Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Covid-19 : l’évolution de l’épidémie à Lyon et la région
santé 

Covid-19 : l’évolution de l’épidémie à Lyon et la région

par Bertrand Enjalbal Oliveira.
Publié le 24 mars 2021.
Imprimé le 30 septembre 2022 à 23:30
4 633 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

(Article mis à jour régulièrement) Le point actualisé sur l’évolution de l’épidémie de Covid à Lyon, le Rhône et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

26 novembre : Covid : le rythme de l’épidémie s’accélère dans le Rhône

La vague épidémique de Covid en cours depuis la mi-octobre dans le Rhône, comme à l’échelle nationale, s’est intensifiée. L’épidémie progresse dans toutes les tranches d’âge et les hospitalisations, encore relativement faibles, augmentent plus rapidement elles aussi.

L’épidémie de Covid continue sa progression dans le Rhône. Le niveau de certains indicateurs se rapprochent désormais de ceux enregistrés lors de la dernière vague de l’été 2021.

Le taux d’incidence a doublé en une semaine dans le Rhône

La semaine dernière nous observions une forte progression de l’épidémie dans le Rhône. Elle se traduisait notamment par une augmentation du taux d’incidence (un des indicateurs de la dynamique de l’épidémie) qui avait doublé en l’espace de quinze jours début novembre.

Au 21 novembre, les derniers chiffres de Santé Publique France montrent qu’il a une nouvelle fois doublé mais en l’espace d’une semaine seulement cette fois. Il s’établissait à 247 cas pour 100 000 habitants contre 115 cas environ au 13 novembre (sur une semaine). Dans le même temps, le niveau de dépistage a lui aussi augmenté (+50% en une semaine).

Le taux d’incidence dans le Rhône est actuellement à un niveau relativement proche du pic de la précédente vague de l’été 2021 où il avait atteint un peu plus de 300 cas pour 100 000 habitants à son maximum. Le dépistage était bien plus massif à l’époque, près du double du volume actuel à son maximum. Un niveau déjà supérieur à celui de l’été 2021 dans le Rhône lors de la vague engendrée par le variant delta à la contagiosité supérieures aux précédents variants.

Dans la métropole de Lyon, l’évolution du rythme de l’épidémie semble identique. Au 19 novembre, le taux d’incidence avait quasiment doublé sur une semaine par rapport à la semaine précédente.

Autre signe que l’épidémie progresse rapidement en ce moment, le taux de positivité augmente lui aussi. Au 21 novembre sur une semaine, 5,4% des tests en laboratoire étaient revenus positifs.

L’épidémie semble circuler dans quasiment toutes les tranches d’âge de la population. A ce jour, dans le Rhône, les moins touchés sont les plus âgés, au-delà de 90 ans (taux d’incidence de 128 cas pour 100 000 habitants sur une semaine au 21 novembre). Mais l’épidémie semble toutefois progresser également dans cette catégorie d’âge.

Dans le Rhône, ces derniers jours l’accélération de l’épidémie semble particulièrement soutenue chez les plus jeunes. Au 21 novembre, le taux d’incidence indiquait 235 cas positifs pour 100 000 sur une semaine. Ils n’étaient que 98 une semaine plus tôt, soit une augmentation de 140%. Un niveau à nuancer toutefois par l’évolution du dépistage qui a lui aussi fortement augmenté dans le même temps.

Le taux d’incidence actuel chez les plus jeunes dans le Rhône n’est plus si éloigné de son maximum jamais enregistré. C’était lors de la vague du printemps 2021 et il avait atteint 295 cas pour 100 000 habitants sur une semaine à son maximum au 1er avril.

Les hospitalisations et réanimation en hausse dans le Rhône

Le rythme des entrées à l’hôpital s’est lui aussi accéléré au fur et à mesure de la progression de l’épidémie. Au 24 novembre, 219 patients Covid avaient été hospitalisés en moyenne dans les hôpitaux du Rhône durant la semaine. Soit une augmentation de 40% par rapport à notre dernier point hebdomadaire la semaine passée. A cette date-là, le niveau des hospitalisations avaient augmenté de 15% environ sur une semaine.

