Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Hamza, « juicer » à Lyon : « je me lève trois à quatre fois par nuit pour recharger les trottinettes »
Société 

Hamza, « juicer » à Lyon : « je me lève trois à quatre fois par nuit pour recharger les trottinettes »

par Noémie Perrin.
Publié le 15 mai 2019.
Imprimé le 23 octobre 2021 à 04:36
8 310 visites. 1 commentaire.

Qui recharge les milliers de trottinettes électriques qui squattent les rues de Lyon ? Des chargeurs de trottinettes, autrement appelés "juicers", s'en occupent la nuit durant.

Après les chauffeurs et les livreurs à vélo, c'est le nouveau visage de l'ubérisation. Nous avons suivi Hamza, chargeur de trottinettes, un soir dans le centre-ville. 

Il est 21h et la valse des chargeurs de trottinettes électriques en libre-service ou "juicers" commence dans les rues de Lyon. À l’aide de leur smartphone, ces chargeurs partent à la chasse à la trottinette.

En plein ramassage et en équilibre sur deux trottinettes, j'ai rencontré Hamza une première fois un jeudi soir. Nous échangeons brièvement, Hamza est pressé. Une semaine plus tard, nous nous retrouvons aux Cordeliers pour commencer une soirée de ramassage.

Compléter un revenu de 900 euros

Hamza a 30 ans. Il travaille avec ses deux frères dans une société de transport. Il parcourt l’agglomération lyonnaise pour effectuer des livraisons de messagerie.

"En tant qu'associé, je reçois 900 euros de mes frères."

Père d'une petite fille, Hamza est en train de se séparer. Il a dû chercher un complément de revenu.

Depuis mi-avril, le soir, Hamza revêt sa casquette de « juicer », c’est-à-dire de « chargeur de trottinettes » comme il préfère s’appeler.

Après son travail, aux alentours de 18h, il rentre chez lui à Saint-Priest puis revient au centre-ville de Lyon au volant de son break pour récupérer les trottinettes.

Hamza travaillait pour deux compagnies de trottinettes électriques qui font appel à des auto-entrepreneurs, Voi et Bird. Après quelques soucis de paiement avec l’entreprise Voi, le « juicer » ne se consacre plus qu’à Bird pour laquelle il récupère entre 15 et 25 trottinettes par soir.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 26/05/2019 à 23h57
L'AUTEUR
Noémie Perrin

En BREF

Les AESH de Lyon appelées à manifester ce mardi

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Pass sanitaire : un nouveau samedi de manifestation à Lyon

par Pierre Lemerle. 908 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »

par Oriane Mollaret. 850 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×