Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Avec le nouvel îlot Mazagran, un air de fin de lutte contre la gentrification à la Guillotière

En 2024, les premières études pour une démolition (avant reconstruction) devraient débuter à l’Îlot Mazagran. Un peu coincés par les architectes des bâtiments de France, les écologistes ont revu le projet de la précédente majorité en incluant plus de logement social. Un nouveau projet qui n’est pas la révolution attendue par certains collectifs de la Guillotière, et qui pose des questions pour les actuels habitants.

,
Édition abonnés
L'ECG et l'annexe
L’ECG et l’annexe font partie de l’ilôt Mazagran, à la Guillotière.

Le bâtiment est bien identifié des militants, comme des habitants du quartier. Le long de la rue Capitaine Robert Cluzan, les couleurs de l’Établissement communal de la Guillotière (ECG) s’affichent avec ses slogans : « Habitants de l’ECG, non à l’expulsion ! ». À deux pas, rue Salomon-Reinach, on trouve « l’Annexe », prolongation du squat, et l’atelier de vélo du Chat perché. 
Ces trois lieux font partie d’un ensemble un peu particulier à Lyon : celui de l’îlot Mazagran. Entre la rue Bechevelin et la rue Jangot, à deux pas de la place Mazagran, bien connue pour ses polémiques à répétition, cet espace accueille (encore) une partie de l’histoire des luttes contre la « gentrification » de la Guillotière. Une histoire menacée.
« La mesure d’expulsion est de plus en plus concrète pour le printemps », assure Brice (prénom modifié), un des membres de l’ECG. Le 31 mars, le bâtiment de l’Annexe sera expulsable. L’ECG, en théorie, l’est déjà. Une intervention policière était déjà crainte à l’été 2023. Or, après des années d’interrogations, les études précédents des travaux du nouvel îlot vont débuter en 2024. Pour les réaliser, les bâtiments devront être vidés. D’ici quatre ans, au minimum, un nouveau projet immobilier doit voir le jour, amendé par l’actuelle majorité métropolitaine.

La rédaction a besoin de votre soutien pour continuer d’enquêter sur l’extrême droite à Lyon.


Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Depuis 2011, Rue89Lyon mène un travail de fond sur l’extrême droite, plus qu’aucun autre média local. Révéler leurs actions violentes, documenter les connexions entre groupuscules et partis d’extrême droite, suivre leurs procès, analyser les raisons de leur forte présence à Lyon… plutôt que de relayer les actions de propagande ou la communication de l’extrême droite, nous avons choisi d’enquêter.

Sans nous, vous n’auriez pas su qu’une association catholique abritait entre ses murs le violent groupuscule Lyon Populaire. Vous n’auriez pas su, non plus, qu’un homme condamné pour violences racistes en décembre 2023 à Lyon était en réalité un cadre d’une association identitaire dissoute.

Grâce à notre suivi régulier, nous publions aussi de régulières analyses, permettant à nos lecteurs et lectrices d’avoir les clés de compréhensions nécessaires sur ces mouvements d’extrême droite.

Tout cela nous demande du temps et des moyens, et vous pouvez nous aider en vous abonnant à Rue89Lyon. Pour continuer ce travail, tous les abonnements comptent. Ils viennent financer directement un journalisme engagé et documenté sur l’extrême droite lyonnaise.

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Ilot Mazagran

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options