Société 

Lyon, ville la plus gay-friendly de France pour Têtu

Dans son numéro 200 (en kiosques mercredi 28 mai), le magazine Têtu publie une nouvelle édition de son classement des villes les plus gay-friendly de France. Lyon est en tête.

heteroclite tétu

Après une éclipse en 2012 (détrônée par Montpellier, Lyon arrivait alors en troisième position, ex-æquo avec Rennes), Lyon retrouve la première place du classement des villes les plus gay-friendly de France établi par Têtu, qu’elle avait conquis pour la première fois en 2009.

Pour obtenir ce résultat, la rédaction de Têtu s’est basée sur cinq critères : les politiques publiques, l’offre culturelle LGBT, les lieux de sociabilité, le dynamisme associatif et le « bien-être ressenti », évalué par les lecteurs eux-mêmes. 4000 d’entre eux ont ainsi donné leur avis sur leur ville entre fin mars et début avril.

De par sa taille et son offre « écrasante » , Paris n’est pas inclue dans ce classement.

Première pour ses politiques publiques, malgré l’ambiguïté du maire

Concernant Lyon, le magazine gay note que « le maire, Gérard Collomb, a cultivé l’ambiguïté pendant le débat sur le mariage pour tous » . Mais la formation des agents municipaux à la lutte contre l’homophobie (la moitié d’entre eux avaient été formés fin 2013) et la forte augmentation des subventions municipales aux associations LGBT (dont le montant total a été multiplié par quatre depuis 2008 pour atteindre 250 000€) permettent à la ville de se classer première pour ses politiques publiques.

Elle est également première pour son offre culturelle LGBT (grâce notamment à son festival de cinéma queer Écrans Mixtes et au Point G, le fonds d’archives LGBT de la Bibliothèque municipale) et pour ses lieux de sociabilité (le succès des différentes soirées – La Garçonnière, Garçon sauvage, Bunny Slut Club, Disconnexion, Clit My Bonnie… – palliant la diminution récente du nombre de bars communautaires).

Elle est aussi deuxième pour son dynamisme associatif, grâce à un tissu associatif dense et varié (associations de jeunes, lesbienne, trans, cinéphile, sportives, militantes, etc.).

Au final, c’est par le vote des lecteurs que Lyon obtient sa plus mauvaise note : elle n’est « que » cinquième (sur vingt-quatre villes évaluées, tout de même). Est-ce à dire que les Lyonnais seraient plus sévères que les autres sur leur propre ville ?

Ailleurs en Rhône-Alpes, Grenoble se classe huitième et Saint-Étienne treizième.

Tous les résultats sont à retrouver dans Têtu n°200, en kiosques dès le mercredi 28 mai.

Par Romain Vallet sur Hétéroclite

Partager cet article

L'AUTEUR
Heteroclite
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 447 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 417 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 649 visites. 2 commentaires.