Elections municipales 2014  Politique 

Municipales à Lyon : Michel Havard joue « l’humain » contre l’« indécence » de Gérard Collomb

actualisé le 20/03/2014 à 21h21

Pour le lancement de sa campagne, le candidat UMP à la mairie de Lyon, Michel Havard, a attaqué Gérard Collomb sur la multiplication des inaugurations et une future augmentation des impôts locaux. Pour le programme, il faudra attendre quelques mois.

Michel-Havard-Francois-Fillon-Lyon

Le candidat UMP à la mairie de Lyon, Michel Havard avec Francois Fillon, dans les rues de Lyon le 5 septembre ©Alexander Roth-Grisard/Maxppp

Filloniste de toujours, Michel Havard a logiquement eu les honneurs de l’ancien Premier ministre lui-même pour le lancement de sa campagne municipale. Ce jeudi soir, dans une salle des bords de Saône, devant plus de 600 personnes, François Fillon a déroulé l’habituel discours vindicatif sur la politique nationale (et un peu internationale) du gouvernement Hollande. Comme Jean-François Copé, il a repris l’idée-force de la rentrée à l’UMP : « le ras-le-bol fiscal ». Dans la bouche de Fillon, cela donne :

« Il faut stopper la spirale fiscale qui étouffe notre économie ».

En bon élève, Michel Havard, candidat désigné lors de la primaire avait lui aussi entamé son discours sur le même thème, décliné au local :

« Alors que les Lyonnais, tout comme les Français, souffrent et font attention à leurs dépenses, Gérard Collomb fait sa rentrée médiatique en annonçant que, s’il est réélu, son premier geste sera d’augmenter les impôts. Cette annonce est indécente ».

Même s’il parle d' »indécence », il se garde bien de promettre lui-même de ne jamais augmenter les impôts.

L’UMP contre « les petits fours et champagne »

Michel Havard ne veut pas rester muet devant la multiplication des inaugurations que le maire de Lyon enchaîne en cette rentrée (« une trentaine en septembre »). Mais difficile pour un candidat de droite de critiquer des projets aussi consensuels que les Rives de Saône ou que la réouverture du tunnel de la Croix-Rousse. Alors il attaque la manière de faire et dénonce, encore une fois, « l’indécence » de ces « petits fours et champagne » :

« C’est une volonté de financer son entrée en campagne sur le dos des Lyonnais, avec nos impôts ! »

Lui qui met ses pas dans l' »humanisme » et le « catholicisme social », veut créer une « ville à vivre » à l’opposé d’une « politique des grands projets » :

« Nous devons rétablir un équilibre qui a été rompu par Gérard Collomb. Il a mené une politique de grands projets en délaissant le quotidien des Lyonnais ».

Aux journalistes de France 3, la punch line du candidat devient « replacer l’humain au centre de la campagne » :

Et sur Tweeter, Michel Havard parle plutôt de « replacer l’humain au centre de la ville » :

« Oubliez les divisions »

Pour le programme du candidat UMP, il faudra toutefois attendre janvier 2014, date qui marquera l’entrée officielle de Gérard Collomb dans la bataille. Et ce, « afin de ne pas donner des billes aux maires de Lyon », glisse un collaborateur de Michel Havard.

En attendant, Michel Havard exposera une « vision » de Lyon. La sienne. François Fillon a beau avoir lancé un appel à « oublier les divisions », le leader de la droite lyonnaise devra aussi passer un peu de temps à resserrer les rangs, après des primaires qui ont laissé des traces. Ce jeudi soir, salle de l’Embarcadère, ils sont pourtant tous là, ceux qui ont sans égard remis en cause sa légitimité, Norra Berra, Georges Fenech et Emmanuel Hamelin. Mais ils se font discrets.

Quant aux militants, hormis ceux qui avaient voté pour Michel Havard, nombreux témoignent ouvertement de leur scepticisme.

« Il lui manque du charisme. Et aujourd’hui, sans mandat électif d’importance, il n’est plus rien », annonce une adhérente restée anonyme.

Micro ouvert, cela donne par exemple dans la bouche de Sophie Cruz, adjointe au maire UMP de Sainte-Foy-lès-Lyon :

« Il faudrait qu’il se montre plus combatif car Gérard Collomb est très bien implanté ».

Cet enthousiasme intérieur des militants peut aussi s’expliquer, après la publication le matin même d’un sondage rappelant la confortable avance du maire de Lyon.

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 236 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 164 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 1 000 visites. Aucun commentaire pour l'instant.