys ! Oui et alors ? D’autres se tranchent eux-mêmes la gorge, les femmes les veines, certains arrivent à accumuler des cachetons ou avalent des produits ménagers. Quelques uns mettent le feu à leur cellule espérant la douceur du gaz carbonique. Désolé d’être aussi sordide mais c’est la réalité.

La pénitentiaire ne répond que par une pseudo prévention. Tu l’a peut-être su, le kit anti-suicide d’Alliot Marie : des pyjama en papier (en les tortillant bien ça fait une bonne corde) et des codétenus recrutés pour surveiller les gens dit « à risques » et partageant la cellule.

Si un taulard évite un suicide, hop, remise de peine de 6 ou 9 mois d ‘un coup. Mais rien n’est fait pour comprendre les raisons de ces suicides et ce qui amène un type (ou une femme) à se flinguer.

 

Dans ma cellule, je n’aurais aucune difficulté à me pendre

Tiens dans ma cellule, je n’aurais aucune difficulté à me pendre. Il y a un radiateur mural dont le tuyau d’alimentation passe du sol au plafond. Mais il y a aussi les lits superposés et pas mal d’autres points d’accrochage. Ici les matons ne se servent pas de l’œilleton, sauf à l’heure de la condamnation des portes (18h30), exception faite des détenus qualifiés de DPS (détenu particulièrement signalés) mais qui sont plus souvent des rebelles que des personnes en déprime (c’est très souvent la rébellion qui évite la déprime d’ailleurs, mais c ‘est un autre débat).

Dans d’autres taules, les matons tournent toutes les 2 heures et pas un seul taulard ignore les heures des rondes.
Alors on va te dire, qu’au-delà de la fragilité psychique, terme bien pudique et impersonnel pour décrire l’enfer vécu par les taulards, il y a ceux qui culpabilisent par rapport à leurs horribles crimes et veulent fuir leur responsabilité.

 

« Faîtes entrer l’accusé »

On ne se suicide pas pour une bagarre, une conduite sous alcool, du trafic de shit ou un cambriolage. Faut pas prendre les gens pour des cons. Des « Dutroux » il y en a 1 tous les 10 ans. Mais comme on te gave d’émissions manipulatrices style « faites entrer l’accusé » où on ressassent les histoires des 30 dernières années au minimum, on te fait croire que les prédateurs sont partout, à tous les coins de rue.

La France serait le pays où on tue le moins en Europe. Même le très droitisant Alain Bauer le dit.
Alors, lecteur, je pourrais presque me dire que finalement, il y a plus de morts dans les prisons que de victimes de crimes sur un an. Soit sûr que je n’oublie pas ceux qu’on a suicidés volontairement ou maquillés comme tel suite à une ratonnade ratée.

Tu as lu ou entendu dernièrement le gars qui s’est fait tuer par un gendarme dans un fourgon de transfert. Même le procureur dit : pas de légitime défense, violence gratuite. Eh bien le juge ne met pas le gendarme en examen, il ne va pas en prison, lui. Il est juste témoin assisté. Déjà, si tu réfléchis à ça, sérieusement hein, tu vas commencer à comprendre pourquoi il y a autant de suicides en prison.

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Le taulard inconnu
Le taulard inconnu
J'ai parlé de mon quotidien en prison et maintenant de ma vie dehors. Je ne me plains pas, ni ne cherche à me faire plaindre. Je n'ai nul besoin, ni moi ni les autres prisonniers, de compassion, ou encore pire, de pitié. Je témoigne, simplement.
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 479 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 559 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 463 visites. Aucun commentaire pour l'instant.