Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
L’encadrement de la publicité dans la métropole de Lyon bientôt en vigueur
Société 

L’encadrement de la publicité dans la métropole de Lyon bientôt en vigueur

par Bertrand Enjalbal et Arthur Russias.
Publié le 23 juin 2022.
Imprimé le 26 novembre 2022 à 17:09
1 912 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le règlement local de publicité de la Métropole de Lyon voté définitivement lundi 27 juin 2022, entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2023. Panneaux publicitaires classiques ou numériques, enseignes et bâches de chantier seront encadrés dans l’espace public. Que prévoit ce règlement de publicité, qui n’a pas fait l’unanimité ?

C’est presque un serpent de mer. L’établissement d’un règlement local de publicité (RLP) à l’échelle de la métropole de Lyon est en discussion depuis de nombreuses années. S’il existe des RLP à l’échelle des villes (mais pas dans toutes), aucune règlementation globale n’existe pour les 59 communes de la Métropole de Lyon.

Les discussions autour du RLP de la métropole de Lyon ont démarré lors du précédent mandat. La volonté de mieux encadrer la publicité dans l’espace public était globalement partagée. Elles n’ont pas abouti sur le vote d’un texte avant la fin de la mandature. La nouvelle majorité écologiste élue en 2020 a repris le dossier.

La fin progressive des panneaux publicitaires numériques

Voté en décembre 2021, ce règlement local de publicité a depuis été soumis à une concertation publique. Il est également « redescendu » dans les 59 communes de la Métropole de Lyon pour y être débattu et voté. C’est donc la fin de la « navette métropolitaine » et le vote définitif. Son entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2023. Mais le délai de mise en conformité est long et selon les dispositions s’étendra jusqu’à 2028.

Que prévoit ce règlement local de publicité de la Métropole de Lyon, présenté comme un des plus restrictifs de France ?

  • interdiction des écrans numériques et des publicités sur les bâches de chantier,
  • extinction des enseignes de minuit à 6h du matin,
  • réduction du nombre de panneaux publicitaire et de leur taille dans certaines zones (voir plus bas)
  • interdiction des publicités lumineuses en toiture comme celles présentes sur les quais du Rhône,
  • protection très forte autour de plus de 95% des établissements scolaires (de la maternelle au lycée) du territoire.

Un règlement de publicité qui prévoit différents périmètres dans la métropole de Lyon

Par ailleurs, différents périmètres ont été définis au sein de la métropole de Lyon. Ils permettront l’adaptation de certaines mesures. Notamment la réduction des tailles des panneaux publicitaires. Ils pourront ainsi être plus grands en périphérie qu’en centre-ville ou que dans des zones protégées.

Neuf secteurs ont été définis dans le RLP voté en décembre 2021, du plus restrictif (Zone 1 où quasiment toute publicité sera interdite) au plus permissif (zone 9) :

  • Zone 1 : Espace de nature
  • Zone 2 : Patrimoine remarquable
  • Zone 3 : Centralités de villes, bourgs et quartiers
  • Zone 4 : Sites paysagers et résidentiels
  • Zone 5 : Axes routiers avec habitations basses
  • Zone 6 : Axes routiers avec habitations hautes
  • Zone 7 : Zones d’activités paysagères
  • Zone 8 : Zones d’activités classiques
  • Zone 8 : Grands équipements, pôles commerciaux et tertiaires

Ce règlement semblait plutôt faire consensus au moment de sa discussion sous la précédente mandature. Repris en main par les écologistes, il a soulevé des protestations. Des professionnels du domaine ont crié à la catastrophe. Des élus d’opposition ont avancé une « approche et une vision doctrinaires ».

Ils craignent l’impact de la baisse des recettes publicitaires. Comme il y a cinq ans lors des premiers débats, du reste. Certains craignaient pour le financement des Velov, notamment les Velov électriques alors annoncés. Interdire les panneaux publicitaires numériques en extérieur, notamment les sucettes Decaux, allait-il arrêter la financement en contre-partie du service de location de vélo ?

Un règlement de publicité plus restrictif ?

