Appartement 16
  • 12:50
  • 20 novembre 2012
  • par Laurent Burlet

Quand Pôle emploi fiche les chômeurs agressifs

4375 visites | 65 commentaires

Depuis la fusion ANPE/Assedics, Pôle emploi a fait du « traitement » des agressions une véritable politique de sécurité, avec un traçage précis des actes et des chômeurs responsables d’agression. En Rhône-Alpes, cette politique flirte dangereusement avec les limites de la loi informatique et libertés.

Pole-Emploi-Agence-Villeurbanne-Rhone

Une agence Pôle emploi à Villeurbanne (Rhône) © Alexander Roth-Grisard / MaxPPP

Selon la direction de Pôle emploi et les syndicats, les agressions de conseillers sont en hausse. En Rhône-Alpes, comme ailleurs en France, des statistiques ont été mises en place pour suivre ce que la direction régionale a nommé « les incidents clients ». En 2011, on notait ainsi 621 « incidents clients » et en 2012, on en compte 677 (chiffre arrêté au 9 novembre dernier).

Pour parvenir à un tel recensement, les différentes directions régionales de Pôle Emploi doivent mettre en place une politique de sécurité encadrée par la direction nationale. Registre de sécurité, fiche « incident client » et envois de courriers : les chômeurs énervés sont suivis à la trace. En Rhône-Alpes, la porte-parole de la direction assure qu’il n’y a pas constitution de fichiers de chômeurs agressifs. Rien n’est moins sûr.

 

Un registre papier… qui peut être nominatif

A chaque agression, les agents de Pôle emploi doivent remplir une main courante, sous forme papier. Il s’agit du « registre HSCT » (pour Hygiène Sécurité et Condition de Travail) qu’ils doivent transmettre à travers le « logiciel de gestion du risque » (LGR).

C’est une note du 28 septembre 2010 signée par le directeur général de l’époque, Christian Charpy, qui encadre le traitement de ces informations et les suites à donner. Dans ces « instructions relatives à la prévention et au traitement des agressions à Pôle emploi », il est bien précisé que les informations sur ces agressions doivent être anonymées, que ce soit dans le registre papier ou lorsque l’information est transmise par informatique à la direction régionale via le LGR :

« La situation doit être relatée à partir des faits objectifs : date, heure, circonstances, description des événements. Ces informations très sensibles au regard de la loi Informatique et Libertés ne doivent pas comporter d’éléments nominatifs » (voir la note en pdf. page 9).

http://www.rue89lyon.fr/wp-content/uploads/2012/11/PE_28_Sept_2010.pdf

Problème en Rhône-Alpes, comme le reconnaît la porte-parole de la direction régionale : les agents, dans la pratique, sont libres d’écrire les noms des demandeurs d’emploi.

 

Salah, chômeur fiché

Le cas de Salah, chômeur habitant de Vénissieux, est problématique. En juillet dernier, lors d’un rendez-vous avec sa conseillère, le ton monte. Au RSA, Salah reproche à sa conseillère de ne pas l’appuyer suffisamment dans la recherche d’un financement pour une formation. Le rendez-vous se termine là. Mais quelques jours plus tard, Salah reçoit un courrier lui indiquant qu’il s’est « montré agressif » et qu’il a « fortement perturbé le bon fonctionnement de Pôle emploi ». Et le courrier, signé par le directeur régional adjoint, conclut que si de tels agissements devaient se reproduire, il se réserve la possibilité d’informer les autorités judiciaires et de limiter son accès à l’agence de Pôle emploi.

Salah est en total désaccord avec la description des faits tels que relatés dans le courrier :

« Le ton est effectivement un peu monté. Mais je suis resté très cordial. Ce qu’il y a de choquant dans cette histoire, c’est que Pôle emploi m’envoie un courrier me menaçant de sanction alors que je n’ai pas pu donner ma version des faits ».

Dans une longue réponse écrite, Salah, sur les conseils du site recours-radiation, conteste l’agression. Et puisque le courrier parle de sanction en cas de récidive, il demande que son nom soit effacé du fichier où il suppose qu’il a dû être inscrit. Salah a eu le nez creux, le directeur adjoint de Pôle emploi accepte sa requête :

« Je réponds favorablement à votre demande de retrait du signalement à votre nom, dans le registre de sécurité de l’agence de Vénissieux ».

 

« Insulte/raillerie », « agression physique » ou « menace de mort »

Mais pour Salah, comme pour les autres chômeurs considérés comme agressifs, le fichage ne s’arrête pas aux pages papier du registre de sécurité de leur agence.

En Rhône-Alpes, la déclinaison du logiciel national (LGR) est la « fiche incident client » que chaque agent doit remplir et envoyer à la direction régionale, lorsqu’il est victime d’une agression. La nature de l’incident est à cocher : de « Insulte/raillerie » à « Agression physique », en passant par « Menace de mort ».

L’agent doit également renseigner les « causes/origines de l’incivilité » et les « actions immédiates réalisées ». Surtout, comme l’atteste la fiche que nous publions, les coordonnées du demandeur d’emploi doivent être renseignées, en contradiction totale avec les instructions de la direction générale.

http://www.rue89lyon.fr/wp-content/uploads/2012/11/fiche_incident_client_Pole_Emploi-Rhone-Alpes.pdf

Les sanctions à prendre doivent être notées. Et parmi ces sanctions, la notion de récidive est importante. La direction régionale peut en effet envoyer plusieurs types de courriers :

  • « courrier degré 1 » : avertissement avant restriction d’accès.
  • « courrier degré 2 » : avertissement avant plainte et premier niveau de restriction d’accès.
  • « courrier degré 3 » : dépôt de plainte et restriction d’accès.

Pour assurer le suivi des courriers, la direction régionale affirme qu’elle ne conserve qu’une mention sur le dossier informatisé du demandeur d’emploi intitulé « envoi courrier direction » et qu’elle anonyme les « fiches incident client » dès que les courriers sont partis. Difficile à croire puisque cette « fiche incident client » prévoit un espace de texte libre nommé « Mise à jour du suivi ».

 

La CNIL « jamais saisie » pour un tel fichier

Selon la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), trois conditions doivent être remplies pour qu’un fichier informatique nécessite une déclaration :

  • Des informations transmises au niveau régional ou national
  • Des informations nominatives
  • Une collecte de ces informations qui aurait pour conséquences une privation de droits ou des suites judiciaires

Le traitement des « fiches incident client » semble répondre à ces trois conditions. Nous avons voulu savoir si une demande d’autorisation avait été obtenue par Pôle emploi. La CNIL nous a répondu que Pôle emploi ne l’a saisie « d’aucune demande en ce sens ». S’agissant du registre de sécurité papier, un de ses agents explique :

« Dans la mesure où il s’agit de fiches papier qui ne font pas l’objet d’une informatisation au niveau local, aucune formalité auprès de la CNIL n’est requise par la loi ».

Cependant, tous les chômeurs devraient être mis au courant de l’existence d’un tel registre de sécurité. Il est en effet spécifié dans la note explicative de ce registre que « doivent être enregistrés tous les incidents (…) survenus au personnel et aux clients ».

 

« On a dévoyé le travail de prévention »

Dans la procédure, le Comité d’Hygiène et Sécurité et des Condition de Travail (CHSCT), réunissant des représentants du personnel et la direction, doit se réunir régulièrement pour examiner les faits les plus graves et trouver des solutions de prévention.

Mais pour César Sulli, du syndicat SNU, secrétaire d’un des deux CHSCT de Rhône-Alpes, la mise en place de ces « fiches incident client » a « dévoyé le travail de prévention sur les questions de conditions de travail et de qualité de service », en faisant en sorte qu’on se focalise sur les agressions d’accueil et la seule responsabilité des usagers.

