Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Le courrier en prison : « je suis plongée dans ce silence abyssal de l’administration pénitentiaire »
Le blog de la Prisonnière
La Prisonnière rédige une chronique afin de faire connaître son quotidien de détenue et briser certains clichés sur la prison. Elle risque d'être sanctionnée en publiant ses écrits. Ils resteront donc anonymes.
Blogs Le blog de la Prisonnière 

Le courrier en prison : « je suis plongée dans ce silence abyssal de l’administration pénitentiaire »

par La Prisonnière.
Publié le 3 mai 2021.
Imprimé le 17 juin 2021 à 06:50
603 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La privation de liberté est l’un des buts de la prison. Mais derrière ces murs, ce n’est pas l’unique chose dont je suis privée… Loin du mouvement du monde, de l’ébullition de notre société, je suis plongée dans ce silence abyssal en tout point, un silence extérieur comme intérieur.

Making of

La Prisonnière est incarcérée dans un établissement pénitentiaire. Elle risque d’être sanctionnée en publiant ses écrits. Son blog restera anonyme.
Même après sa libération, nous ne pourrons pas révéler son identité et le nom de la prison dans laquelle elle a été détenue car elle pourrait toujours être poursuivie pour avoir fait sortir des informations de sa cellule sans autorisation de l’administration pénitentiaire, transgressant les règles régissant la communication des détenu.e.s avec l’extérieur. Rue89Lyon

Lors de l’entrée en détention, je n’imaginais pas un seul instant tout ce que cela impliquerait pour moi, pour la durée de ma peine. A chaque étape, je me suis retrouvée et me retrouve encore, confrontée au silence, le silence de l’inconnu, le silence de l’interlocuteur, silence de l’administration, silence des proches.

Je n’avais jamais songé combien, une fois la porte franchie, je ne serais plus du tout maître de mon destin et comme pour beaucoup de détenus, la durée de cette peine est restée pour moi indéterminée, pendant très longtemps. Ces délais sont caractéristiques de la détention à la française. Ce n’est pas de ce silence que je vais parler, ce silence judiciaire qui brise ce qui peut être à sauver chez un être humain. C’est un sujet vaste qu’il m’est impossible d’aborder dans la discrétion et l’anonymat.

« En prison, il vaut mieux savoir écrire »

Je vais vous parler d’un silence méconnu car il concerne le fonctionnement de nos prisons.
Mon quotidien de détenue consiste en une dépendance pleine et entière aux autres, un avenir plongé dans le noir où le silence prend sa place petit à petit quitte à en devenir absurde.

Arrive alors le moment où, pour survivre, pour faire ses demandes, il vaut mieux savoir écrire. Car, ici, chaque demande, de la plus simple à la plus grave, doit absolument être adressée par écrit. Pour accéder à un interlocuteur, il faut rédiger des courriers pour tout et surtout n’importe quoi.

Dès le début de l’incarcération, la première chose qui m’a été expliquée c’est le “courrier en interne”. Pour chaque demande, il faut écrire et les interlocuteurs sont nombreux :

  • le médecin (ici dénommé UCSA)
  • le chef de bâtiment
  • le greffe (principalement responsable d’informations judiciaires, des demandes de permission, etc..)
  • la régie (responsable de l’argent et des pécules nominatifs, l’équivalent de comptes bancaires)
  • le vestiaire (responsable des effets personnels à l’arrivée ou au retour de permission)
  • le scolaire
    etc

Je pourrais continuer la liste mais la réalité est que, malgré les années, je suis encore capable d’en oublier tant ces services sont nombreux.
Il est possible de solliciter des “entretiens” ou “rendez-vous” comme auprès du service médical, du chef de bâtiment ou du scolaire.

Lire par ailleurs

Prison : « Comment peut-on me demander de garder mon humanité en me coupant des gens que j’aime ? »

« Des courriers sans aucune certitude de résultat »

Je fais partir les courriers sans aucune certitude de résultat ou de réponse ou d’enregistrement de ma demande. Pour moi, ces courriers sont comme une bouteille à la mer, sans bouteille (trop coupant d’après la direction) et sans mer, ici l’horizon est plus…. bétonné, au sens propre et figuré.

Avec toute l’absurdité que cela sous-entend. Par exemple, j’écris au greffe pour demander l’accès à un document juridique qui ne m’a pas été transmis et je reçois, en même temps que l’accusé de réception, un refus n’ayant aucune validité oblige l’avocat à intervenir pour permettre l’accès au document.