Les hospitalisations en réanimation dans le Rhône ont progressé de près de 40% elles aussi depuis notre dernier point. Près de 45 patients Covid avaient été hospitalisés en réanimation sur une semaine dans le Rhône. Ils étaient 32 lors de notre dernier point de situation. A cette date-là, l’évolution hebdomadaire était quasiment nulle selon les chiffres de Santé Publique France.

À titre de comparaison, le volume des hospitalisations hebdomadaires et pour l’heure encore inférieur au pic de la précédente vague. Le rythme est désormais toutefois soutenu et semble au moins aussi rapide que celui rencontré l’été dernier.

À l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’évolution est également à la hausse. Au 24 novembre, près de 805 patients Covid avaient été hospitalisés en moyenne sur la semaine. Soit une augmentation de 26% environ depuis notre dernier point la semaine passée. Le rythme est donc soutenu. Y compris dans les services de réanimation où l’augmentation du volume de patients Covid est sensiblement la même (+24%) sur la même période.

Avec cette accélération, les indicateurs hospitaliers sont désormais à des niveaux proches de ceux du pic de la précédente vague. À l’échelle régionale, le taux d’occupation des services de réanimation par des patients progresse. Au 24 novembre il était de 26% environ (cela signifie que 26% de la capacité initiale des lits de réanimation de la région étaient occupés par des patients Covid).

Les personnes non vaccinées davantage hospitalisées en Auvergne-Rhône-Alpes

Depuis le mois de juin, le ministère de la Santé publie des statistiques concernant la typologie des personnes hospitalisées pour cas de Covid. Il agrège ainsi les chiffres des trois bases de données concernant : les indicateurs hospitaliers, le dépistage et la couverture vaccinale.

Ce travail permet donc de mettre en relation statut vaccinal et entrée à l’hôpital des patients Covid. Surtout, en suivant l’évolution de la taille de différents groupes (personnes vaccinées, non vaccinées, primo vaccinées, etc.), il permet de mesurer l’impact du statut vaccinal. Selon les données de la Drees, le service statistique du ministère de la Santé, la proportion de personnes non vaccinées entrant en hospitalisation et en réanimation est bien plus importante que celle des non vaccinées.

Ainsi, sur la période de 11 octobre au 7 novembre 2021, les proportions sont les suivantes pour la région Auvergne-Rhône-Alpes :

  • Hospitalisations avec test PCR positif : 205 patients non-vaccinés pour un million contre 42 patients vaccinés pour un million
  • Hospitalisations en réanimation avec test PCR positif : 62,7 patients non-vaccinés pour un million contre 9,7 patients vaccinés pour un million

Près de la moitié des plus de 75 ans ont déjà reçu la dose de rappel en Auvergne-Rhône-Alpes

Ce jeudi 25 novembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l’ouverture dès le 27 novembre de la 3e dose de vaccin ou dose de rappel, aux plus de 18 ans dès cinq mois après l’injection de la seconde dose. Cette dose de rappel est ouverte au plus de 65 ans depuis le 1er septembre 2021.

Au 23 novembre 2021, près de trois mois après, le rappel vaccinal ne concerne pas encore la moitié de cette population. Certaines tranches d’âge ont toutefois atteint le seuil des 50% de personnes « triplement vaccinées » dans la région. Ainsi, cela concernait 45% des plus de 80 ans, près de 54% des 75-79 ans, 33% des 70-74 ans et 18% des 65-69 ans.

En Auvergne-Rhône-Alpes, près de 76% de la population a reçu deux doses de vaccin contre un peu plus de 80% dans le Rhône.

17 novembre : Covid dans le Rhône, regain épidémique mais moins de patients à l’hôpital

Comme à l’automne 2020, un regain de l’épidémie de Covid-19 est en cours à Lyon et dans le Rhône. Le nombre de cas augmente mais, pour l’heure, le niveau des indicateurs de suivi ne présente pas de situation équivalente aux « vagues » précédentes. Notamment pour ce qui concerne l’hôpital.

