Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

À Lyon, l’associatif Boris Tavernier investi par le Front populaire « pour porter ses sujets plus haut »

Le Front populaire a choisi son candidat dans la 2e circonscription lyonnaise. Il s’agit d’une figure de la société civile, Boris Tavernier, investi par les écologistes qui ont réussi à garder la circo. Profil d’un homme engagé depuis une vingtaine d’années contre la précarité et pour l’accès à l’alimentation de qualité à Lyon.

,

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.

Boris Tavernier, membre du trio fondateur du bar De l'autre côté du pont à la Guillotière. ©LS/Rue89Lyon
Boris Tavernier, membre du trio fondateur du bar De l’autre côté du pont à la Guillotière.

Surprise… Alors que la 2e circonscription attirait toutes les convoitises à Lyon, c’est une figure issue de la société civile qui sera candidat pour le Front populaire. Il s’agit de Boris Tavernier, 45 ans, directeur de l’association Vers un réseau d’achat en commun (VRAC). Celui-ci est militant depuis de nombreuses années à Lyon pour l’accès des populations précaires à une alimentation de qualité.

« J’avais cette idée en tête depuis quelques temps mais je n’y serais pas allé si ce n’était pas sous l’étiquette Front populaire. Ça m’a très vite motivé pour porter ces sujets plus haut », explique-t-il à Rue89Lyon, indiquant partir pour la « société civile ». Il dit aussi s’être positionné sur cette circonscription car « c’est à la Duchère (Lyon 9e) qu'[il] a ouvert le premier groupement d’achat de VRAC il y a 10 ans ».

En 2002, le militant avait cofondé le bar militant De l’autre côté du pont, à la Guillotière, avec deux associés. « On s’opposait tous les trois à la grande distribution. Attac cartonnait, les gars s’étaient rendus au Larzac… À l’époque on entendait très peu parler du circuit court, du bio. On voulait changer le monde en proposant un modèle alternatif, encore peu exploité », nous expliquait-il en mai 2023, avant la fermeture du bar.

Aujourd’hui, l’heure est grave pour ce lyonnais d’adoption, originaire du Nord. « L’arrivée au pouvoir du rassemblement national pourrait être très violente pour les associations de solidarité », craint-il. L’heure est donc venue d’un engagement plus politique.

Boris Tavernier, une figure alternative proche des Écologistes à Lyon

Proche des Écologistes, il travaille avec eux sur de nombreux projets dans la métropole, notamment à un projet de Sécurité sociale de l’alimentation dans le 8e arrondissement de Lyon. Ce sont eux qui ont réussi à garder la circonscription et ont choisi de l’investir.

Quitte à décevoir au sein de leur propre parti. La maire EELV du premier arrondissement, Yasmine Bouagga et le président du groupe écologiste à la Ville, Gautier Chapuis, lorgnaient sur l’investiture. Il faut dire que sa figure pouvait facilement faire consensus. Il est aussi connu pour être proche du maire PS de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael.

De quoi consoler un peu les socialistes qui espèrent récupérer au moins une investiture à Lyon à la suite de leurs scores aux européennes à Lyon. Ils n’en avaient eu aucune en 2022. La cheffe de file du PS à Lyon, Sandrine Runel, aussi adjointe aux Solidarités au maire de Lyon, s’était même positionnée sur cette 2e circo. Elle a encore une chance d’être investie, si les insoumis concèdent au PS la 1ère circonscription, perdue en 2022 mais gagnable en 2024.

L’investiture de Boris Tavernier permettra sans doute aux Écologistes de ménager les liens avec leurs alliés de gauche au local, investis à leur côté dans les majorités municipales et métropolitaines. Ainsi, ex-adjointe au maire et cheffe de file du mouvement Lyon en commun, Nathalie Perrin-Gilbert, figure de la politique lyonnaise, s’était aussi positionnée sur la circonscription.

« Boris est un homme engagé, fidèle à des valeurs sociales et écologiques depuis de nombreuses années. Je suis heureuse que les négociations entre les partis aient abouti à une candidature citoyenne de gauche ! », s’est-elle exprimée sur Facebook, annonçant retirer sa candidature, qui aurait pu gêner un candidat du Front populaire issu de EELV en cas de dissidence. Alors qu’il y avait eu trois candidatures dissidentes sur la 2e circonscription en 2022, il est donc possible que Boris Tavernier ait réussi à être investi sans concurrence à gauche. En moins de quatre jours, c’est un petit tour de force.


#Boris Tavernier

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Autres mots-clés :

Plus d'options