A l’origine, explique Cesar Sulli :

« Tous les problèmes étaient notés dans le même registre de sécurité, que ce soient les problèmes d’origine interne ou les problèmes avec les demandeurs d’emploi. Depuis la fusion et la dégradation du service, dit-il, le dispositif mis en place par la direction de Pôle-emploi a abouti à ce qu’il n’apparaisse plus guère que les « incidents clients ». »

C’est une manière, selon les syndicats, de ne pas prendre en compte les autres problèmes, comme par exemple les dysfonctionnements des services, ou les tensions entre les agents et l’encadrement, du fait notamment des problèmes d’organisation post-fusion ANPE/Assedics.

 

Une approche sécuritaire des incidents

Les syndicats reprochent à la direction de ne prendre en compte que les effets et non les causes de ces violences répertoriées à longueur de « fiches incident client ».

Dans la note du 28 septembre, il est précisé, par exemple, que l’espace doit être organisé pour que « les agents d’accueil soient positionnés pour éviter la circulation du public dans le dos ». Autre exemple, tous les ordinateurs doivent être équipés d’un « dispositif d’alerte PC qui permet à chaque agent d’alerter en temps réel et de manière discrète ».

« Nous contestons cette approche purement sécuritaire, poursuit Cesar Sulli. La violence doit aussi être analysée comme un effet de défaillances organisationnelles. De nombreux incidents sont dus à la désorganisation liée à la fusion, au fait qu’on surcharge les portefeuilles des conseillers, et à l’incapacité de Pôle-emploi, depuis 4 ans maintenant, d’harmoniser les deux métiers de l’indemnisation et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi ».

Cesar Sulli cite un exemple :

« On fait croire qu’un conseiller pourrait répondre à toutes les questions. A l’accueil, 80% des questions sont liées à l’indemnisation. Si un agent venant de l’ex-ANPE est à l’accueil, comme c’est le cas le plus souvent, c’est là que ça peut clasher ».

Mais en cas de problème à l’accueil, l’agent ne trouvera aucune case pour cocher : « cause de la violence = problème d’organisation liée à une fusion calamiteuse ».


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

65 Commentaires postés

  1. Ce n’est pas une première, voilà un autre exemple où un conseiller s’est senti « agressé » par un demandeur d’emploi au point que là aussi, la Direction Régionale a cru bon de menacer de poursuites judiciaires l’intéressé s’il devait récidiver.

    Son tort ? Il a dit à son conseiller qu’il venait aux RDV car sinon il risquait la radiation, mais qu’il n’avait pas besoin de ses services car il faisait le même métier que lui. C’est ici, avec en prime un article du Canard Enchaîné :

    http://www.recours-radiation.fr/observatoire_pole_emploi/topic2401-20.html

    C’est important en tout cas, de mettre, sur la place publique ces méthodes d’intimidation destinées à faire régner une soumission à cette institution.

    • Bonjour Rosecelavi, Bonjour à touTEs,

      Je n’ai toujours pas de réponse du pseudo médiateur de Pôle Emploi. Avec cet article je vais re demander des excuses et l’accès à mon dossier, je ne lâcherai pas l’affaire, même si l’attitude de l’agence de Carhaix à changé depuis l’article du Canard!

      Cordialement

  2. Pôle emploi ne respecte même pas les lois, par exemple en refusant d’ouvrir des droits à des salariés qui n’ont pas d’attestation d’emploi, alors que le code du travail prévoit que les salariés n’ont pas à pâtir des manquements ou des fautes de leur employeur. Pôle emploi carotte les chômeurs. Pour voler les pauvres, il est bon de leur faire peur, d’où ces fiches, menaces de poursuites, etc.
    Pour en savoir davantage sur le fonctionnement de Pôle emploi, et les moyens de s’y opposer, un ensemble de témoignages recueillis à l’occasion d’un procès : Outrage à Pôle emploi : Moi, personne quelconque de nationalité de hasard, déclare avoir été témoin des faits suivants, http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5903

  3. Et quand les torts viennent de pole emploi, pas de recours, rien à dire, rien à faire. Ou si, vous faire radier parce que votre dossier est mal pris en charge. Mais c’est systématiquement de la faute du demandeur d’emploi …

    • Il faut aller directement au tribunal administratif avec demande de dommages et intérêts, ils seront obligé d’aller se justifier. Je l’ai fais plusieurs fois et ai toujours obtenu gain de cause.
      Cordialement

      • vous avez visiblement les armes intellectuelles pour supporter ca, et pour ne pas vous laisser faire. C’est loin d’etre le cas de nombreux chomistes. Ce n’est pas toujours facile, et les procédures sont tellement longues et compliquées, qu’on finit vite par abandonner.
        en tout cas j’admire votre combat, continuez, et espérons que la médiatisation de ce genre de situation pourra faire bouger les choses ;)

        • Oui il faut être armé! Pour autant ce n’est pas facile et ça relève de la guerre et de la torture psychologique, ainsi que des difficultés de gestion du quotidien quand il suppriment les allocations. Mais nous le faisons justement pour que les choses changent pour touTES les chomistes.

          Cordialement

      • Bonjour

        J’aimerai savoir comment vous avez fait car moi je n’arrive pas a les emmener au tribunal merci de me répondre par mail
        cordialement David

      • Pour demander des dommages et intérêts, il faut un avocat… si vous avez les moyens d’un avocat, c’est bien.

  4. Il y a des claques qui se perdent à PE. Quand je vois ce qu’ils ont osé faire à ma mère (bien docile), à sa place je crois que j’aurai mis le feu à l’agence (je sais, je suis légèrement sanguin).
    Je ne connais pas une seule personne ayant eu à faire à eux qui s’en est sorti correctement.

    • Nous en connaissons plein qui s’en sont sortis, plus que correctement, il faut juste se défendre, seul ou collectivement, de plus en plus de jurisprudences condamnent Pôle Emploi entre autre pour défaut d’information et de conseil à payer des dommages et intérêt par exemple, des tribunaux administratifs jugent de nombreuses radiations comme étant illégales etc..

      Il ne faut rien lâcher

  5. PE est une machine à broyer et radier les chômeurs et fabriquée par les pouvoirs dans ce but assumé. Décourager le « demandeur d’emploi » par des procédures automatisées froides et aberrantes, l’humilier par un formalisme poussé à l’extrême, enlever toute souplesse et possibilité d’intervention humaine par les employés (managés eux-mêmes à la france télécom), anéantir toute relation personnalisée tenant compte de chaque cas particulier, tout ça pour le pousser dehors. Ils ont mis en place sciemment ce monstre bureaucratique qui a peu à envier à la bureaucratie soviétique, mais à la sauce libéral-management des années 2000 (plateformes téléphoniques etc…). Les employés sont victimes de ce management criminel qui a fait des preuves à France télécom, la poste et ailleurs (objectifs quantifiés à atteindre, tyrannie de l’évaluation etc…). On s’étonne même que les conseillers pôle emploi ne soient pas encore délocalisés dans un pays « mieux-disant » en matière de cout du travail.

  6. Ah le Pôle Emploi! Quel merveilleux outil de flicage des chômeurs mis en place par M. Karcher :) Une authentique machine à radier! Du beau boulot, vraiment, il n’y a qu’à regarder les chiffres.

