Vigies 

Richard Bellia, le photographe lyonnais qui « réagit comme un kid de vingt balais »

actualisé le 06/12/2013 à 06h54

Richard Bellia fait partie des mecs dont le travail me fait regretter d’être né en 1991. À l’époque où il shootait Taxi Girl et Lee Scratch Perry en pyjama dans un cimetière, l’alcool qui a mené à ma conception n’était même pas encore en bouteille. À la fin des années 1980, Bellia était également le seul photographe français à s’intéresser à la scène indie-rock anglaise ; résidant à Londres, il était proche de Ride, My Bloody Valentine ou House of Love et c’est grâce à lui que ces groupes aujourd’hui légendaires étaient relayés dans les magazines d’ici.

La semaine dernière, je glandais à Lyon, et alors que tous mes plans d’hébergement étaient tombés à l’eau, Bellia en personne m’a proposé de passer la nuit chez lui. Je devais donc dormir dans cet appartement, qui en réalité est une sorte de laboratoire de photo où la musique – des vinyles, petit – est régulièrement étouffée par le bruit de la douchette avec laquelle il rince les tirages, lesquels sont ensuite suspendus un peu partout, y compris dans sa chambre. Mais deux heures avant, il m’annonçait que son plan canapé tombait à l’eau, rapport à une sombre histoire de colocation entre quinquagénaires.

Je n’étais pas surpris. Le talent de ce mec est inhérent à ce qu’il est foncièrement : un mec tellement habité par les mecs qu’il photographie qu’il en a chopé toutes les caractéristiques. Bellia réagit comme un kid de vingt balais ; il est aussi sympa que parfois complètement borné, pour ne pas dire relou – il a failli me faire pleurer la première fois qu’on s’est rencontrés parce que j’avais un appareil numérique et que « ça petit, c’est pas de la vraie photo. C’est de la merde. » Mais après avoir longuement réfléchi à mes erreurs et rejoins sa page Facebook intitulée Je préfère fumer du crack au petit dej’ que d’aller voir Indochine en concert, je lui ai posé des questions sur ce qu’il fait de mieux : des photos des mecs à l’origine de la meilleure musique des cent dernières années.

Lire l’interview sur vice.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 211 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 118 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 997 visites. Aucun commentaire pour l'instant.