Assiste-t-on à une « 5e vague » de Covid à Lyon et dans le Rhône, comme dans le reste de la France ? Les indicateurs de suivi de l’épidémie montrent en effet une reprise de sa circulation. Elle est démarrée depuis mi-octobre mais s’est accélérée début novembre.

Les niveaux des indicateurs sont pour l’heure moins inquiétants que lors des vagues épidémiques précédentes.

Taux d’incidence : le nombre de cas a doublé en 15 jours en novembre dans le Rhône

Au 13 novembre 2021, le taux d’incidence dans le Rhône s’établissait à environ 115 cas pour 100 000 habitants. Un niveau encore moindre que celui de la dernière « vague » de l’été 2021, due notamment à l’apparition du variant delta, particulièrement contagieux. Début août, lors du pic épidémique, le taux d’incidence dans le département avait atteint 320 cas.

Le taux d’incidence est toutefois en progression. Les données de suivi de Santé Publique France indique que dans le Rhône comme dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de cas a cessé de diminuer à la mi-octobre. L’indicateur s’est stabilisé autour de 50 cas pour 100 000 habitants. Alors même que le niveau de dépistage continuait de baisser fortement, notamment après l’arrêt de la gratuité des tests PCR au 15 octobre.

Le niveau de l’indicateur a fortement augmenté depuis le 1er novembre. En quinze jours environ, il a plus que doublé, passant donc de 50 cas environ à 115 cas pour 100 000 habitants. Sans que le niveau de dépistage, en légère reprise, ne semble être la cause de l’augmentation de l’indicateur.

L’évolution est identique dans la métropole de Lyon. Au 12 novembre, le taux d’incidence s’élevait à 112 cas pour 100 000 habitants (sur une semaine glissante). Contre 69 cas une semaine plus tôt et 55 cas au 29 octobre. La progression ces dernières semaines est donc relativement rapide et élevée dans la métropole de Lyon. De l’ordre de +60% de cas entre le 5 et le 12 novembre par exemple.

Toutefois, la progression de l’épidémie semble moins forte que lors des débuts de « 4e vague » de l’été dernier. Dans le Rhône et la métropole de Lyon, la progression avait parfois frisé les +200% sur une semaine.

Augmentation des hospitalisations dans le Rhône en novembre mais pas en réanimation

Suivant cette reprise épidémique, les hospitalisations sont également reparties à la hausse. Une hausse lente mais constante depuis le 7 novembre dans le Rhône. Au 16 novembre, il y avait eu 154 patients Covid hospitalisés en moyenne sur une semaine, dans le département. Dont 32 en réanimation.

On remarque que si le nombre de patients Covid hospitalisés en moyenne par semaine a augmenté depuis quinze jours (110 environ/semaine début novembre contre 154 au 16 novembre), la part de ceux admis en réanimation n’a pas varié (toujours autour de 30 patients Covid en réanimation). Une évolution plutôt nouvelle. Jusqu’ici la part de patients Covid en réanimation suivait généralement l’évolution globale des hospitalisations.

À l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’évolution est en partie semblable. Le nombre moyen de patients Covid hospitalisés sur une semaine est reparti à la hausse début novembre. Passant de 531 patients Covid sur une semaine au 3 novembre à 636 au 16 novembre (+20%). La part des patients Covid en réanimation a elle aussi augmenté en parallèle (contrairement au seul département du Rhône), de +37% sur la même période. Au 16 novembre, 107 patients Covid en moyenne avaient été hospitalisés en réanimation sur une semaine dans la région.

À l’échelle régionale, le taux d’occupation des services de réanimation par des patients Covid est pour l’heure encore faible. Au 15 novembre il était de 15% environ. Contre près de 40% lors de la dernière vague épidémique de l’été 2021 et très loin des 3 premières vagues de 2020 et début 2021 où l’indicateur avait largement dépassé les 100%. Une situation qui semble bien indiquer l’effet de la couverture vaccinale dans la gestion de l’épidémie.