    En l’état, il ne lui resterait plus qu’à créer des emplois et à en trouver aux chômeurs et tout irait (à peu près) bien…

    Plus facile de lutter contre les chômeurs que contre le chômage, hein, messieurs les politiciens…

  7. @El Mancho, votre commentaire a été modéré. Merci de vous référer à notre charte

  8. Innadmissible.
    Ou l’on découvre que les violences surgissent à cause d’une « fusion » mal éffectuée.

    Ca me rappel un temoignage d’un gardien de prison qui nous disait que si son collègue avait violé une petite rebeu, c’est parceque il n’y avait pas assez d’encadrant feminin.
    Bah non, c’est parceque c’est un gros porc et qu’il mérite des coups de fouets.

    Bah là c’est pareil, la violence de SALAH, c’est pas la faute à la fusion, c’est parceque SALAh est un gros con qui ne sait pas s’expremier autrement qu’en faisant chier un pauvre agent POLE EMPLOI.

    • Vous confondez visiblement un peu tout.

      Oui la fusion mal gérée est source de nombreux problèmes. Prenez un agent ex-assedic, plutôt comptable, n’ayant jamais travaillé dans le social ou l’insertion, connaissant bien les procédures d’indemnisation mais pas celles de la réinsertion professionnelle.

      Mettez-le l’accueil d’un pole-emploi, et mettez en face de lui un chômeur connaissant de gros problèmes pour pouvoir faire des formations, et qui se retrouve systématiquement radié à chaque fois qu’il essaye de faire quelque chose pour se reconvertir professionnellement.

      Vous pouvez être sur que la situation va dégénérer. Un agent sous pression dans l’impossibilité de faire son travail correctement face à quelqu’un de volontaire a qui on met des bâtons dans les roues a chaque prise d’initiative, ca vire forcément mal.

      Perso, même en sachant ça et en étant conscient des conditions pourries dans lesquelles ils bossent, couplées a des restrictions budgétaires, ca m’est arrivé de péter un plomb. On est humains, et si la poudre et l’étincelle vivent cote à cote, les têtes sautent.

      C’est pareil à l’hôpital, aux impôts, …

  9. Le Pôle Emploi a de nombreuses failles et défauts tout le monde le sait. Si l’institution abuse de sa position? oui. Si de nombreuses pratiques existent pour baisser les chiffres, éviter des paiements? oui. Et j’en oublie.
    Malgré tout les salariés de PE sont des êtres humains méritant tout autant le respect que toutes autres personnes et à ce titre il n’est pas acceptable qu’ils essuient à longueur de journée du mépris, des insultes, des menaces.
    Ces situations existent réellement, ce ne sont pas que de mauvaises interprétations ou déformations de faits, ça existe vraiment et c’est tous les jours!!! Personnes ne supporteraient de travailler dans ces conditions et les conséquences sur les agents PE peuvent aussi être dramatiques: mal-être au travail, peur, stress, dévalorisation, dépression…
    La réponse n’est peut-être pas la meilleure, certes, les problèmes sont souvent dus à l’organisation elle-même, certes, mais le respect doit quand même être mutuel…

  10. M.Burlet, peut être serait il temps d’interroger des personnes qui sont satisfaites de pole emploi ou tout du moins de leur conseiller parce que oui ça existe! Demandez l’autorisation si cela vous intéresse de venir passer une semaine aux cotés des conseillers à Vénissieux pourquoi pas. Oui vous pourrez témoigner d’une certaine violence, oui vous pourrez témoigner d’un travail investi de la part des conseillers, oui vous pourrez témoigner d’une agence qui fait pour le mieux afin de ne pas mettre les demandeurs d’emploi en difficulté, bref venez mettre votre nez au coeur de notre travail et peut être votre article aurait été plus modéré, il faut aussi interroger ceux qui sont de l’autre coté, votre article ne fait que conforter des représentations et des préjugés, en somme rien de très neuf…

    • @polette
      L’objet de l’article est un élément précis de la relation avec Pôle emploi, à savoir la manière dont la direction régionale fiche les « incidents clients ». Mais si vous m’invitez pour un reportage au long cours sur vos conditions de travail à l’agence de Vénissieux, j’accepterai volontiers.

      • J’ai bien compris le sujet de l’article et vous voyez les commentaires qu’il génère. Concernant l’invitation cela, vous le savez ne dépend pas de moi, mais si cela devait se faire, je vous accueillerais avec plaisir.

    • Qu’il y ait des employés qui font bien leur travail (ou qui bénéficient de circonstance avantageuses pour l’affirmer), c’est bien… le problème, ce sont les autres, et l’impossibilité de s’en défendre. Dès lors qu’on n’entre pas dans vos cases, on est méprisé, que vos employés soient bons ou pas : ils n’aident que ceux qui leur ressemblent.

  11. Entrepreneur autrichien vivant dans le Gard, j’ai été chômeur pendant près d’un an avant de créer ma propre entreprise. Je suis d’un naturel plutôt paisible, sportif, équilibré, courtois et souriant. Mais une des rares fois où j’ai vraiment littéralement pété un plomb, c’était au Pôle Emploi de Nîmes, qui m’a fait un véritable harcèlement administratif digne de Kafka pendant des mois et des mois, en me renvoyant systématiquement des dossiers jugés « complets » et en m’obligeant à chaque fois de me farcir quarante bornes aller-retour pour régler les nouveaux « problèmes ». J’en étais arrivé au point où je me sentais à deux doigts de fracasser une tête d’oeuf de petit fonctionnaire sadique. Alors si les gens de Pôle Emploi se plaignent de vivre des agressions, je leur dirai que j’en connais qui l’ont bien cherché.

    • La différence c’est que vous n’etes pas passé à l’acte alors qu’aujourd’hui on a affaire à des populations qui commettent des violences trop facilement et ce n’est pas tolérable ni excusable.
      On doit poser comme préalable qu’on ne résout rien par la violence.

      • La violence ne résout rien, Ah bon?
        D’où tu sort ça d’un épisode des bisounours?
        Tout dans ce monde nous prouve le contraire.

        • D’accord avec Cédric, d’autant que cette soi-disant « violence » est en réponse à une autre violence, un harcèlement permanent et des abus de pouvoir qui, eux, ne sont jamais sanctionnés.

    • Bizarrement, ce sont les personnes cultivées, diplômées et travailleuses qui ont des problèmes : soyez nanars, analphabètes, lécheurs de bottes et esclaves à souhait, Pôle Emploi ne vous ennuiera pas. Les employés de PE ne supportent pas qu’on leur rappelle qu’on vaut mieux qu’eux malgré notre situation sociale affligeante, et qu’ils ne méritent pas leur salaire à force d’incompétence et d’inutilité.

      Excusez-moi mais la fille de 20 ans qui me lit des diapos pour m’expliquer comment faire un CV… devinez donc ce que j’en pense. Et comme je suis assez con pour le dire de vive voix, bah je vais être fiché « agressif » LOL Ridicule. Qu’on ferme cette usine à incapables. Une banque suffira.

  12. Je suis partagé. J’ai travaillé un dans un service administratif d’une ANPE tout en connaissant malheureusement de longues périodes de chômages, avant et après, ce qui fait que je vois les deux faces de la pièce.