D’ailleurs, ce RLP est-il si différent des pistes qui se dégageaient en 2018 lors des précédentes discussions ? Pas vraiment, même s’il va plus loin, en accord avec les propositions des écologistes pas encore aux manettes à l’époque. Lors d’un débat en 2018 au conseil de la Métropole, le RLP envisagé prévoyait :

  • la fin des doublons (deux panneaux publicitaires côte à côte),
  • la réduction des fameux « 4 par 3 » à 8 m² au moins (c’est acté et même plus, 4m2 maximum)
  • l’encadrement des enseignes des commerces,
  • l’encadrement des grandes publicités sur les bâches de chantier, (elles seront interdites)
  • l’encadrement des panneaux publicitaires numériques. (ils seront même interdits)

Denis Broliquier, le centriste maire du 2e arrondissement de Lyon à l’époque, trouvait intéressant de réfléchir « à des zones blanches », vierges de panneaux publicitaires. Ce sera a priori le cas dans les zones les plus restrictives, notamment les espaces natures et sites remarquables comme le Vieux-Lyon.

Pascale Cochet, conseillère métropolitaine de Lyon Gauche Solidaire, proposait qu’il n’y ait ni publicité lumineuse ni éclairage dans les magasins de 23h à 6h du matin. Gilda Hobert, du Parti Radical de Gauche, proposait aller plus loin encore et propose que les magasins éteignent leur éclairage « dès la fermeture ». Ce sera le cas dans les zones 4 à 8 (voir plus haut).

Elle souhaitait également, tout comme le groupe communiste, l’interdiction des panneaux publicitaires lumineux sur le toit des grands immeubles. Ce sera bien le cas.

10 communes défavorables au RLP de la Métropole de Lyon

Ce règlement de la publicité de la Métropole n’a pas reçu un avis favorable de l’ensemble des communes. Une majorité d’entre elles lui a donné un avis favorable sans réserve (31 communes). D’autres l’ont approuvé avec certaines réserves (11 communes).

Près de 75% des communes de la métropole de Lyon l’ont donc approuvé. Certaines ont émis un avis défavorables. Elles sont 10 selon la délibération sur le sujet du prochain conseil de Métropole de Lyon. Les 7 autres n’ont pas fait de retour à la Métropole de Lyon.

Du côté des anti-pubs, l’arrivée des écologistes et de leurs desiderata a plutôt été une bonne nouvelle. Leur proximité a d’ailleurs notamment permis à l’un d’entre eux, issu du collectif Plein la vue, Benjamin Badouard, d’être candidat aux élections métropolitaines pour EELV. Et de devenir conseiller métropolitain.

Les anti-pubs veulent maintenir la pression sur la majorité écologiste

Malgré tout, le RLP voté en 2021, n’allait pas forcément assez loin encore selon les militants anti-pub. Même si la fin annoncée pour 2024 des panneaux publicitaires numériques dans le métro ou sur les bâches de chantier est appréciée.

Des activistes du collectif Plein la vue, de Résistance à l’agression publicitaire et d’Alternatiba ont désactivé un écran publicitaire ce jeudi 23 juin à Limonest. Aux environs de 9 heures du matin, quelques militants se sont réunis devant un écran publicitaire sur la commune de Limonest. Ils ont procédé à sa désactivation, en ouvrant un petit boitier situé à même le panneau. Le but ? Continuer de marquer à la culotte la majorité écologiste de la Métropole de Lyon.

Ils réclament l’interdiction de ces panneaux numériques dans toutes les communes de la métropole plutôt que leur normalisation dans le contexte du vote du nouveau règlement local de la publicité de la Métropole de Lyon. D’autres extinctions et recouvrements étaient annoncées ce même jour dans les communes d’Ecully, Dardilly et Rillieux-la-Pape.

« Il faut mettre ce sujet sur la place publique. L’enjeu c’est de les enlever, que ça ne soit pas normalisé sur l’ensemble de la métropole. Ce sujet n’est jamais acquis, il ne faut pas baisser la pression sur la majorité »

Anthony Geoffroy, président du collectif Plein la vue

Il considère que les écrans publicitaires sont trop contraignants car, au vue de leur taille, ils sont imposés aux riverains. L’association anti-pub fustige également le caractère polluant de ces panneaux numériques.

Article actualisé le 29/06/2022 à 14h08
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal et Arthur Russias

En BREF

À Lyon : des footballeuses mobilisées contre la coupe du monde au Qatar

par Laure Solé. 639 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon 8e, un rassemblement des locataires en colère contre Grand Lyon Habitat

par Oriane Mollaret. 748 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Censure préalable de Mediapart : le Spiil dénonce une atteinte à la liberté d’informer

par Tribune. 212 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×