80% de la population du Rhône complètement vaccinée contre le Covid

La couverture vaccinale dans le Rhône et la région Auvergne-Rhône-Alpes est relativement proche. Elle est toutefois plus importante dans le Rhône. Dans le département, 80% de la population totale avait reçu 2 doses de vaccin (ou une vaccination complète) au 15 novembre. Un chiffre qui tombe à 75% à l’échelle régionale.

Une dose de rappel est désormais ouverte pour certaines catégories de la population, notamment la plus âgée. Ainsi, dans le Rhône près de 40% des personnes âgées de plus de 80 ans ont déjà reçu une troisième dose de vaccin. Une troisième dose a été administré à près de 45% des 75-80 ans et 25% des 70-75 ans. Des chiffres équivalents à ceux constatés à l’échelle régionale.

Au regard du niveau de couverture vaccinale, le rythme de vaccination est aujourd’hui relativement faible. Au 15 novembre, 2000 doses environ avaient été administrées sur une semaine dans le Rhône (1500 premières doses, 500 2e dose environ).

7 septembre : l’épidémie ralentit mais le niveau reste élevé dans le Rhône

Au 7 septembre, le recul de de l’épidémie de Covid est confirmé. Les indicateurs hospitaliers évoluent désormais positivement eux aussi. Toutefois, le niveau de l’épidémie demeure relativement élevé. Notamment dans un contexte de rentrée scolaire et de ses possibles conséquences.

Le taux d’incidence passe sous les 200 cas dans la métropole de Lyon et dans le Rhône

Après avoir connu un pic au 21 août 2021, le dépistage décroît depuis lors dans le Rhône. Il reste toutefois encore élevé, avec près de 134 000 tests (PCR et antigéniques) réalisés sur une semaine au 3 septembre. Par comparaison, le niveau de dépistage actuel est plus élevé que lors de la deuxième vague de l’automne 2020.

Le taux d’incidence poursuit son ralentissement dans le Rhône. Au 3 septembre, il était de 176 cas positifs pour 100 000 habitants (sur une semaine), contre 216 cas une semaine plus tôt. Soit une baisse de près de 20%.

Malgré cette évolution positive, le niveau de circulation de l’épidémie reste élevé. Chez les personnes les plus à risques, au-delà de 65 ans, il avoisine en moyenne les 100 cas pour 100 000 habitants.

Ces derniers jours, le taux de positivité (part des tests positifs dans l’ensemble du dépistage) a cessé de ralentir. L’évolution est minime et le niveau actuel relativement bas (proche de 2,5%). Cette évolution est en partie imputable au ralentissement du dépistage. Le fort pic de dépistage autour du 15 août à participer à faire chuter l’indicateur. Son évolution dans les semaines à venir sera toutefois à surveiller dans l’optique d’un possible rebond à la faveur de la rentrée scolaire.

Dans la métropole de Lyon, le taux d’incidence est lui aussi descendu sous la barre des 200 cas pour 100 000 habitants. Au 3 septembre il s’élevait à 193 cas pour 100 000 habitants (sur une semaine) contre 251 au 27 août. Soit une baisse de près de 25%. Avec moins de 200 cas pour 100 000 habitants dans le Rhône comme dans la métropole de Lyon, le préfet du Rhône devrait lever l’obligation de pass sanitaire pour accéder aux grands centres commerciaux du département.

Le recul de l’épidémie de Covid se ressent en réanimation dans le Rhône

Jusqu’ici, les indicateurs hospitaliers connaissaient une évolution légèrement décalée de celle de la dynamique de l’épidémie. Si les hospitalisations avaient baissé depuis une dizaine de jours, les entrées en réanimation continuaient d’augmenter.

Désormais, le recul de l’épidémie se ressent également en réanimation. Au 6 septembre, 86 patients Covid avaient été hospitalisés en réanimation en moyenne sur une semaine dans le Rhône, selon les chiffres de Santé Publique France. Ils étaient 90 une semaine plus tôt. La baisse est légère mais réelle.

