Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
« Il y a toujours une forme de récupération de l’éducation aux médias »
Éducation aux médias
Les journalistes de Rue89Lyon interviennent dans les structures collectives (collèges, lycées, MJC, associations de quartier et parascolaires, etc.) pour parler des médias à l'heure de la révolution numérique. Comment maîtriser le flux d'infos continu, quelle utilisation des réseaux sociaux adopter et quel rôle va désormais jouer la presse ?
Blogs Éducation aux médias 

« Il y a toujours une forme de récupération de l’éducation aux médias »

par Margot Hemmerich.
Publié le 5 octobre 2022.
Imprimé le 08 décembre 2022 à 06:14
583 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Rue89Lyon, nous sommes particulièrement engagés sur la question de l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Nous avons voulu faire le point sur les grandes évolutions de l’EMI, avec Marlène Loicq, maîtresse de conférence au Centre d’étude des discours, images, textes, écrits et communication (CEDITEC) à l’Université Paris-Est Créteil. Elle est l’auteure d’une thèse comparative sur l’éducation aux médias en Australie, au Québec et en France. Entretien.

Rue89Lyon. Existe-t-il une définition officielle de l’éducation aux médias et à l’information (EMI) ?

Marlène Loicq. Justement non, et cette absence de définition participe, d’après moi, à la difficulté d’implantation de l’EMI en France. “Education” et “médias” sont déjà deux termes sur lesquels les acteurs ne s’entendent pas toujours. Depuis 2012, l’Unesco a ajouté la notion d’information. Aujourd’hui, les pouvoirs publics vendent “l’éducation aux médias et à l’information » comme un label sans qu’il y ait de définition consensuelle connue et comprise par tous. Cela traduit la volonté de donner un cadre commun à tous les acteurs de l’EMI sauf qu’il s’agit de personnes avec des cultures professionnelles et des approches différentes. Ainsi, ce flou nécessite de systématiquement définir de quoi on parle quand on évoque l’EMI ; mais d’un autre côté, il laisse une certaine liberté aux éducateurs sur le terrain. 

« L’enjeu majeur de l’éducation aux médias est de comprendre comment se fabrique l’information »

Marlène Loicq. Quelle est votre vision et votre définition de l’EMI ?

Il y a malgré tout une idée de base, une colonne vertébrale de l’EMI, qui est de considérer que les médias ne sont pas neutres dans le sens où ils produisent forcément des discours. Ils ne nous donnent jamais à voir la réalité telle qu’elle est. On parle d’intermédiaire discursif. L’enjeu majeur de l’éducation aux médias c’est alors de comprendre comment se fabrique l’information, pourquoi, sous quel angle, avec quelle intention, à partir de quels acteurs…

Cela rejoint ma vision de l’EMI, que je définis comme l’accompagnement réflexif et critique vers la conscience de sa position dans l’environnement médiatique. Cela implique d’une part la connaissance et la compréhension de cet environnement (qui possède quoi ? que produit-il comme message ?…) qui est forcément en lien avec ma position de consommateur médiatique (pourquoi je vais chercher tel contenu et comment ?), mais aussi mes responsabilités de productrice ou de contributrice à cet environnement là. C’est valable pour les réseaux sociaux également : en tant qu’usagère des réseaux, quelles sont mes responsabilités, suis-je l’auteur de ce que je relaie ? etc.

Quels acteurs doivent porter cette éducation aux médias ?

Je considère l’EMI de façon large comme un accompagnement éducatif. En ce sens, quel que soit notre statut éducatif, nous avons une responsabilité : en tant que parent, en tant qu’enseignant ou éducateur, mais aussi en tant que producteur médiatique. C’est une responsabilité partagée mais qui diffère selon la position qu’on occupe. Sur le terrain, les projets et les pratiques vont donc différer car chacun part de ce qu’il est et de ses compétences. Un enseignant choisira peut-être de s’appuyer sur une analyse cinématographique, un autre se centrera sur les réseaux sociaux… Et c’est très bien. L’important est d’être dans une démarche cohérente et sans jugement sur les jeunes qu’on “éduque”.