    En tant que « Demandeur d’Emploi » (ou D.E.), je ne peux pas dire que la *structure* ANPE devenu par la suite Pôle Emploi m’ait aidé à trouver du boulot. La réalité, c’est que du travail il y en a peu et que dans certains secteurs, il n’y en a pas du tout. Dans le même temps, les moyens que Pôle Emploi met à la disposition des D.E. ordinaires (car tout les D.E. ne sont pas traités de la même manière) est indigent et ridicule. Au final, le D.E. commun devra surtout compter sur ses propres forces, son courage et sa ténacité pour trouver un emploi. Pôle Emploi ne lui servira que de base de données pour des offres d’emploi et de système de pointeurs pour ses indemnités (et à la rigueur d’imprimante pour son CV si la machine n’est pas en rade ce jour là), et rien d’autre. Et ça, il y a peu de conseillers qui ont le courage de le dire. Mais à leur décharge je dirai que je doute que tous les D.E. ait la force ou la capacité de l’entendre…

    Quand on est D.E., on subit Pôle Emploi plus qu’autre chose et cette institution peut se montrer parfois d’une grande brutalité envers vous. Les actions en justice de chômeurs cherchant à faire valoir leurs droits et à exiger un minimum de respect sont peu nombreuses car par définition le chômeur manque d’argent et un procès est long et onéreux (mais j’ai cru voir quelques affaires intéressantes en cours néanmoins), ce qui a pour conséquence que Pôle Emploi, comme beaucoup d’administrations, fait un peu ce qu’elle veut, sans trop de considération pour le droit et sans considération tout court pour ses administrés.

    Mais à ce niveau là du commentaire, j’aimerai introduire un bémol né de mon expérience au sein de l’ANPE. Cette brutalité que j’évoque, et dont beaucoup de D.E. se plaignent à juste titre, et bien il faut réaliser qu’elle s’applique d’abord au petit personnel de cette institution. Des salopards, il y en a partout et je n’en ai rencontré ni plus ni moins à l’ANPE que dans d’autres sociétés où j’ai été amené à travailler. Ce que j’ai vu, en revanche, c’est une majorité de conseillers soucieux de faire leur travail, travail que ces salariés voyaient comme étant celui d’aider des gens à retrouver un job et qui se voyaient castrés à la fois par un manque de moyen général et à la fois par des procédures administratives complexes et absurdes. Le système transforme le conseiller en gestionnaire de statistiques. Son « portefeuille » de D.E. ne cesse d’augmenter et le temps qu’il peut passer avec chacun est sans cesse officiellement réduit. On lui demande de faire de l’abattage et surtout, de privilégier les D.E. qui ont un CV leur permettant de retrouver rapidement un emploi, ce qui permet de sortir rapidement la personne des statistiques du chômage dont le chiffre, malgré tous les tripatouillages que les politiques leur font subir, ne cesse d’augmenter.

    Et c’est du fait de l’absurdité du système que votre conseiller vous convoquera alors qu’il sait qu’il n’a pas d’offre d’emploi à vous proposer ou qu’il vous enverra assister à un énième stage bidon pour apprendre à faire un CV (stage qui, s’il ne vous servira à rien, sera en revanche très apprécié par la société privée qui le facture). Il le fera parce que c’est ce que son employeur lui demande de faire et que s’il ne le fait pas, il se retrouvera à pointer à Pôle Emploi comme vous (et moi).

    Face à cette absurdité, à cette comédie macabre (car les ressources financières sont une question de vie ou de mort), certains conseillers ont assez d’intelligence et d’empathie pour rester lucide et ne pas accabler les D.E., d’autres deviennent aigris et se déchargent du stress qu’ils subissent sur plus faible qu’eux, comme le veut tout bon système hiérarchique, et ici les plus faibles sont les D.E..

    Dans ce drame, le conseiller ne peut compter sur personne ou si peu (les syndicats, ha ! Leur pouvoir est si faible à l’ANPE qu’ils ne peuvent pas faire grand chose, hélas. N’est pas la SNCF qui veut). Bref, tout le monde fait le dos rond de peur de perdre son emploi et le directeur de l’établissement, qui se partage souvent plusieurs agences, n’espère qu’une chose c’est sa mutation à un poste mieux payés. Cela ne l’encourage pas à s’investir dans une agence qu’il quittera bientôt et le poussera surtout à étouffer tous les problèmes en les glissant sous l’épais tapis de la négation tout en culpabilisant l’employé trop remuant avec de bonnes vieilles méthodes de manipulations psychologiques. Ceux qui savent ce que signifie le harcèlement moral comprendront.

    De l’autre côté, on se retrouve avec des D.E. désespérés, à la fois de leur situation, du peu d’espoir d’en sortir, de l’absence d’aide qu’ils peuvent attendre de Pôle Emploi mais aussi meurtris par l’inhumanité du Système qui leur rentre dans la gueule, les culpabilisants et les radiant pour un oui ou pour un non. Cela génère beaucoup de stress et surtout cela créé une base de violence explosive. A ceci s’ajoute le manque de sociabilisation de certains individus, qui sont des brutes et/ou des abrutis et qui peuvent commettre une agression physique à la moindre contrariété. Il ne faut pas perdre de vu que les victimes existent dans les deux camps et qu’il y a des agences où les conseillers viennent le matin la peur au ventre en se demandant s’ils ne vont pas se faire péter les dents à un moment de la journée.

    Et toute cette merde s’est trouvée renforcée par la fusion de ces deux organismes très différents dans leurs missions et leur mode de fonctionnement qui étaient l’ANPE et l’Assedic pour en faire ¨Pöle Emploi. Les faire cohabiter dans les locaux voisins était une bonne idée car pratique pour les D.E.. Revanche, les mixer de la manière dont cela a été fait a été une aberration dont les salariés de Pôle Emploi ET les D.E. payent lourdement l’addition.

    Avoir travaillé un an dans une ANPE m’a ouvert l’esprit quant aux difficultés que rencontraient les salariés de cette structure. Je sais désormais qu’ils ne sont pas responsables du peu d’efficacité de Pôle Emploi à aider les chômeurs ordinaires. Ainsi, la prochaine fois que vous êtes convoqué par votre conseiller, dans la mesure où il se montre courtois avec vous, essayez de ne pas lui en vouloir s’il vous a fait venir pour rien, il ne l’a pas fait de gaité de cœur. Les responsables, comme souvent, se trouvent plus haut…

    • merci pour ce témoignage, dommage qu’on ne puisse pas toper ;)

    • ben voyons… personne n’est responsable… ppffff… on ne travaille pas dans une institution qu’on critique, désolée. S’il n’y avait pas des employés pour cautionner, il n’y aurait pas tant de problèmes. Ce sont les employés qui font l’institution. Le problème est toujours le même : c’est parce qu’une majorité accepte n’importe quoi que la minorité assez intelligente pour dire non la subit !!

  13. ça va il y en a marre de ce faire agresser pour rien. Demandez aux caissières, si c’est agréable de ce faire insulter ou menacer et pour le smic en plus ? il n’y a aucune black liste pour elles. Je comprends que les conseillers du PE veulent se proteger. Et puis entre nous, les agences interimaires ont aussi des black listes, et bien d’autre institution.
    Les gens n’ont aucun savoir vivre ….

  14. Ce qui me gène c’est plutot le terme « client »

  15. J’ai fait une fois un mail ou j’exprimais ma colère pour son incompetence contre un refus pour un deplacement en corse et surtout le fait qu’elle avait rien a foutre du financement d’une vae ( il a fallu que je lui donne les instructions afin de faire son job) . Du coup ma conseillere ma envoyer vers une gestion privee ( qui fut intéressante )Actuellement j’ai déménager suite a un emploi et je suis revenu au chomage . je m’aperçois qu’ils sont carrement a l masse dans leur fonctionnement ou bien dans le cadre de recherche d’un chomeur .

