Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

#Enjeux2020 – L’eau du Grand Lyon n’est pas un long fleuve tranquille

Changement climatique, sources de pollution qui se multiplient, choix autour de sa production et de sa distribution… Dans les années à venir, la vie de l’eau du Grand Lyon ne s’écoulera pas comme un long fleuve tranquille. Nombreux sont les enjeux pour la prochaine assemblée métropolitaine.

Édition abonnés
#Enjeux2020 – L’eau du Grand Lyon n’est pas un long fleuve tranquille

Les élections passées, le nouvel exécutif devra trancher rapidement la question de la gestion de la production et la distribution. Est-ce que la Métropole continue de confier l’eau au privé via une délégation de service public (DSP) ou, est-ce que la collectivité assure directement toute la gestion de la ressource, de la production à l’assainissement (l’assainissement est déjà assurée en régie) ?
Derrière cette question, se pose également celle de la sécurisation de la ressource et des investissements à plusieurs dizaines de millions d’euros nécessaires pour ne plus être dépendant du seul champ captant de Crépieux-Charmy.

1. Régie publique ou délégation de service public ? Le retour d’un vieux débat lyonnais

Comment gérer l’eau potable des habitants de la Métropole ? Voilà une question qui ne date pas d’hier. Cela fait plus de trente ans que le choix a été fait, sur la majeure partie du territoire métropolitain, de confier la production et la distribution de notre eau du robinet à des entreprises privées. C’était en 1986 exactement.
À l’époque, des contrats de délégation de service public (DSP) particulièrement avantageux pour les délégataires avaient été signés, notamment celui avec la Compagnie Générale des Eaux, devenue Veolia : d’une durée de trente ans et avec un prix du m³ si élevé qu’il avait fait de l’eau des lyonnais la deuxième plus chère de France. Le tout, qui plus est, sur fond de pratiques peu transparentes et d’un prix de l’eau prohibitif.
En 2012, ce contrat a été résilié de manière anticipée mais l’assemblée du Grand Lyon a voté tout de même pour le renouvellement d’une DSP. Les débats avaient été corsés.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Lyon. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Lyon d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Changement climatique

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


Comparateur de programmes de Programmes Municipales
Yann Cucherat, en voiture téléguidée par Gérard Collomb
Partager
Plus d'options