Habillage
Colis piégé : Christophe Castaner revient à Lyon pour ne rien dire
Actualité 

Colis piégé : Christophe Castaner revient à Lyon pour ne rien dire

actualisé le 05/06/2019 à 11h17 : après l'interview de C. Castaner à Cnews, le tweet du porte-parole de la chancellerie et le communiqué du parquet de Paris

Alors que quatre personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur l’explosion d’un colis piégé, vendredi soir dans le 2e arrondissement, Christophe Castaner était attendu à Lyon ce lundi pour faire le point sur l’affaire dont s’est saisi le parquet antiterroriste de Paris.

Il s’était rendu sur place quelques heures après l’explosion rue Victor Hugo. Christophe Castaner est revenu à Lyon ce lundi. Cette fois-ci, au siège de la police lyonnaise.

Arrivé à 17h, à l’hôtel de police de Lyon rue Marius Berliet (8ème arr.), le ministre de l’Intérieur, accompagné du secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, a pris la parole à 19h après un temps de discussions avec les services chargés de l’enquête.

Exit les interrogations des journalistes pourtant venus en nombre à la suite d’une invitation presse envoyée par le ministère de l’Intérieur. La séquence « micro tendu » s’est transformée en une simple déclaration de Christophe Castaner. Comme cela avait été le cas lors de son premier déplacement après l’attaque de Strasbourg, la presse n’a pas pu poser de questions.

On aurait aimé en savoir plus sur le profil du principal suspect, en garde à vue depuis ce matin, notamment pour couper court aux informations erronées qui circulent.

Durant 4 minutes de discours, aucun nouvel élément d’importance n’a été transmis par le ministre de l’Intérieur qui, sur la question, a décidé de ne pas parler trop vite. Voire pas du tout.

« Vous le savez, un suspect a été interpellé ce matin. Il ne m’appartient pas de vous donner plus d’éléments sur le profil de l’individu, ou même de l’évoquer », a déclaré Christophe Castaner.

Et de conclure :

« Tout sujet sur cela pourrait contrevenir à l’intérêt de l’enquête. »

Une trentaine de journalistes ont fait le déplacement pour interroger le ministre de l’Intérieur ce lundi après-midi. ©Nicolas Mayart /Rue89LYon

« Une enquête difficile », selon Christophe Castaner

Christophe Castaner a donc fait le déplacement pour parler d’une « enquête difficile » et de « l’exploitation de plus 300 appels téléphoniques et d’un nombre d’heures très important de vidéos ».

Le premier flic de France a utilement rappelé que l’enquête était conduite sous l’autorité du procureur de la République de Paris (en charge de la lutte contre le terrorisme) qui est censé être l’autorité qui communique sur le sujet. Lequel procureur, Rémy Heitz, n’a pas tenu de point presse depuis ce samedi.

Ce lundi, c’est le maire de Lyon qui, en revanche, a davantage communiqué. Absent le jour de l’explosion, Gérard Collomb s’est exprimé sur le site Internet du Progrès pour donner les détails sur l’interpellation du principal suspect et défendre la vidéosurveillance mise en place dans sa ville.

« Les opérateurs du Centre de supervision urbaine de Lyon ont retrouvé, dimanche, la trace du suspect, grâce à un visionnage méticuleux des images de toutes nos caméras. Ils l’ont repéré vers la Confluence.

Puis il a été suivi jusqu’à son domicile d’Oullins. La police a décidé de ne pas l’interpeller là, de crainte qu’il y ait de l’explosif dans son appartement. Ce matin, à sa sortie du bus, boulevard Yves-Farge, trois voitures de police l’attendaient. Il a levé les bras en l’air dès qu’il les a vues. »

Une manière de prendre la parole qui n’est pas du goût de son successeur place Beauvau :

« J’appelle chacun à respecter le temps de l’enquête. Le temps n’est pas aux commentaires, elle est à l’investigation, à la police. »

Pour le procureur de la République de Paris, Castaner et Collomb parlent trop

Ce mardi matin, au micro de CNews, le ministre de l’Intérieur a été plus clair, en conseillant au maire de Lyon ne de « jamais trop parler ».


Mais Christophe Castaner s’est lui-même mis dans la peau du procureur de la République de Paris en déclarant notamment, toujours sur CNews :

« L’enquête se poursuit, avec des éléments suffisamment caractéristiques pour que, à l’heure où je vous parle, je n’ai pas de doute sur le fait nous avons actuellement en détention le responsable de cet acte qui aurait pu tuer».

Un peu plus tard dans la matinée de mardi, c’est le porte-parole du ministère de la justice qui a repris Gérard Collomb sur Twitter.

Après la chancellerie, c’est le procureur de la République de Paris qui a donné, entre les lignes, des mauvais point à l’ex-ministre de l’Intérieur mais aussi à l’actuel.
Rémy Heitz, dans un court communiqué, rappelle que l’enquête est « couverte par le secret » :

« En application de l’article 11 du code de procédure pénale, il est le seul à pouvoir rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause ».

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

Eau en bouteille : à Divonne-les-Bains, le plastique n’est plus fantastique

par Rue89Lyon. 991 visites. 2 commentaires.

Les bus TCL de retour à l’aéroport Saint-Exupéry = fin du monopole de Rhônexpress

par Rue89Lyon. 7 098 visites. 3 commentaires.

A Lyon, procès et mobilisation des décrocheurs de portraits de Macron

par Rue89Lyon. 1 708 visites. Aucun commentaire pour l'instant.