  16. et dans l’autre sens, ça fonctionne aussi ?
    parce qu’un coup de fil à Pôle Emploi relève vraiment parfois d’un véritable dialogue de sourds
    l’erreur vient toujours de la part du chômeur, jamais l’inverse
    même prit en flagrant délit de mauvaise foi
    une seule envie après avoir raccroché, ou après un entrevu : se flinguer
    donc est-ce noté sur leurs petites fiches ?
    y allez en douceur, risque de sauter par la fenêtre
    ou
    nous avons merdé sur toute la ligne, y aller mollo
    ou
    ce coup-ci on écoute ce que dit le chômeur…

    le hic, trop de chômeurs, pas assez d’employés
    plus de fonds pour indemniser tout le monde
    donc on rase gratis…
    je dirais même plus
    non assistance à personne en danger

  17. Le pole emploi à le dont d’enerver les gens , souvent des envies de mettre des baffes me démange en sortant de leurs murs
    Je ne comprend pas qu’un tel service existe, je les ai cotoyé en qualité d’entrepreneur et de demandeur d’emploi dans les deux cas il ne servent a rien
    ils vous demande de choisir un metier mais pas 2 un seul comme si il pouvait apporter des solutions
    on noie le poisson et on vous prend pour des moins que rien
    bref , je garde mon calme , il faut supprimer ce service et virer tout ces incompetents, car ça coute cher de brasser du vent

  18. Pauvre Salah , bien naîf il s’imagine que Pôle emploi va lui financer une formation !!! Leur rôle de cette institution pousser les gens à la dépression ,le suicide …l’immolation ou alors caser les demandeurs d’emploi dans les stages bidons ,les remises à niveaus qui ne servent à rien ,les ateliers coaching,les bilans individuel….. dans des centres privés .Beaucoup de travail pour la France d’en haut (intervenant (e) ,psycologue …….) mais pas pour les demandeurs d’emplois !!!

    • Bonjour Nadia, effectivement j’ai été trop naïf… Jusqu’à aujourd’hui toujours rien. Exemple : mon nouveau conseiller annule notre rendez-vous 1h avant celui-ci alors que j’étais en route pour m’y rendre. Quand je lui demande de fixer un rendez-vous qui nous conviennent mutuellement il me dit que ça n’est pas comme ça que ça se passe. En gros je suis un toutou qui dot obéïr à Pôle Emploi….

  19. Avant de poser quelle que question que ce soit à PE, la poser d’abord à Google. Il a bien plus de réponses, Google.

    Sur les financements de formation, demander aussi à l’organisme de formation : ils connaissent à fond tous les moyens de se faire payer, c’est sûr !!

    Les agents de PE, leur fiche la paix. Ils ont bien trop de travail, ça devient inhumain pour eux. Ce fichier révèle un gros malaise, un gros malaise qui pourrait bien déraper au désavantage des pov’ zagents PE qui ont déjà bien trop de boulot.

  20. Pour avoir travaillé chez Pôle Emploi je peux dire que ces dispositions sont totalement justifiées. Certains se croient tout permis, certains sont désagréables et insultants, certains nous traitaient comme de la merde. Alors le fichage c’est un moindre mal. C’est une surveillance policière qu’il faudrait. On avait des conseillères qui n’osaient pas sortir à cause de types agressifs qui voulaient « régler leurs comptes » (sic) avec la conseillère en question… Faut arrêter avec Pôle Emploi qu’est méchant, les gens peuvent être de vraies curées à gérer aussi. Passez une demi-journée à l’accueil d’un Pôle Emploi, vous allez voir !

    • Je veux bien croire qu’il y ai des problemes de comportement de la part certain demandeur d’emploi .Mais parfois il y a de quoi par un manque d’information et je pense aussi d’adaptation de pole emploi au monde du travail. Moi même j’ai participe a des « ateliers » qui ressemble plus a des cours scolaires alors qu’on a a faire a des adultes et une méconnaissance totale des outils comme viadeo ou d’autre site.

    • Faites votre boulot correctement et avec respect et vous verrez que les gens ne seront plus agressifs.

  21. Agent Pôle emploi, j’attends un reportage sur notre collègue bretonne qui a été étranglée par un demandeur d’emploi ou par cette autre, en Charente, qui a eu le genou brisé ou cet autre collègue mis KO, toujours par un gentil et inoffensif demandeur d’emploi.

    Les bisounours, ça suffit ! Noter dans un dossier qu’un demandeur d’emploi et agressif c’est tout de même le minimum.

    • Tu les vois ou les bisounours, « Agent PE » ?! Qui te parle de bisounours ? Tu vis sur quelle planète ?

      Et les « demandeurs d’emploi » qui se démerdent pour crouter et assurer leur subsistance, tu crois qu’ils font quoi quand « l’agent pôle emploi » débauche et rentre chez lui ? Tu as des stats sur les « demandeurs d’emploi » accessoirement êtres humains en dehors des heures d’ouvertures, et sur le nombre de ceux qui se foutent en l’air dans l’anonymat total souvent, ou parfois qui s’immolent devant des agences (on croyait que ça n’arrivait qu’au Tibet ou en Birmanie à une époque) ?

      T’auras pas envie de tuer quelqu’un quand on t’imposera un stage « comment sourire dans un entretien d’embauche », « comment s’habiller et bien se présenter » et caetera… alors qu’il y a pas de boulot (on le sait tous !!!), que tandis que tu cherches juste un moyen de CROUTER, on te traite comme un gamin qui sera puni s’il vient pas et qu’il est pas sage comme une image.

      C’est toi qui vit chez les bisounours.
      Amuse toi bien, y parait qu’y sont gentils et qu’y sont tout doux mignons

      Et je rajouterais, que pour être agent à Pôle emploi (si c’est pas pour crouter comme les DE qu’on va devoir gérer), faut être soit naïf et jeune, pas avoir encore été chômeur, ou alors cynique ou pire, collabo.

      • Ta rien compris mon pauvre ma parole…elle te parle de son taf en tant qu’agent Pole Emploi et te parle de ce qu’elle vit la bas et toi tout de suite tu raméne tout à ton statut de « sans emploi ».

        Mais t’es plein de haine en toi mais dans le fond en plus je te comprends tout à fait…ces stages sont con a fond! Mais ils sont obligés de te proposer un truc (oui une offre d’emploi c’est pas possible, on est d’accord la dessus c’est bien ça le fond du probléme) et toi t’es obligé d’accepter sinon t’aura pas des sousous à la fin du mois. Alors t’en prends pas au personnel! La vrai question c’est qu’est ce qu’on fait?
        Les constats on les a depuis des decennies, les solutions, aucunes.

        C’est comme ça depuis 15 ans mon cher alors t’es ptetre encore bien plus naif qu’eux au final

    • Très bien Dupuy, Pôle Emploi peut ficher les gens qui sont agressifs ça ne me dérange pas. Pour ma part l’entretien avait lieu dans un bureau dont la porte était grande ouverte avec le vigile de sécurité qui passait toutes les 30 secondes. Si j’avais été agressif envers cette conseillère le vigile aurait réagit. Elle a tout simplement menti car elle ne sait pas faire son travail.

  22. Mais enfin qui en 2012 peut encore etre assez naif pour croire que Pole Emploi peut nous proposer un travail!!! Soyons réalistes, les commentaires que je lis, ça fait 20 ans que ce sont les mêmes!

    Pôle Emploi, la seule chose qu’on leur reproche(dans la grande majorité), ce sont les innombrables problémes pour toucher notre indemnisation (et cela du a une lourdeur administrative et legislative hallucinante on est d’accord), pas de ne pas nous proposer une offre d’emploi, ça on sait bien depuis longtemps que c’est à nous de nous demerder.

    J’ai mois même mis 2 mis et demi a toucher mon ARE et c’est vrai je « pétais les plombs » devant les documents a refournir de nouveau mais au grand jamais je ne pourrai agréer a certains commentaires, ni d’ailleurs a ce que j’ai pu voir quand je m’y rendai, à savoir de véritables menaces verbales et physiques envers les gens. Jamais, même dans mes nombreux problémes avec eux , je ne me serai permis d’insulter ou menacer les gens qui y travaillent.

