Droit de réponse d’Olivier Peverelli, maire du Teil en Ardèche
Tribune 

Droit de réponse d’Olivier Peverelli, maire du Teil en Ardèche

actualisé le 17/05/2020 à 22h37

Suite au texte envoyé par un habitant du Teil, estimant que le travail de service public de la municipalité est loin de correspondre à la description élogieuse faite dans une tribune publiée sur Rue89Lyon, Olivier Peverelli, maire du Teil que nous avons joint par téléphone, a accepté à son tour prendre la plume pour répondre aux critiques.

Médecin à la retraite vivant au centre de la commune du Teil, Stanislas Waligorski a en effet vivement critiqué la gestion des déchets, les projets scolaires et l’atmosphère de certains quartier du Teil, dans un texte que vous pouvez retrouver ici.

Ci-après, la réponse d’Olivier Peverelli que nous avons circonscrite.

« La commune du Teil a engagé un plan de développement global depuis 2008 pour permettre d’améliorer la qualité de vie des habitants de chaque quartier. Pour ce faire, notre équipe s’est attachée à :

1. La recherche de ressources financières nécessaires

Avec la zone « Entre Pont et Rhône », nous avons conservé des artisans-commerçants qui souhaitaient s’installer, en face, à Montélimar car ils avaient un projet collectif d’investissements (1000m2 – 3 commerces qui étaient installés en centre-ville), avec l’impossibilité à l’époque de trouver, pour eux, des solutions de développement en centre-ville. Cette zone a été créée à 340 mètres à vol d’oiseau du centre-ville, accessible par voie piétonne. Sans la création de cette zone, ces commerçants auraient quitté le territoire et seraient aller s’installer ailleurs.

Pour ne citer que quelques exemples : la boucherie-charcuterie de Thierry Veyrenche a pu se développer et passer d’un apprenti et d’une vendeuse à mi-temps en centre-ville à 16 employés aujourd’hui (11 équivalents temps plein). De 240 000 euros de chiffre d’affaire, en 6 ans, il est passé à 1,4 millions d’euros. Cela lui a permis se développer encore et d’acheter il y a quelques mois une entreprise familiale ardéchoise et de conserver les 25 salariés locaux. La pâtisserie Viallet a pu recruter 2 personnes supplémentaires et le tabac-presse, 8.

Sur la zone de la Rotonde, située à 730 mètres à vol d’oiseau du centre-ville et accessible aussi par une voie piétonne, ce sont aussi des entreprises locales qui ont pu s’installer et se développer et permettre une offre plus diversifiée à tous les teillois : Intermarché, Bricomarché, Peugeot, Mutoptic, restaurant La Fourchette…

Certains ont aussi pu répondre à des exigences de mise aux normes auxquelles ils ne pouvaient prétendre dans leurs anciens locaux et sans une nouvelle construction, ils auraient dû fermer définitivement. Cette zone est accessible par une voie piétonne aménagée à cet effet et une navette gratuite a été mise en place par le magasin Intermarché, une fois par semaine, pour les habitants du quartier de la Violette.

2. La question du cœur de ville

Parallèlement au dépôt de dossier ANRU qui est aujourd’hui validé et lancé et qui va nous permettre de rénover le centre-ville, nous avons fait le choix de rénover le cinéma et de le conserver en centre-ville. Avec de nombreux festivals et partenariats, la création d’un bistro, notre cinéma est passé de 9000 entrées avant sa rénovation à 35000 en 2019.

Nous avons fait le choix de rénover l’office de tourisme sur la Place principale et nous avons de nombreux projets en cours qui permettront aussi de ramener du flux et de la vie dans le centre : rénovation bientôt terminée de l’ancien temple pour en faire un lieu d’expositions et de spectacles, déplacement de la médiathèque, du musée de la résistance et de la déportation et du centre-médico-social dans un nouveau bâtiment construit sur la place, création d’un tiers-lieu accueillant de nombreuses nouvelles initiatives…

Nous avons aussi racheté deux locaux commerciaux sur la place, ce qui nous permis d’y installer deux restaurants de qualité.

Nous avons fait le choix d’installer le marché du jeudi matin en centre-ville, tout comme le marché des producteurs de pays le vendredi soir. Et une navette gratuite est mise en place pour tous les habitants des quartiers périphériques.

Toutes nos animations se déroulent aussi maintenant sur la place : guinguette du 13 juillet, Fête de la musique. Ramener de l’activité et des services dans le centre, c’est ramener des consommateurs dans les commerces du centre-ville. Bien évidemment, l’ouverture de la déviation dans quelques mois, nous permettra d’aller encore plus loin et de retrouver un centre-ville apaisé où il fait bon flâner.

