Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

A la Bricolerie de Lyon, les vieilles chaussettes deviennent éponges

Chambres à air, briques alimentaires, petits bouts de tissus… L’association La Bricolerie organise des ateliers collectifs thématiques de création d’objets à partir de ces matériaux récupérés pour sensibiliser le public à la réduction des déchets. 

Édition abonnés
A la Bricolerie de Lyon, les vieilles chaussettes deviennent éponges

On n’imagine pas que nos chaussettes fatiguées, nos vieilles chambres à air ou même des bâches publicitaires puissent avoir une seconde vie. Pourtant pour l’association La Bricolerie, c’est une évidence.
La petite équipe 100% féminine d’un peu moins de 10 bénévoles se donne pour mission, depuis 2016, d’organiser des ateliers de création d’objets et accessoires du quotidien en matériaux récupérés afin de sensibiliser à la réduction des déchets et de créer du lien social.
Les ateliers sont divers, plus ou moins réguliers. Deux mardis par mois et sur inscription via Facebook, Josiane (elle préfère qu’on l’appelle Jo) partage ses connaissances en couture :

« J’étais venue réparer ma centrale vapeur avec L’Atelier Soudé, mais j’aurais préféré faire de la couture ! Du coup on m’a « embauchée » ici à La Bricolerie. Mais on n’est pas des professionnels, on ne donne pas des cours, c’est surtout du partage de connaissances. »

 

La rédaction a besoin de votre soutien pour continuer d’enquêter sur les exactions et les connexions de l’extrême droite à Lyon.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Depuis 2012, Rue89Lyon mène un travail de fond sur l’extrême droite, plus qu’aucun autre média local. Révéler leurs actions violentes, documenter les connexions entre groupuscules et partis d’extrême droite, suivre leurs procès, analyser les raisons de leur forte présence à Lyon… plutôt que de relayer les actions de propagande ou la communication de l’extrême droite, nous avons choisi d’enquêter.

Sans nous, vous n’auriez pas su qu’une association catholique abritait entre ses murs le violent groupuscule Lyon Populaire. Vous n’auriez pas su, non plus, qu’un homme condamné pour violences racistes en décembre 2023 à Lyon était en réalité un cadre d’une association identitaire dissoute.

Grâce à notre suivi régulier, nous publions aussi de régulières analyses, permettant à nos lecteurs et lectrices d’avoir les clés de compréhensions nécessaires sur ces mouvements d’extrême droite.

Tout cela nous demande du temps et des moyens, et vous pouvez nous aider en vous abonnant à Rue89Lyon. Pour continuer ce travail, tous les abonnements comptent. Ils viennent financer directement un journalisme engagé et documenté sur l’extrême droite lyonnaise.

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Association

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options