    Bref, j’aime beaucoup Rue 89 que je lis quotidiennement mais je trouve cet article trés partial et qui entraine, une fois n’est pas commune dans ce pays, un sérieux clivage entre la population (en l’occurence ici, les D.E et le personnel Pole Emploi) et ça je ne pense pas que ça fasse avancer les choses.

    De plus, sur le fond même de l’article, n’est-il pas normal, au fond, qu »une direction fasse le choix de « ficher » (n’ayons pas peur des mots car c’est le terme exact aprés tout ) certains individus qui feraient preuve de violences verbales et de menaces, souvent répétés j’imagine d’ailleurs envers le personnel d’accueil?

    Certains commentaires sont insupportables, soyez rassurés dans 10 ans ça sera bien pire

    • La bêtise est sans frontière,l’impolitesse aussi quant à la mauvaise foi…Se faire agresser parce qu’il n’y a plus papier dans le photocopieur ou parce que l’on ne maitrise pas telle ou telle langue étrangère…Bien sur P.E n’est pas blanc comme neige, un demandeur qui n’a pas ses indemnités depuis deux mois est forcément à cran.Pourtant, j’en ai vu des gens dans la mouise mais vraiment dans la mouise ce sont pas ceux là les plus »guelards » loin de là. C’est curieux comme toujours c’est la pauvre conseillère de 45kg toute mouillée qui prend par contre son collègue 1m95 ,130kg et bien lui rien ,pas un mot de travers.

      Comme je le dis ,il y a des idiots de partout, des conseillers peuvent s’avérer indélicat.Mais comment réagir quand on menace vos enfants?Tous les incidents ne sont pas inscrits,nous sommes bien loin du compte.Allez voir du coté de la caf,impôts,mdph,ils racontent les mêmes choses.

      Beaucoup de conseillers ont connu le chômage,on sait ce que c’est,il y a des choses que l’on peut comprendre mais il faut aussi arreter de tirer sur la corde.P.E ne fabrique pas le travail, les formations sont financées dans le cadre de « mesures » c’est La Région qui accorde les financements individuels.
      d’une région à l’autre les opportunités varient.de plus avec l’arrivée des fêtes je crains que la situation n’empire.

  23. Oulalala mais c’est tellement grave! ça viole nos libertés!!

    Vous me ferez toujours délirer les gens de la gauche bien-pensante. Pour des principes -certes nobles- mais dont vous ne connaissez ni les tenants ni les aboutissants, vous seriez prêts à laisser ce pays s’embraser, à voir des gens se faire agresser, voire violer. Toujours du côté des coupables, des gens qui font du mal aux autres à cause de leur agressivité, de leur méchanceté. Tant qu’ils sont pauvres on leur excuse tout.

    Moi je suis pour que l’on répertorie les individus agressifs et qu’ils soient identifiés d’avance par les employés pour qu’ils se préparent psycologiquement. Mais puisque vous êtes toujours du côté des coupables…

    • Certe je suis d’accord. Mettez vous a la place d’un chômeur qui touche 500€ . Il subit un stress enorme et la moindre contrariété qui peut améliorer le quotidien ou résoudre un problème; L’agressivité n’est que l’expression d’un echec . Vous n’avez pas a faire a une population qui a une vie equilibre pouvant se projeté dans l’avenir.
      C’est loin d’etre le pied le chômage

    • Un vrai LOLeur PSG, vous accepteriez de vous faire ficher gratuitement alors que vous n’avez rien fait ? Vous ne vous rendez pas compte de votre bêtise…

    • PSG, trouve-toi un cerveau, on t’explique que les employés de PE taxent d’agressifs des gens qui ne le sont pas vraiment. Ficher un demandeur d’emploi sur le prétexte qu’il n’a pas besoin d’un atelier pour rédiger un CV et qu’il ose le dire, c’est normal ?? Il faut vraiment être inconscient pour accepter de telles dérives… ce qui me fait « délirer », moi, ce sont les gens qui se persuadent que les règles abusives ne les atteindront jamais… ficher les gens avec de tels pouvoir, c’est malsain ; les directeurs d’agence ne sont jamais objectifs et impartiaux ; c’est du règlement de compte à tous les étages, par susceptibilité car ils ne supportent pas qu’on leur dise qu’ils ne servent à rien. Je ne défends pas la veuve et l’orphelin, je défends les personnes qui font des efforts et qu’on empêche de travailler, car le fait est là : on ne nous aide pas à trouver un emploi, ça c’est pas grave, on sait bien qu’il faut le trouver par nous-même, le problème c’est qu’on nous empêche d’en trouver !! et je ne suis pas de gauche, ni de droite d’ailleurs, monsieur l’extrémiste sans jugeote.

  24. Faites comme moi : n’y allez plus ! Non seulement ils sont incompétents (marre de croire qu’ils sont surbookés, je vais donner un exemple de ce qu’il m’est arrivé, de plus, ils sont aimables comme des portes de prison.
    Avant (sic !) je cherchais un emploi. Plus maintenant. Pourquoi ? Maintenant, je suis au RSA. J’ai des comptes à rendre, il est vrai. Mais comme dirait l’assistante sociale qui me suit : je ne peux rien faire pour vous (encore sic !).
    Les causes : mon âge : 50 ans ! Les seniors, on en veut pas ! Ensuite, trop de diplômes (ben excusez du peu…). Pour finir, travailleur handicapé (re-sic !). Je n’ai vraiment rien pour moi ! Donc, pour revenir à ma petite histoire. Je cherchais donc un poste d’encadrement. Je réponds à une annonce du Pôle Emploi. La réponse ne se fait pas attendre, 48 h après par le Pôle Emploi : candidature refusée (quoi ! le PE refuse que l’on travaille, incroyable non ??). Je veux connaître la cause (on ne vous dit jamais tout bien sûr !). J’écris par mail (une chance, j’avais l’e-mail). Réponse d’une salariée, bourrée de fautes d’ailleurs (tiens, je croyais qu’on recrutait des bac + 2, voire bac + 3 (et dire que l’on m’a refusé lorsque j’ai moi-même postulé, car en tant que TH, j’étais « prioritaire ». Mouaich ! ça c’est du bleu aux yeux. Un TH n’est prioritaire… en rien !! Il fait la queue comme tout le monde, il n’a qu’à pas avoir de soucis de santé, non mais !!) et cette personne m’explique que mon diplôme ne correspondait pas à l’attente de l’employeur (quoi ? on recrute sur les diplômes et non les compétences, c’est quoi ce bazar ??). L’employeur voulait tel diplôme (est-ce vrai ? et comme je n’ai jamais su de quel employeur il s’agissait…) en management (le mien existe depuis les années 50 et il a fait ses preuves ma tite dame !). Elle n’a rien voulu entendre et n’a pas voulu me laisser une chance d’écrire à l’employeur. Attitude répétitive, puisque cela m’est arrivé plusieurs fois. Las, depuis, puisque mes diplômes, mes compétences, mon âge, ma reconnaissance TH, etc, etc, ne sont point reconnues par la société (j’ai envoyé plus de 400 CV pendant mes recherches !), j’ai décidé… de ne plus chercher d’emploi ! Marre de n’avoir aucune réponse, marre d’avoir des réponses négatives (reçues 6 mois après, le poste est pourvu depuis longtemps), marre de ce système défaillant qui ne veut que des gens formatés. Je ne suis pas une grosse couleuvre, loin de là, mais à force de se faire jeter, comment voulez-vous retrouver un semblant de dignité, et surtout ne pas être agressif lorsque la société l’est elle-même ?