3. Le quartier « Sud Avenir »/ la Violette

Concernant les logements Ardèche Habitat de la Violette : la réhabilitation complète des logements sociaux a débuté pour un investissement de 7 millions d’euros en 2 tranches. La dernière aura lieu en 2021, a raison de 35 000 euros par logement.

Quelques jours avant le séisme, le gérant du magasin Netto du Teil avait obtenu un permis de construire pour la création d’un magasin, une station-service, un snack et un dépôt de gaz. Installé en lieu et place de l’ancien Bricomarché, en plein cœur du quartier de la Violette. Avec le séisme, le gérant n’a pu faire autrement que de retarder son ouverture, la moitié des habitants ayant en plus quitté le quartier sud du Teil fortement impacté par le séisme.

Un garage vient de s’installer juste à côté du futur Netto. Par ailleurs plusieurs projets sont en cours : réhabilitation de la salle du quartier avec la participation des habitants ou encore installation de la mission locale.

Une maison des projets a également vu le jour il y a quelques mois et plusieurs permanences s’y tiennent, notamment des permanences d’élus qui viennent échanger avec les habitants. A noter aussi que nous organisons depuis deux ans maintenant les « préalables du festival d’Alba » en plein cœur du quartier.

4. Le projet éducatif

La nouvelle école est un vrai projet de réussite éducative et de mixité sociale pour les enfants teillois. Les écoles n’ont pas pour fonction l’animation d’un quartier mais bien la réussite des enfants. Nous avons fait le choix de construire une école neuve, moderne, avec des outils pédagogiques performants, nos petites écoles étant vieillissantes, plus adaptées et énergivores.

Ce nouveau groupe scolaire est un investissement lourd pour la commune (4.5 millions d’euros) et va dans le même sens que tout ce que nous mettons en œuvre pour les enfants : garderie quasiment gratuite, tarif social pour la restauration scolaire, animateurs sportifs dans toutes les écoles avec l’organisation de sorties accessibles à tous (ski, canoë…), spectacles scolaires, éducation artistique et culturelle… Ce projet a été construit avec les équipes enseignantes, les ATSEM, les parents d’élèves avec l’organisation de groupes de travail ouverts à tous autour de 4 thèmes : mobilités, projet d’école, rénovation des groupes restants et sectorisation.

A noter que nous sommes aussi en train d’investir dans l’achat d’un vélobus d’une capacité de 28 élèves qui permettra de transporter les élèves des quartiers sud vers la nouvelle école ainsi que pour toutes les sorties intramuros qui ne pourront se faire à pied.

5. La propreté urbaine

Nous reconnaissons bien évidemment qu’il existe des dysfonctionnements du service de ramassage des ordures ménagères, dont la compétence appartient à la communauté de communes. Nous avons toujours fait remonter ces dysfonctionnements dans le but de toujours améliorer ce service. Nous avons aussi fait en sorte qu’un contrat soit passé avec l’association d’insertion Rebond que nous avons créée pour que les bacs soient nettoyés plus régulièrement. Nous disposons aussi d’un service municipal de ramassage des encombrants. Malheureusement il est vrai que et que les incivilités et les dépôts sauvages existent.

Des actions de sensibilisation existent, à l’exemple des journée citoyennes organisées pour nettoyer certains secteurs de la commune, portées par la municipalité et/ou certains associations : les chevaux du paradis, Mayescha Espoir diversité, les comités de quartier… Le élus du conseil municipal des enfants ont également rédigé et distribué un livre à ce sujet à tous leurs camarades de classe. L’association Zone 5 est aussi en train par exemple de lancer un projet qui s’appelle « Le Tri Cycle » visant à collecter et valoriser les biodéchets des commerçants.

Elle a aussi installé un lombricompost pour traiter le volume de déchets organiques qui arrivent essentiellement de la cantine du collège Chamontin située juste à côté. »

L'AUTEUR
Olivier Peverelli
Maire du Teil, en Ardèche

En BREF

Le projet de Center Parcs à Roybon définitivement enterré

par Rue89Lyon. 583 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Lyon, des policiers renvoyés en correctionnelle pour le passage à tabac d’Arthur Naciri

par Rue89Lyon. 6 020 visites. 3 commentaires.

Les journaux nationaux de retour dans les kiosques à Lyon ce mercredi

par Alicia Blancher. 1 009 visites. Aucun commentaire pour l'instant.