Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
A Givors, de nouvelles élections municipales dans un climat digne d’OK Corral
Actualité 

A Givors, de nouvelles élections municipales dans un climat digne d’OK Corral

par Pierre Lemerle.
Publié le 21 octobre 2021.
Imprimé le 07 décembre 2021 à 21:29
1 059 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ce mercredi 20 octobre, le Conseil d’Etat a annulé les élections municipales de Givors de 2020. Dans cet ancien bastion communiste, une nouvelle élection et une nouvelle campagne s’annoncent. Elle devrait être autrement plus musclée que celle qui a été rejouée récemment à Chassieu.

Le Conseil d’Etat a finalement donné raison au tribunal administratif de Lyon. Pour les juges lyonnais, plusieurs incidents s’étaient déroulés aux abords de bureaux 9 et 10 le jour du vote. Les procès-verbaux faisaient état « d’attitudes véhémentes voire d’intimidation » sur les électeurs de la part de soutien du candidat gagnant, Mohamed Boudjellaba.

« Compte tenu de la gravité de ces agissements, contraires au libre exercice du droit de suffrage, et au très faible écart de voix entre les listes, les juges estiment que ces troubles ont été de nature à altérer la sincérité du scrutin. »

Selon le Progrès, le Conseil d’Etat a également relevé de « graves agissements » dans ces bureaux.

Les Givordins sont donc rappelés aux urnes.

Christiane Charnay, maire de Givors (PCF), a été interrompue par un "gilet jaune" l'accusant de récupération alors qu'elle tentait d'exprimer son soutien au mouvement. © AD / Rue89Lyon.
Christiane Charnay, ancienne maire de Givors (PCF), lors d’un rassemblent de Gilets jaunes. © AD / Rue89Lyon.

Pour Mohamed Boudjellaba : “Une campagne de mensonges” de la part de son opposition

Dans un communiqué, le maire de Givors élu en 2020 Mohamed Boudjellaba (gauche écologiste), a « pris acte » de la décision du Conseil d’Etat. A défaut d’attaquer l’institution, il prend pour cible son adversaire directe, et responsable du recours contre les élections, l’ancienne maire (PCF) Christiane Charnay.

« Cette décision est le résultat d’une campagne de mensonges, de tromperies et de magouilles, menée par Christiane Charnay, soutenue par un système clientéliste que nous avons commencé à changer », affirme-t-il.

Déjà en campagne, il accuse son adversaire d’être l’auteur de fausses attestations « fondées sur des usurpation d’identité », de « procès-verbal des élections falsifiées », etc.

« Aucune preuve tangible, non truquée ou non-partisane, n’appuie les allégations de madame Charnay quant à de supposées intimidations des électeurs aux Vernes [N.D.L.R : où se trouvaient les bureaux de vote]. »

Il n’en reste pas moins que ces preuves ont convaincu les différents juges administratifs.

De son côté, Christiane Charnay (PCF), ancienne maire de Givors a réagi sur Facebook :

« La justice a rendu son verdict. Elle disqualifie définitivement l’équipe de Monsieur Boudjellaba en reconnaissant qu’il existait des irrégularités contraires aux valeurs de la république lors de cette élection. »

Fabienne Grébert, Jean-Charles Kohlhaas et le maire de Givors boudjellaba
A droite, le maire de Givors, Mohamed Boudjelaba, lors d’un point presse avec Fabienne Grébert (EELV et Jean-Charles Kohlhaas (EELV) lors des élections régionales. ©PL/Rue89Lyon

Elections à Givors : Les gauches déchirées et le RN en embuscade

Ces attaques, souvent violentes, sont presque monnaie courante à Givors. Dans cette ville de 20 000 habitants tenue par les communistes de 1953 à 2020, les rebondissements judiciaires marquent régulièrement la vie politique locale. Avant Christiane Charnay, l’ancien maire communiste, Martial Passi (PCF), avait quitté ses fonctions pour une affaire de prise illégale d’intérêt.

Sous l’ancienne mandature, des conseils municipaux homériques, parfois longs de plus de six heures, étaient ponctués de plusieurs suspensions de séance pour calmer les esprits. Ces nouvelles élections sonnent un retour aux affrontements politiques.

Dans celles-ci, alors que la « gauche écologiste » se déchire contre le PCF, la place du Rassemblement national sera regardée de près. L’ancien leader du parti de Marine Le Pen dans le Rhône, Antoine Mellies, a été, lui aussi, proche de la victoire à Givors. Ce proche de Marion Maréchal, ex étoile montante du parti, a été depuis privé de ses fonctions de dirigeant de la fédération du Rhône.

Pour rappel, il avait rassemblé 25,40 % des suffrages en 2020, contre 28,24 % pour Christiane Charnay (PCF) et 28,88 % pour Mohamed Boudjellaba.

Ces nouvelles élections permettront une première victoire du RN au municipales dans le Rhône ou, finalement, le maintien des communistes ? Comment la majorité métropolitaine va réagir à cette guerre fratricide au sein même de sa majorité rassemblant communistes, écologistes et socialistes ? Ces nouvelles élections posent de nombreuses questions. Une chose est sûr, elles risquent de se passer une nouvelle fois « comme à Givors ». Autrement dit, les combats de joutes (très prisés à Givors) ne font que (re)commencer.

L'AUTEUR
Pierre Lemerle

En BREF

À Strasbourg, un fonds d’investissement de Lyon pousse les locataires vers la sortie

par Rue89 Strasbourg. Aucun commentaire pour l'instant.

Chiens autorisés dans les TCL de Lyon : une expérimentation très discrète

par Oriane Mollaret. 787 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, une manifestation ce samedi contre les violences sexistes et sexuelles

par Rue89Lyon. 553 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×