Les hospitalisations, elles, continuent de baisser. Ce qui devrait mécaniquement permettre de poursuivre cette baisse des admissions en réanimation. Au 6 septembre, 301 patients Covid avaient été hospitalisés en moyenne sur une semaine dans le Rhône. Ils étaient 312 une semaine plus tôt.

L’amélioration des indicateurs hospitaliers se confirme également à l’échelle régionale.

Près de la moitié des 12-17 ans vaccinés avant la rentrée

Le rythme de vaccination n’a pas évolué à la hausse depuis une semaine. Il a même encore ralenti depuis la semaine dernière. Passant de 3 500 à près de 3 000 premières injections par jour en moyenne sur une semaine. Au 2 septembre, 75% de la population du Rhône avait reçu une première injection et près de 70% était complètement vaccinée.

Avec la rentrée des classes, le taux de couverture vaccinale des plus jeunes pourrait être un élément important dans la circulation du virus. Au 2 septembre, 48% des 12-17 ans du Rhône étaient complètement vaccinés (2 doses ou parcours complet) et 63% avaient reçu une première dose.

À cette date, la part de primo-vaccination en Auvergne-Rhône-Alpes atteignait 73% de la population en âge d’être vaccinée. Le taux de vaccination complète atteignait lui 67,5% de la population.

31 août : près de 10% de la population du Rhône testée fin août, ralentissement de l’épidémie

Au cours de la fin du mois d’août, le ralentissement de l’épidémie s’est confirmée à Lyon et dans le Rhône. À l’hôpital, les entrées en réanimation progressent moins vite. Les hospitalisations sont en léger ralentissement dans les tout derniers jours d’août.

Une hausse du dépistage autour du 15 août du niveau de Noël 2020

Jusqu’alors, le plus fort niveau de dépistage dans le Rhône avait été enregistré à l’approche de Noël dernier. Le 23 décembre 2020, 171 844 tests de dépistage avaient été réalisés sur une semaine dans le département. Ce niveau a été quasiment atteint au 21 août 2021 avec 171 082 tests sur une semaine, selon les chiffres de Santé Publique France.

Depuis le mois de mai 2021, les doublons sont logiquement absents des statistiques. Les remontées de données ne comptabilisent qu’une seule fois les personnes se faisant tester plusieurs sur un temps court. Les chiffres du dépistage correspondent donc davantage avec le nombre de personnes réellement dépistées. Un nettoyage des données qui n’était pas encore effectué en décembre 2020.

On peut donc estimer que le nombre de personnes dépistées en cette fin de mois d’août 2021 est supérieur à celui de la fin d’année 2020. Ce nombre représente le nombre de personnes dépistées dont le domicile de référence est dans le Rhône. Il ne représente donc pas forcément le nombre de tests effectués dans le département. Ce « pic » à 171 000 personnes, domiciliées dans le Rhône, signifie donc que l’équivalent de la 10% de la population du département a été dépisté sur une semaine au 21 août.

Une hausse du dépistage qui peut s’expliquer par deux facteurs. Le premier concerne la forte viralité du variant delta, dont la circulation semble faiblir désormais. Jusqu’à cette date, l’épidémie se propageait rapidement. Le nombre de personnes symptomatiques ou cas contact dépistées a donc logiquement cru. Le second concerne la mise en place du pass sanitaire au début du mois d’août. Elle a donc obligé les personnes pas encore totalement vaccinées à réaliser des tests de dépistage pour se rendre dans certains lieux publics. Elle a par ailleurs coïncidé avec les départs en vacances du mois d’août.

Une épidémie qui semble ralentir

Signe que l’épidémie semble ralentir dans le Rhône, ce haut niveau de dépistage ne s’est pas traduit par une hausse du taux d’incidence. Ni du taux de positivité.

