Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Christophe Guilloteau réélu président du Rhône sans opposition
Politique 

Christophe Guilloteau réélu président du Rhône sans opposition

par Bertrand Enjalbal.
Publié le 1 juillet 2021.
Imprimé le 29 juillet 2021 à 02:20
371 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La réélection de Christophe Guilloteau à la tête du département du Rhône faisait peu de doute. Jeudi 1er juillet il a réuni l’ensemble des voix des nouveaux élus du conseil départemental. Dans la suite logique des résultats des élections départementales. Un « score un peu poutinesque » selon l’intéressé.

Le président du conseil départemental du Rhône sortant, le LR Christophe Guilloteau, était dans un fauteuil. Il y est toujours bien installé après avoir été confortablement réélu jeudi 1er juillet. Pas simplement à la majorité mais à l’unanimité.

26 voix sur 26 pour le président sortant du Rhône

Il n’y avait aucun suspense. Les élections départementales 2021 dans le Rhône ont une nouvelle fois consacré la domination de la droite et du centre-droit dans le département. Les partenaires de la majorité sortante l’ont emporté dans 12 des 13 cantons du département, représentant ainsi 24 des 26 sièges.

Au moment de l’élection, à bulletin secret, du nouveau président du Rhône lors de la séance d’installation de la nouvelle assemblée il aurait donc pu manquer au moins deux voix. Même pas.

Les deux élus du canton de l’Arbresle, Morgan Griffond responsable départemental LREM et Catherine Lotte, ont apporté leur voix à Christophe Guilloteau. Cette année, LR et UDI, se sont présentés largement unis. Il n’y a donc pas eu d’autre candidature côté de celle de Christophe Guilloteau. Qui a donc obtenu 26 voix sur 26.

« C’est un peu poutinesque. »

Christophe Guilloteau, président du conseil départemental du Rhône après sa réélection

Plus que jamais droite et centre-droit règnent en maîtres au département du Rhône. Avec le vote en sa faveur des deux élus du canton de l’Arbresle, il n’y aura pour ainsi dire pas d’opposition au sein du conseil départemental du Rhône. Malgré la présence de deux groupes politiques, regroupant élus Les Républicains et apparentés et ceux issus de formations centristes, dans lequel devraient siéger les deux élus LREM.

« On pouvait les considérer comme des opposants mais les deux élus centristes se rallient à nous »

Christophe Guilloteau au sujet du vote des deux élus du canton de l’Arbresle en faveur de sa candidature

Christophe Guilloteau n’oublie pas les dissidences

Le président du Rhône, malgré la concorde actuelle au sein de la majorité, a pu apparaître malgré tout légèrement agacé.

Durant la suspension de séance réglementaire suivant l’élection du président, il semblait craindre encore le dépôt d’une autre liste que la sienne pour la désignation des vice-présidents. De liste « dissidente » il n’y en a pas eu non plus.

Lors de son discours, après avoir salué une « campagne faite dans l’union », il a tancé certains dans son camp. Revenant sur la campagne électorale et évoquant le cas d’un canton en particulier, il a regretté des dissensions dans son camp :

« Il y a certaines choses qui ne se disent pas. On ne va pas chercher dans les poubelles pour remplir les urnes. »

Un message à destination du canton de Gleizé ? Là, le binôme LR de la majorité sortante affrontait un autre binôme de droite, mené par le maire de Gleizé, Ghislain de Longevialle. L’élection s’est jouée à quelques voix.

Les vice-présidents du Rhône autour de Christophe Guilloteau

Les 7 futurs vice-présidents et vice-présidentes du Rhône réunissent en tout cas les familles de la majorité (LR, UDI et divers droite). Et un certain équilibre des territoires du Rhône.

  • Colette Darphin (canton de Thizy-les-Bourgs, maire déléguée de Thizy, conseillère régionale et 1ère vice-présidente sortante)
  • Bruno Peylachon (canton de Tarare, maire LR de Tarare et vice-président sortant)
  • Martine Publié (canton du Val-d’Oingt)
  • Daniel Valéro (canton de Genas, maire de Genas)
  • Mireille Simian (canton de Saint-Symphorien-d’Ozon)
  • Thomas Ravier (canton de Villefranche-sur-Saône, maire divers droite de Villefranche-sur-Saône)
  • Sylvie Épinat (canton de Gleizé)
  • Colette Darphin
  • Bruno Peylachon
  • Départementales Rhône Daniel Valéro
  • Mireille Simian
  • Thomas Ravier
  • Martine Publié
  • Sophie Épinat

Par la suite, le président du Rhône a semblé plus détendu. Plaisantant parfois dans ses remarques ou sur le veston de Daniel Valéro, le maire de Genas. Plus œcuménique cette fois, Christophe Guilloteau a enjoint ses collègues et surtout les nouveaux à œuvrer pour le bien commun.

« Le mode électoral nous donne une légitimité forte. Certains ici parfois, ne voient pas l’intérêt de tel ou tel dossier parce qu’il ne concerne pas directement leur territoire. Certains ont déjà un mandat et son maires de leurs communes. Mais ici vous êtes conseiller départemental du Rhône. Il faut avoir une vision transversale »

Le président du Rhône fixe ses priorités : les collèges et le social

À la tribune, comme devant la presse un peu auparavant, il a fixé ses priorités. Il les veut axées sur le social et l’éducation. Les collèges notamment, dont ont la charge les départements. Il a évoqué la construction d’au moins deux collèges dans le mandat, l’un à Villefranche-sur-Saône et l’autre dans l’Est lyonnais. Un troisième serait envisagé dans l’Ouest lyonnais. Mais là, le foncier très cher, pose pour l’instant problème.

Au sujet du foncier justement, Christophe Guilloteau a glissé l’ambition d’un office foncier solidaire.

« Une idée que quelqu’un parmi nous a soufflée. »

Ce type d’organisme, les offices fonciers solidaires, sont permis par la loi ALUR de 2014. Ils permettent notamment de proposer aux particuliers des baux réels solidaires afin de lutter contre la pression immobilière et des loyers. D’ailleurs, peut-être a-t-il pris exemple sur La Métropole de Lyon. La collectivité a créé le sien en 2019 et l’actuelle majorité écologiste entend actionner ce levier sur son territoire.

Mais pour lui le plus important reste encore l’enfance.

« L’enfance c’est 57% de notre budget. C’est le plus important poste budgétaire. Nous nous occupons notamment des mineurs non accompagnés (MNA). Dans le Rhône, nous avons un taux de scolarisation de 87% des MNA qui est un des plus hauts de France», s’est-il félicité.

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Covid : la quatrième vague bien installée à Lyon et dans le Rhône

par Bertrand Enjalbal. 327 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Plus de trains et moins de com’ : des usagers de TER interpellent Laurent Wauquiez

par Elena Do. 463 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vaccination obligatoire des soignants : grève annoncée dans un hôpital à Lyon

par Rue89Lyon. 680 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×