  25. A + de 45 ans,th, c’est la galère pour trouver du travail.En France on ne peut pas mettre un flingue sur la tête d’un employeur pour qu’ils prennent un candidat plutot qu’ un autre même si le candidat est une perle.C’est injuste,bien sûr parce que nous vieillissons tous.Comme je le dis les conseillers ne sont pas des anges et il y a des salauds de partout,certains n’ y connaissent rien au handicap et d’autres au contraire y sont particulièrement sensibles.Pour la candidature, il y a la confidentialité, l’employeur ne veut pas que son identité soit dévoilée.Astuce:demander à son conseiller référent de transmettre la candidature.J’avoue, je n’ai pas les moyens de m’occuper de l’ensemble de mes DE.Je communique par mail,tel.Mon fils est handicapé alors question difficulté je m’y connais.faut pas baisser les brasJ’ai pas toujours bosser et j’ai eu faim aussi alors mes DE, je les comprends bien.Ils savent que je ne fais de miracles ,je suis honnête avec eux ,quand c’est possible on y va et quand ce n’est pas possible,on cherche ailleurs.Les prestataires ne font pas mieux.En ce moment les gens sont a bout et l’état reduit les budgets,il faut toujours serrer les dents.dans toutes les boites il y a des péteux mais il y a aussi des gens généreux,désolée mais on les trouve plus dans les agences en ZUS que chez les cadres.

    • Effectivement, les gens sont à bout. Même ceux qui ont un emploi. On leur demande beaucoup d’efforts aussi, ainsi qu’aux retraités ! Tout ça pour combler des déficits que l’Etat continue d’entretenir. Mais c’est injuste de considérer un demandeur d’emploi trop « vieux » alors que l’on nous demande de travailler jusqu’à… perpette bientôt ! Si on nous acceptait sur le marché de l’emploi, il n’y aurait pas de soucis de cotisation.

      • Faut pas se decourager.ok c’est vrai vous n’êtes pas tous egaux devant l’emploi.votre coup de gueule m’a particulièrement touché,la preuve cela a perturbé mon orthographe.Chercher un emploi, c’est comme être sur un ring de boxe avec mike tyson,on en prend des coups.A 50 ans ,on n’est pas moisi,en plus vous êtes bac+5.Alors dans votre secteur d’activité,c’est compliqué,j’imagine qu’envoyer 400 cv ce n’est pas rien.Si vous êtes bon en orthographe,candidater auprès de la CAF,CPAM,Préfecture,votre mairie.il faut absolument casser votre période d’inactivité par un stage ou autre si l’insertion c’est votre truc,ciblez une maison de l’emploi ensuite formation de CIP,ou alors vous avez peut être un permis d ?.il faut voir ce qui est très demandé dans votre bassin d’emploi.J’ai un petit garçon handicapé,alors je suis bien sensible à votre situation.Vous n’avez pas le droit de rester à terre parce que nous les parents on vous prend comme modèle,on garde espoir parce que l’on voit des th diplomés qui s’en sortent. Alors chomeur longue durée,il faut vous relever et bien creuser votre projet
        Vous êtes encore bon pour l’emploi.Ne laisser pas des péteux vous faire penser le contraire.

  26. Si nous étions de vraie clients ils seraient surement plus aimable et plus efficace.
    Mais puisque c’est obligatoire il ne risque pas de fermer alors ils s’en tape et ils font se qu’ils veulent.
    Pôle emploi c’est une arnaque, comme la sécurité sociale.
    Ce pays est une arnaque mais que faire?

  27. C’est facile de se plaindre quand on commence par agresser les gens par un manque de respect, de l’indifférence, de la lâcheté caractérisée et des mesures de harcèlement ne visant qu’à leur nuire sciemment (en leur enlevant leurs seuls moyens de subsistance) puisqu’on sait bien que l’occupation principale de ces employés estampillés « conseillers » et si bien protégés est de radier les chômeurs au lieu de les aider, et ensuite d’aller se plaindre d’une LÉGITIME DÉFENSE de ces personnes qui expriment leur mécontentement ou leur opinion sur l’inutilité d’une institution qui coûte plus à payer des incapables qu’à indemniser les chômeurs, en vérité.

    On oublie un peu trop qu’avant d’être chômeur, on a cotisé, et ils sont payés avec quoi, à vouloir radier tout le monde ?!

    Dès qu’on ose leur dire que ce qu’ils font ne sert à rien et que leurs procédures sont injustes, on est taxé d’agressif, c’est pas de l’abus ça ? Il n’y a donc personne, dans ce pays, pour stopper cette parodie de « services sociaux » ?? Que ce soit les impossibilités réelles de se rendre à leurs ateliers à 2 balles ou le REFUS d’y perdre son temps ou de dépenser de l’essence pour un truc qui ne servira à rien d’autre qu’à occuper une employée de base qui ne fait que lire des diapos sans même comprendre ce qu’elle raconte, cela ne devrait pas être une raison valable de radier d’une assurance pour laquelle on a cotisé.

    Sans parler du pouvoir sans limite de ces planqués de directeurs d’agence qui passent plus de temps à faire des courriers de règlement de compte personnel qu’être utiles à quelque chose.

    Il faut vraiment être d’un fond mauvais et nuisible aux gens pour avoir construit un tel système et de telles lois… Ils sont où ceux qui ont écrit ces règles ? Encore des planqués payés chichement aux frais de la République… et tous ces crétins de Français chanceux de pouvoir passer 2 heures à la machine à café de leur bureau, qui cautionnent en crachant sans cesse sur les soi-disant « glandeurs » de chômeurs…

    Ce pays est à gerber. Je suis français de souche, et j’ai honte. Mon seul objectif dans la vie est devenu de dégager de ce pays et de renier ma nationalité. Cela m’a donné de la motivation pour m’en sortir, car pour cela, j’ai besoin d’argent. J’ai compris une chose : tout ce temps que j’ai passé à faire des efforts honnêtement a été vain ; je n’aurai donc aucun scrupule de détourner les lois pour arriver à mes fins, puisqu’en France (comme dans beaucoup de pays d’ailleurs), pour s’en sortir, il faut être vénal, mauvais et malhonnête.

    Ce pays me donne juste envie de vomir. Certes, la vie n’est pas toute rose ailleurs, et je ne cherche pas le paradis ; tout ce que je veux, c’est un peu de bon sens et de respect ; et oui, quoi que vous en direz, il y a encore des endroits qui répondent à ce critère et qui ne viennent pas vous pourrir l’existence, dès lors qu’on fait des efforts et qu’on travaille. Car pour beaucoup de chômeurs, on n’a jamais arrêté de « travailler », même si c’est dans des conditions moins confortables que tous ces planqués, qui ne travailleront jamais autant, dans toute leur vie, que j’ai travaillé moi-même, chômeur de longue durée au RSA, en une demi-vie… tout ça pour mériter quoi ? des courriers, des radiations, du mépris, un rejet social et j’en passe.