Le taux d’incidence, un des indicateurs de la dynamique de l’épidémie, est en baisse depuis le 15 août. Il s’établissait à 223 cas pour 100 000 habitants au 27 août contre 271 cas au 21 août et 316 cas au 15 août. Soit une baisse d’environ 30% en sur la seconde quinzaine d’août. Le taux de positivité (part des tests positifs dans l’ensemble du dépistage) a lui perdu près de deux points depuis de le 7 août, passant de 4,4% à 2,7%. La hausse importante du dépistage, notamment due à des « test de confort » en raison du pass sanitaire, peuvent en partie expliquer cette baisse de l’indicateur.

Signe que cette nouvelle vague épidémique n’a pas épargné les plus jeunes, le taux de positivité chez les 0-9 ans atteint les 16% dans le Rhône au 27 août. Il était de 1% début juillet. Alors que dans le même temps le dépistage était relativement bas pour cette tranche d’âge. Le taux d’incidence est toutefois inférieur à celui de l’ensemble de la population dans le Rhône : 146 cas pour 100 000 habitants chez les 0-9 ans contre 223 cas dans l’ensemble de la population.

Légère baisse des hospitalisations, ralentissement en réanimation

Avec un temps de décalage habituel par rapport à la dynamique de l’épidémie, les indicateurs hospitaliers commencent doucement à s’améliorer. Le rythme des hospitalisations ralentit depuis le 21 août. Le rythme est relativement faible mais la tendance semble se confirmer. Au 30 août, il y avait eu en moyenne 317 patients Covid hospitalisés dans le Rhône en simultané sur une semaine. Ils étaient 329 au 21 août. Soit une légère baisse de près de 4%.

En réanimation, pas de baisse encore constatée ces derniers jours. En revanche, les entrées en réanimation progressent moins vite. Au 30 août, 91 patients Covid avaient été hospitalisés en réanimation en moyenne sur une semaine. Ils étaient 80 une semaine plus tôt et 70 il y a deux semaines. Soit une progression de près de 14% par semaine. Toutefois, au début du mois d’août quand la reprise épidémique s’est traduite par des arrivées à l’hôpital, la progression des hospitalisations en réanimation a parfois atteint +40% par semaine (comme entre le 6 et le 12 août).

Vaccination en baisse en août dans le Rhône, près de 45% des 12-17 ans vaccinés avant la rentrée

Après la reprise de la vaccination durant la seconde quinzaine de juillet, le rythme a de nouveau ralenti en août dans le Rhône. Après l’annonce de la mise en place du pass sanitaire début août, le rythme de la primo-vaccination a grimpé jusqu’à près de 11 000 injections quotidiennes en moyenne sur une semaine au 3 août. Depuis, ce rythme s’est effondré. Au 27 août, ce sont environ 3500 premières doses qui ont été administrées en moyenne quotidiennement sur une semaine.

À l’approche de la rentrée des classes, le 2 septembre, le taux de couverture des plus jeunes pourrait être un élément important dans la circulation du virus. Au 27 août, 43,4% des 12-17 ans du Rhône étaient complètement vaccinés (2 doses ou vaccination complète) et 60% avaient reçu une première dose.

À cette date, la part de primo-vaccination dans le Rhône atteignait 74% de la population en âge d’être vaccinée. Le taux de vaccination complète atteignait lui 68% de la population.

18 août : évolution stable de l’épidémie, les hospitalisations toujours en hausse dans le Rhône

Les indicateurs de suivi de l’épidémie au 18 août indiquent une relative stabilisation de sa dynamique. Son rythme de progression n’est donc pas plus élevé. Toutefois elle continue de circuler. Et avec elle les hospitalisations et admissions en réanimation demeurent en hausse.

Une relative stabilisation de l’épidémie en août dans le Rhône

Durant cette première quinzaine d’août, les indicateurs de la dynamique de l’épidémie montrent qu’elle est restée plutôt stable dans le Rhône. Après avoir atteint un peu plus de 320 cas pour 100 000 habitants sur une semaine au 1er août, le taux d’incidence dans le département est resté à cet étiage depuis . Au 13 août, il s’établissait à 310 cas en moyenne sur une semaine. Cette stabilisation de l’indicateur intervient alors même que le dépistage est reparti à la hausse. Durant la deuxième semaine d’août, il a augmenté en moyenne de 20% dans le RHône.

