Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Covid-19 : en Auvergne-Rhône-Alpes, quel « effet fêtes » sur l’épidémie ?
santé  Société 

Covid-19 : en Auvergne-Rhône-Alpes, quel « effet fêtes » sur l’épidémie ?

par Bertrand Enjalbal Oliveira.
Publié le 6 janvier 2021.
Imprimé le 09 février 2023 à 00:56
6 215 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[En graphiques] La lecture de l’évolution de certains indicateurs de l’épidémie de Covid-19 est encore fragile. En Auvergne-Rhône-Alpes, après un regain de l’épidémie à l’approche des fêtes, en partie artificiel, les premiers jours de janvier semblent montrer de possibles effets négatifs de la période des fêtes.

La fin de semaine en dira certainement plus sur le « bilan » des fêtes sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Auvergne-Rhône-Alpes. Nous sommes aujourd’hui un peu plus de 10 jours après Noël, un recul qui permet de percevoir des premiers signes. Reste encore à évaluer un possible effet du réveillon du 31 décembre, intervenu lui il y a moins d’une semaine.

Comment lire les indicateurs au regard d’un dépistage divisé par trois d’une semaine à l’autre ?

La lecture des indicateurs reste délicate. Comme nous l’indiquions lors de nos deux précédents points hebdomadaires, la ruée sur le dépistage a brouillé l’analyse.

La semaine avant Noël, près de 600 000 tests ont été effectués en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce qui a eu pour effet de faire mécaniquement augmenter le taux d’incidence (nombre de cas positifs pour 100 000 habitants) et faire baisser le taux de positivité (proportion de cas positifs dans l’ensemble du dépistage). Deux indicateurs permettant de mesurer la dynamique de l’épidémie.

Depuis, le dépistage dans la région est revenu à un niveau proche de celui constaté avant le pic des jours précédents Noël.

Assez logiquement, le taux d’incidence est en baisse et le taux de positivité est lui remonté. Cela veut-il dire alors que la situation s’est améliorée et que les fêtes (au moins celle de Noël) n’auraient pas eu d’effet négatif ? Pas nécessairement quand on regarde plus en détail.

« Rattrapage » du taux d’incidence plutôt qu’une baisse

Avant les fêtes, il était difficile de conclure à une recrudescence des cas. Après les fêtes, difficile aussi de conclure à une baisse d’intensité de l’épidémie. Cette baisse est en partie un rattrapage ou un rééquilibrage de la hausse « artificielle » du nombre de cas enregistrée durant la semaine du 18 au 25 décembre.

Il était toutefois plus évident que durant la première quinzaine de décembre l’épidémie de Covid-19 était en progression dans la région. Une reprise intervenue après la baisse du mois de novembre lors du reflux de la « deuxième vague ».

Au 29 décembre, le taux d’incidence hebdomadaire général dans la région indiquait 156 cas pour 100 000 habitants. Durant cette semaine du 22 au 29 décembre, le nombre de tests effectués est retombé à 196 000 dans la région. Un niveau de dépistage à peu près équivalent à celui de la semaine du 8 au 15 décembre (186 000 tests cette semaine là dans la région).

Cette même semaine, le taux d’incidence affichait 176 cas pour 100 000 habitants. À niveau de dépistage comparable et proche dans le temps, la situation semble donc sensiblement équivalente voire légèrement meilleure qu’avant les fêtes. Toutefois, la lecture quotidienne des chiffres pour ces derniers jours montre une augmentation des cas.

Covid-19 : un taux de positivité équivalent à celui d’avant les fêtes en Auvergne-Rhône-Alpes

L’autre indicateur de la dynamique de l’épidémie, le taux de positivité, est lui aussi sensible au niveau de dépistage très fluctuent de ces dernières semaines. Peu avant les fêtes, le dépistage massif a contribué à accélérer sa baisse. Il avait atteint 3 % sur une semaine, un niveau relativement bas, au 23 décembre.

Lui aussi semble connaître un effet de « rattrapage » avec le retour « à la normale » du dépistage. Le taux de positivité hebdomadaire au 30 décembre indiquait ainsi un peu plus de 6 % de tests positifs en Auvergne-Rhône-Alpes. Un niveau équivalent à celui constaté au 15 décembre sur une semaine, avant la forte augmentation du dépistage.

Un élément supplémentaire qui laisse penser que la dynamique de l’épidémie a continué de se maintenir à son niveau d’avant les fêtes.

Patients Covid-19 à l’hôpital : tension toujours forte en Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes a abordé les fêtes de fin d’année avec une situation toujours très tendue concernant la dynamique de l’épidémie et la pression hospitalière. Au 5 janvier, on n’observait pas d’amélioration forte.

A l’approche de Noël et dans les jours suivants, la tension hospitalière s’était légèrement réduite. La période des fêtes et des vacances scolaires s’est traduite par une évolution « en plateau ». Le nombre d’hospitalisations en simultané dans les hôpitaux de la région est resté stable depuis Noël (4153 patients Covid-19 hospitalisés le 25 décembre contre 4207 le 5 janvier). Surtout, ce nombre est en hausse quasi constante depuis le 1er janvier.

Le nombre de patients hospitalisés parmi les tranches d’âge à risque n’a pas évolué favorablement dans la région depuis Noël. Il est en hausse chez les 70-79 ans et est resté stable chez les 80-89 ans et plus de 90 ans.

La tension hospitalière sur les services de réanimation de la région s’est légèrement réduite entre le 27 et le 2 janvier. Ces tout derniers jours, elle est repartie à la hausse et affiche 69 % (ce chiffre représente la proportion de lits de réanimation occupés par des patients Covid-19 rapportés à la capacité initiale des services de réanimation – donc hors capacité supplémentaire déployée et ajustée au fil du temps).

L’Allier et la Haute-Savoie, départements où l’épidémie était la plus active ces derniers jours

La partie Rhône-Alpes de la grande région reste toujours plus touchée que l’ancienne Auvergne. L’Allier reste toutefois le département où l’épidémie circule le plus comme la semaine précédente.

Vous pouvez également visualiser l’évolution du taux d’incidence par communes sur cette carte (zoomer ou rechercher la commune par son nom) :

Les chiffres des indicateurs de l’épidémie de Covid-19 en Auvergne-Rhône-Alpes

Article actualisé le 07/04/2021 à 15h58
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal Oliveira
Bertrand Enjalbal Oliveira
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Rue89Lyon en grève contre la réforme des retraites

par La rédaction. 312 visites. 1 commentaire.

Des associations de Lyon signent un appel pour protéger les mineurs étrangers

par Marie Allenou. 285 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Retraites : Lyon se mobilisera deux fois cette semaine

par Réhane Yazid. 3 883 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×