Il faut ensuite faire une distinction entre l’éducation aux médias, et le fait d’être éduqué aux médias qui incombe à tout le monde. Or c’est l’un des problèmes de l’EMI : on met beaucoup de pression sur les éducateurs qui ne sont eux-mêmes souvent pas formés ni éduqués aux médias. Ce que je crains, c’est qu’en essayant de rassembler tout le monde sous la même appellation avec un discours commun autour des fake news, on mette en place des dispositifs avec des gens dont on va établir la légitimité. Les journalistes, évidemment, sont considérés comme légitimes pour parler de l’information vu qu’ils la fabriquent. Mais si leur discours consiste à dire “je suis expert donc j’écris la vérité”, ça me pose un problème. L’éducateur doit lui-même être dans une posture réflexive et critique. 

éducation aux médias Lyon Vénissieux Minguettes
A la médiathèque de Vénissieux en avril 2022, une exposition de dessins de presse par les élèves d’une classe de 6ème du collège Jules Michelet ©DR
Marlène Loicq, chercheure spécialisée sur l'éducation aux médias
Marlène Loicq

« L’EMI est apprue comme une réponse à une problématique sociale » 

On a parfois l’impression que l’EMI est née avec les fake news…

Je dis toujours que l’éducation aux médias existe depuis que les médias existent. A partir du moment où on a mis en place des outils médiatiques il y a eu des éducateurs et des enseignants pour se questionner sur la façon d’accompagner les jeunes et les préparer à vivre dans cet environnement médiatique. Mais c’est certain que les discours politiques mettent aujourd’hui le focus sur les fake news. Je pense que nous sommes dans un environnement médiatique qui est devenu un environnement numérique très complexe dont les fake news sont le syndrome. On ne peut plus se contenter de dire que la production d’information est dans les mains d’un groupe d’experts que seraient les journalistes. Il se passe un phénomène de production et de circulation de l’information qui nous échappe un peu. 

Or je pense que lorsqu’on fait du martelage sur les fake news, on place la responsabilité sur les utilisateurs des médias ; on attend d’eux qu’ils sachent discerner le vrai du faux, remonter à la source, qu’ils déduisent ce qui est valable dans une information. D’une certaine manière, on déresponsabilise un peu les producteurs médiatiques. Or, il est essentiel de poser la question du monopole des médias et de la formation des journalistes, par exemple. 

L’EMI peut-elle être instrumentalisée sur le plan politique ?

J’ai effectué ma thèse sur des comparaisons internationales et j’ai pu montrer qu’il existe dans l’EMI des enjeux socio-politiques très forts. On déploie des projets d’éducation aux médias à un moment donné, dans un contexte donné, pour répondre à une problématique sociale et politique. Il y a toujours une forme de récupération voire d’instrumentalisation de l’EMI.

On l’a vu en France en 2015 après les attentats : à  ce moment on lance le parcours citoyen, on met l’accent sur l’EMI et tout d’un coup, ça semble évident. Aujourd’hui à nouveau ça ressort fortement avec l’ensemble des problèmes sociaux qui émergent en lien avec le numérique ; on nous parle de cyber-harcèlement, d’endoctrinement, de liberté d’expression, de fake news… Partout dans le monde, c’est comme ça qu’est apparue et qu’a évolué l’EMI : comme une réponse à une problématique sociale. 

>> Lire la suite sur notre plateforme dédiée à l’éducation aux médias

Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 05/10/2022 à 10h22
L'AUTEUR
Margot Hemmerich

En BREF

8 décembre à Lyon : la manifestation des identitaires interdite par la préfecture. Pour quel effet ?

par Marie Allenou. 485 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Métropole de Lyon : « 281 enfants sans-abri » à l’approche de la Fête des Lumières

par Marie Allenou. 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Affaire Perdriau : la nouvelle victime s’appelle Laurent Wauquiez

par Rue89Lyon. 2 262 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×