Une tendance qui semble se confirmer également dans la Métropole de Lyon. Au 13 août, sur une semaine, le taux d’incidence s’élevait à 335 cas pour 100 000 habitants. Un niveau légèrement supérieur à la moyenne nationale. Début août, l’indicateur avait atteint les 350 cas.

Dans le Rhône, la circulation du virus est la plus forte chez les plus jeunes. Ce sont les catégories d’âge de 10 à 40 ans qui connaissent les niveaux de circulation les plus élevés. Chez les 20-29 ans par exemple, le taux d’incidence dans le Rhône au 13 août était de 555 cas environ pour 100 000. Soit 80% de plus que la moyenne dans le département.

Le taux de positivité connaît une évolution assez semblable. Depuis la fin juillet dans le Rhône, il s’est stabilisé entre 4 et 5%. C’est tout derniers jours, il est même en légère baisse. Malgré la hausse du dépistage, il est passé sous les 4% de tests positifs.

Des hospitalisation en hausse de 25% dans le Rhône

Malgré cette relative stabilisation de la progression de l’épidémie observée durant la première quinzaine d’août, les hospitalisations continuent d’augmenter dans le Rhône. La période d’incubation de la maladie entraîne toujours un décalage entre l’évolution de l’épidémie et celui des entrées à l’hôpital.

Au 16 août, selon les données de Santé Publique France, 304 patients Covid en moyenne avaient été hospitalisés dans le Rhône. Soit une hausse de 25% sur une semaine. Parmi eux, 68 avaient été hospitalisés en réanimation. Un chiffre en hausse de 11% environ sur une semaine.

En Auvergne-Rhône-Alpes, les hospitalisations sont également en hausse : + 18% sur une semaine au 16 août. Près de 1 000 patients Covid avaient été hospitalisés dans la région sur une semaine à cette date. Parmi eux, 160 l’ont été dans des services de réanimation, un chiffre en augmentation de près de 25% sur une semaine.

Le niveau de pression sur les services de réanimation continue donc de se dégrader. Il reste encore faible par rapport aux pics enregistrés lors des précédentes vagues. Au 16 août, il s’établissait à 32% (cela signifie que 32% du nombre de lits de réanimation disponibles en temps normal dans la région Auvergne-Rhône-Alpes sont occupés par des patients Covid).

La vaccination en chute en août dans le Rhône

Le rythme de vaccination continue de ralentir en août dans le Rhône. Au 15 août, 5 900 premières injections avaient été administrées quotidiennement en moyenne sur une semaine. Un niveau de primo vaccination en baisse de 84% depuis le début du mois.

À cette date, environ 70% de la population du Rhône a reçu une première dose de vaccin et 60% présente un parcours vaccinal complet. Une couverture vaccinale équivalente à celle de la région.

11 août : les hospitalisations augmentent fortement dans le Rhône

À Lyon et dans le Rhône, la reprise épidémique se ressent de nouveau à l’hôpital. La dynamique de l’épidémie, elle, semble légèrement se tasser.

Forte hausse début août des hospitalisations mais elles restent encore faibles par rapport aux vagues précédentes

Comme nous l’observions il y a deux semaines, l’épidémie de Covid fait repartir à la hausse les hospitalisations et admissions en réanimation. Au 9 août, 231 patients Covid avaient été hospitalisées en moyenne sur une semaine dans les hôpitaux du Rhône. Ils étaient 187 une semaine plus tôt et 151 en moyenne il y a deux semaines. Soit une progression en deux semaines de +53%.