Autre exemple : j’écris au “ vestiaire” pour demander la préparation de mes effets personnels en vue d’une permission et j’apprends à l’arrivée, que personne n’a eu connaissance de ma demande, ce qui retarde d’une heure ma sortie en permission.

« En détention, tout est complexe et surtout d’une lenteur inimaginable »

En détention, tout est complexe et surtout d’une lenteur inimaginable car les demandes doivent être adressées uniquement par le courrier interne et l’accusé de réception ou même la réponse ne sont pas systématiques. Si par hasard une discussion peut s’engager avec un service, elle peut durer jusqu’à un mois et n’arriver à rien.

En prison, dans un contexte où la pression est déjà à son maximum, du fait de l’enfermement et parfois de la promiscuité parfois, ces démarches administratives du quotidien rendent souvent ce système invivable.

J’estime néanmoins avoir un sérieux atout, celui de ma facilité à utiliser les mots. Je sais tourner les phrases et bien que l’exaspération s’empare parfois de moi, je sais amener les choses avec diplomatie. Cela me permet, en règle générale, d’obtenir une réponse (souvent négative et sans justification). Le règlement reste ce qu’il est, même s’il est abusif.

« Quelle discrimination pour celles qui, pour le mieux, s’expriment “juste” avec difficulté ! »

Alors, quelle discrimination pour celles qui, pour le mieux, s’expriment “juste” avec difficulté !
Et plus encore pour d’autres qui ne parlent même pas notre langue. Ils sont parfois jugés sur une formulation approximative ou un tutoiement qui dans leur langue maternelle ne pose pas de problème. De plus, ces personnes ne connaissent pas leurs droits, ni les associations qui pourraient leur venir en aide. Elles sont souvent moins entourées que la moyenne, sans avocat ou avec un avocat commis d’office qui parfois prend cela par dessus la jambe.
Certes, l’entraide se fait naturellement, en prison. Certaines font les courriers, d’autres les expliquent. L’humanité est même là où on ne l’attend pas.

Prison région lyon Auvergne-Rhône-Alpes
Prison. Photo d’illustration CC Hedi Benyounes / Unsplash

« Aucune intimité pour les courriers externes à la prison »

Quant aux courriers externes, ceux qui sortent des murs, adressés à la famille, à un ami, à un amant, aucune intimité. Ils seront tous lus par le vaguemestre (On utilise encore cette appellation surannée). Les lettres arrivent et partent parfois avec un certain délai. Cela dépend de la présence du vaguemestre, de ses absences, de ses congés, de son éventuel remplaçant. Il vaut donc mieux ne pas être pressée. D’autant que parfois les courriers disparaissent, dans un sens ou dans l’autre. J’ai déjà remarqué le petit manège, dans certaines prisons, de surveillants qui lisent les courriers déjà lus par le vaguemestre. Une aberration, même si ce n’est pas illégal.

Ces surveillants font ensuite à propos de ces courriers des commentaires déplacés, ils jettent une ou deux lettres adressées à des détenus qu’ils n’apprécient particulièrement pas. Un silence de plus.

Il me semble que l’administration pénitentiaire n’est qu’un triste reflet des échecs de notre pays, un imbroglio d’administrations en un même lieu, des strates ne communiquant entre elles que trop rarement. Cette absurdité vient-elle du fait qu’il y a trop de personnes à un même poste. Ou bien, y a-t-il autant de personnes pour combler le manque de compétences d’une seule ?

Ce fonctionnement archaïque fait de la prison un lieu encore plus inégalitaire, déshumanisant et, en soi, plus abrutissant.

Tags
Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 21/05/2021 à 12h16
L'AUTEUR
La Prisonnière
J’ai une vingtaine d’années, je vis actuellement dans une prison française. Je suis une jeune femme « normale », sauf que mon lieu de vie c’est... la prison. Je souhaite raconter concrètement un quotidien souvent mal connu ou romancé, et donner mon point de vue de femme. A ma petite échelle, je vais vous faire partager mon vécu afin d’ouvrir les portes (dans la limite du possible) de cet univers si singulier. Ce blog sera mon moyen de communication avec vous, un moyen de vous raconter journées et anecdotes, de répondre aux questions afin de donner peut-être une autre vision de notre vie entre les murs.

En BREF

Avec le bail réel solidaire, la Métropole de Lyon veut contrôler les prix

par Bertrand Enjalbal. 349 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Lyon : une manifestation « pour les libertés et contre les idées d’extrême droite » ce dimanche

par Rue89lyon. 1 234 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid : la situation continue de s’améliorer dans le Rhône

par Bertrand Enjalbal. Aucun commentaire pour l'instant.
×