    • Ce que personne ne précise, c’est que les chômeurs harcelés sont quasiment tous des gens éduqués et instruits.
      J’habite dans un quartier pauvre mais excusez-moi pour l’expression, les « cas sociaux » analphabètes ne sont jamais convoqués nulle part et vivent très correctement.
      lls ne sont jamais coupés de leurs allocations, mangent bien, leurs enfants tous en marque. Ils se font leur petite partie de pétanque tous les soirs, ont tous bonne mine et vivent leur petite vie tranquille.
      Tous les gens éduqués du quartier (qu’ils soient chômeurs ou travaileurs) eux, ne s’amusent pas, ont du mal à joindre les 2 bouts et sont harcelés de toute parts.
      Je ne pense pas que le fichage soit basé sur l’agressivité mais bel et ben politique comme c’était le cas en URSS.
      On se débarrasse des gens intelligents pour faire plus court.
      Ah, si vous ne croyez pas, allez dans les CCAS si vous êtes en galère, vous verrez des « cas sociaux » les factures à la main ou venir chercher tout ce qu’ils veulent mais vous, essayez de demander quelque chose, vous allez voir les « gentilles assistantes sociales »…
      Il est plus que temps que l’omerta soit brisée car ça fait trop longtemps que ça dure (dix ans environ).

  28. Non mais là ; il faut arrêter de mettre tout le monde dans le même sac. Cela devient fatiguant. P.E n’est pas irréprochable loin de là mais de là à dire qu’on radie ceux qui réfléchissent le plus ou les plus diplômés. Bientôt on dira qu’on radie les gens à cause de leur couleur de peau,du poids,… Soyons sérieux un peu.
    Les gens sont nerveux, à cran et on se défoule sur le premier qui passe. Comme je le dis toujours ce n’est hélas pas celui qui est le plus dans la mouise qui crie(et il y’en a).Il faut arrêter de mettre tout le monde (demandeur d’emploi y compris).
    Quand on convoque, il y a des mécontents, quand on ne convoque pas, il y a des mécontents. P.E ne fabrique pas le travail, on ne peut pas forcer un employeur à recruter telle ou telle personne ni un organisme de formation.je voudrais aussi parler des agences intérim qui ne sont toujours bien transparentes dans le recrutement ni dans le suivi. Ah oui difficile de communiquer avec certains. Je ne parle pas portuguais, roumain, arabe, armenien, turc etc…heureusement je peux aussi citer des exemples de demandeurs d’emploi qui m’ont impressionnés, plein d’humour, de compassion, des gens sincères ,des battants. C’est plus que la majorité des gens qui sont inscrit.Il y a des cabossés de la vie, de gentils raleurs, des idéalistes, des joyeux (et ce ne sont pas les plus riches).Parfois un sourire, une parole douce désamorce la situation. Le tout c’est de montrer à la personne que sa situation ne nous indiffère pas.
    par contre les insultes ,les menaces sur ma vie ou celle de mes proches,désolée mais cela ne passera jamais

  29. @Paulo: Votre commentaire a été modéré. Merci de vous référer à notre charte.

  30. je suis une conseillère pole emploi , je suis egalement syndiquée CGT et participe parfois au CHSCT.
    Je peux vous confirmer que l’agressivité des demandeurs d’emploi règne dans les agences
    Nous ne sommes pas totalement formés, le gouvernement met en place régulièrement des nouvelles lois que nous devons appliquées rapidement sans plus d’information ou s’engage sur des dispositifs a venir en parlant aux medias avant mise en place (dipositif de formation…)
    Certains demandeurs d’emploi au bout du rouleau (on peut comprendre) profite de leur statut (en demande) pour etre tres agressif car nous travaillons pour le service public
    Peu se rappelle que la recherche de travail, de formation n’incombe pas a leur conseiller mais bien a eux.
    Nous sommes dans une société ou tout le monde exige tout, tout de suite et sans aucun effort
    Les fiches d’agression nous permettent de declarer l’incident, afin que les membres de la direction et du CHSCT soient au courant, c’est une preuve de ce qui s’est passé.
    Cela nnous permet de deposer plainte, lorsque l’agressivité devient des menaces de mort et depasse le verbal
    En sortant de l’agence le soir, il m’arrive d’avoir peur, car j’ai du refuser certainnes choses a certains demandeurs n’etant pas eligibles.
    Je me met a la place du demandeur (que j’ai etais auparavant) mais en aucun je n’acceptre la violence pour resoudre des problemes, alors pourquoi envers les agents du pole emploi….c’est facile

  31. Que dire de ça ? Les agressions de Pôle emploi en direction des chômeurs?Radiés, chômeurs, au bout du rouleau… Ne vous inquiétez pas, la recherche a besoin de vous !
    Le médiateur ne sert à rien, je l’ai vécu !
    La radiation est un outil de pression sur des individus fragilisés, le seul recours est juridique encore faut-il en avoir les moyens.
    Personnellement, j’ai bataillé contre cela à mon petit niveau et Pôle emploi Spectacles qui, non seulement m’a radiée, mais a éliminé tout mon dossier, rien, néant, pas un cachet sur l’ordinateur, plus une seule trace, rien.
    Dernières trouvailles de leurs services, prendre des chômeurs longue durée, et fournir à un organisme de santé  » Cohorte Constance » la liste de ces précaires, avec leur coordonnées, pour qu’ils servent de cobaye.
    J’ai la preuve de ce que j’avance, c’est franchement dégoûtant.
    Deux questions: que reçoivent en échange de leur indiscrétion les conseillers qui donnent les listes ? L’état français est-il complice de ces agissements ?, si oui, dans quelle mesure et, jusqu’à quel point!
    Et dans le registre, ça n’arrive pas qu’aux autres… souhaitons que radiation et marchandisation de votre misère ne vous arrivent jamais !

  32. Eux ils sont protégés, mais les demandeurs d’emploi, qui les protègent quand ils ne trouvent pas de boulot, on nous méprise et c’est toujours de notre faute selon eux, c’est un crime de ne pas nous donner de job, comment fait t’on pour vivre, quelles retraites aurons nous, tu cherches tu est dans la merde, tu ne cherches pas tu est dans la même merde, il faut manifester contre ce système et faire en sorte qu’ils nous casent quelque part, il faut obliger les patrons à nous recruter, comme on nous oblige à chercher du travail.

  33. Je crois avoir été victime de cela hier. J’habite Lyon j’ai 55 ans. je ne suis pas indemniser par Pôle emploi. je touche juste un minuscule RSA payé par les allocation familiales. Mais je suis tenu de rendre des comptes a Pôle Emploi car je suis inscrit sur les liste de demandeurs d’emplois.
    J’ai du me présenter a deux convocations en quelques mois. Pour la 1er je suis tombé sur une dame d’environs mon age. Assez désagréable au début de l’entretien car me rappelant sèchement mes « devoirs » envers Pôle emploi. Alors que je n’ai jamais contesté quoi que ce soit. Je suis juste quelqu’un qui aime savoir « pourquoi et comment » Le ton a vite monté mais j’ai su calmer la situation en expliquant a l’agent qu’on pouvait très bien etre courtois l’un et l’autre. 2 em entretient hier. Encore une femme, la petite quarantaine. Hautaine, désagréable, cynique, arrogante, condescendante. Elle m’a rappelé a plusieurs reprises MES DEVOIRS quant a Pole emploi. Un lien de subordination totalement insupportable c’est installé. A deux reprise elle m’a préciser que je pouvais demander ma radiation. Elle a conclu en terminant brusquement l’entretien en prétextant que je ne voulais pas me soumettre aux conditions de Pole emploi et que je criai ???? A aucun moment je n’ai levé la voix. J’ai juste demander quelques explications et demander a ce qu’on me parle normalement et pas comme a un cas social demeuré. je suis artiste, homme de média (radio) de communication et je sais parfaitement gérer mes émotions et mon image. A aucun moment je n’ai dépassé des bornes ou été incorrect ou impolis et pourtant j’ai été considéré comme un parasite, qui devait se soumettre coûte que coûte au débit procédurié sans avoir quasiment le droit de m’exprimer Du coup j’explique tout là : http://youtu.be/jlBNB_y3VwM