Dans les services de réanimation du Rhône, la progression a été plus importante encore ces deux dernières semaines. Au 9 août, 57 patients Covid avaient été hospitalisés en réanimation en moyenne sur une semaine. Contre 38 la semaine précédente et 26 deux semaines plus tôt. Soit une une augmentation du nombre de patients moyen en réanimation de 120% sur 15 jours dans le Rhône.

On reste encore loin des pics des vagues précédentes. Pour rappel, 1200 patients Covid avaient été hospitalisés au plus fort de la vague du printemps 2020, près de 1900 à l’automne 2020 et 1200 au printemps 2021. Environ 300 patients avaient été admis en réanimation au plus fort de ces vagues précédentes dans le Rhône. La situation n’est donc pas comparable mais le nombre de personnes hospitalisées progressent fortement.

Poursuite de l’augmentation des hospitalisations chez les 20-40 ans

À l’échelle de la région, les hospitalisations progressent fortement également. Au 9 août, 804 patients Covid avaient été hospitalisés en moyenne en Auvergne-Rhône-Alpes. Ils étaient 556 deux semaines plus tôt lors de notre dernier point de suivi. Soit une augmentation de 45% environ. Parmi eux, 123 avaient été hospitalisés en réanimation en moyenne sur une semaine au 9 août contre 63 deux semaines auparavant. Soit une augmentation de 95%.

La progression des hospitalisations chez les jeunes se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes. Au 9 août, 32 patients de 20 à 29 ans et 45 de 30 à 39 ans avaient été hospitalisés en moyenne sur une semaine. Ils étaient respectivement 6 et 11 deux semaines auparavant. Même si les chiffres restent encore bas, les hospitalisations chez les 20-29 ans ont triplé en quinze jours et ont été multipliées par 5 en un mois dans la région. L’évolution est quasiment identique chez les 30-39 ans.

Surtout, leur nombre est important à ce stade de la reprise épidémique actuelle, comparativement aux vagues précédentes. Au plus fort de la vague de l’automne 2020, la plus dure à ce jour, un peu moins de 50 patients Covid âgés de 20 à 29 ans avaient été hospitalisés dans la région. Ils étaient une centaine chez les 30-39 ans. Alors que le niveau global actuel des hospitalisations est encore très bas comparativement aux vagues précédentes, le nombre de patients chez les vingtenaires et trentenaires représente déjà 50% environ des valeurs maximales rencontrées précédemment pour ces tranches d’âge.

Ralentissement de la vaccination dans le Rhône ces derniers jours

La vaccination dans le Rhône marque le pas en ce début du mois d’août. Après les annonces d’extension du pass sanitaire à la mi-juillet, elle a connu un rebond jusqu’au 4 août environ. Passant de 5300 premières injections quotidienne en moyenne au 12 juillet à 10 860 au 4 août (+105%). Ces derniers jours, la vaccination était en recul dans le Rhône, d’environ 15%.

En juin, le rythme des premières injections avait fortement chuté (-60% environ sur le mois) dans le Rhône. Avec le décalage dû au délai entre les deux doses, cette chute se ressent désormais sur les secondes injections. Leur rythme subit donc actuellement les conséquences du mois de juin. Elles devraient repartir à la hausse d’ici quelques jours.

Au 8 août, environ 58% de la population du Rhône était complètement vaccinée. La proportion n’est que de 56% à l’échelle d’Auvergne-Rhône-Alpes. Le Rhône et la région se situe légèrement au-dessus de la moyenne nationale : environ 55% de personnes totalement sont vaccinées en France au 8 août.

Voir tous nos points hebdomadaires précédents dans les pages suivantes

Article actualisé le 02/12/2021 à 19h14
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal Oliveira
Bertrand Enjalbal Oliveira
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Rentrée sociale à Lyon : manifestation ce jeudi pour des mesures contre l’inflation

par Rue89Lyon. 802 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Un rassemblement pour le droit à l’IVG à Lyon ce mercredi

par Rue89Lyon. 221 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Marche des métiers fantômes » à Lyon : manifestation régionale du sanitaire, du social et du médico-social ce mercredi

par Rue89Lyon. 468 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×