Habillage
Pourquoi les éboueurs de Pizzorno ont arrêté leur grève à Lyon
Actualité 

Pourquoi les éboueurs de Pizzorno ont arrêté leur grève à Lyon

Au total, l’agglomération lyonnaise aura connu un mois de grève. Elle a commencé par les agents de la Métropole de Lyon puis ce sont les salariés de Pizzorno, la société privée qui s’occupe de la collecte de Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron et d’une partie de Lyon, qui ont pris le relais. Cette seconde grève a pris fin jeudi soir. Une « victoire » selon le syndicat Solidaires qui a mené le mouvement pendant 17 jours.

Depuis le 2 avril, une grève dure s’était installée. D’un côté, les éboueurs demandaient une augmentation de 300 euros et de nettes améliorations des conditions de travail. Aidés par des « gilets jaunes » et des syndicalistes de Solidaires (le regroupement des « SUD »), ils bloquaient le dépôt de Vénissieux, retardant le départ des quelques camions qui tournaient encore.

De l’autre côté, la direction de Pizzorno proclamait qu’elle ne céderait pas, considérant les « revendications irréalistes ». Elle n’hésitait pas à recourir à des intérimaires en nombre pour tenter de collecter les ordures malgré une majorité de grévistes.

Mais en un jour, jeudi 18 avril, tout s’est débloqué. Sous une triple pression :

  • Les déchets s’entassaient dans les rues du 3e, 6e et 8e arrondissement de Lyon, de Villeurbanne, de Vaulx-en-Velin et de Bron. Sous l’effet d’une grève qui ne faiblissait pas et qui concernait, selon les chiffres, entre 60 et 80 personnes sur environ 120 personnes à la collecte. A quelques exceptions près, seuls des intérimaires travaillaient.
  • La Métropole de Lyon qui avait confié ce marché de la collecte des ordures à Pizzorno a rappelé régulièrement l’entreprise à ses obligations, lui demandant « d’assumer ses responsabilités et de trouver une issue à la grève dans les plus brefs délais ». Faute de quoi, des « pénalités financières » devaient être instaurées à partir de jeudi.
  • Alors que la direction de Pizzorno avait assigné dix grévistes devant le tribunal de grande instance, la justice a donné raison aux éboueurs. Pour le juge lyonnais, le piquet de grève ne constituait pas une « entrave à la liberté de travail ». Sans évacuation autorisée par la justice, le blocage du dépôt de Vénissieux pouvait donc continuer.

Après un 17e jour de grève, forts de cette décision de justice, les représentants de Solidaires ont pu entamer de nouvelles négociations avec un rapport de force favorable. Et après cinq heures de discussion, la direction de Pizzorno a fini par lâcher.

Les syndicalistes de Solidaires de Pizzorno en conférence de presse le 5 avril à la Bourse du travail, au début du mouvement de grève. A gauche : Judicaël Dissaké, délégué syndical. A droite : Riad Gharsallah, délégué syndical central. Au centre : Didier Goncalves, permanent syndical de Solidaires Rhône. ©LB/Rue89Lyon

Les syndicalistes de Solidaires de Pizzorno en conférence de presse le 5 avril à la Bourse du travail, au début du mouvement de grève. A gauche : Judicaël Dissaké, délégué syndical. A droite : Riad Gharsallah, délégué syndical central. Au centre : Didier Goncalves, permanent syndical de Solidaires Rhône. ©LB/Rue89Lyon

Une prime mensuelle et une amélioration des conditions de travail pour les éboueurs de Pizzorno

Pizzorno n’a pas souhaité communiquer sur les raisons de la reprise du travail ce vendredi matin.
Selon nos informations, le protocole de fin de conflit signé jeudi entre le syndicat Solidaires et la direction prévoit des avancées significatives pour les éboueurs.

Les grévistes, qui revendiquaient 300 euros d’augmentation, ont obtenu une « prime de qualité Métropole de Lyon » de 65 euros brut par mois. Elle s’ajoute au 2,1% d’augmentation des salaires qui résulte d’un accord signé le 15 mars dernier.

Par ailleurs, six jours de grève seront payés et les éboueurs pourront poser quatre jours de congés pour remplacer des jours de grève. Les retenues de salaire seront lissées jusqu’en septembre 2019.

S’agissant des conditions de travail, plusieurs améliorations ont été actées, notamment :

  • Les éboueurs ne seront plus obligés de monter dans la benne pour la nettoyer. Une question de « dignité », plaidaient-ils.
  • Un interphone pour les ripeurs sera installé sur les « 34 camions de la collecte » afin de communiquer plus facilement avec le chauffeur.
  • Les frais des « sorteurs » de poubelles seront pris en charge à hauteur de 50%.
  • De meilleurs gants, « ceux utilisés par le Grand Lyon » et de meilleures chaussures seront utilisées.

Toujours selon nos informations, la direction de Pizzorno a tenu à faire préciser dans le protocole de fin de conflit que ces mesures ne concerne que l’agence de Vénissieux. Le groupe redoute naturellement un effet de contagion. Et ces augmentations salariales et autres améliorations des conditions de travail pourraient donner des idées aux autres salariés.

Selon la Métropole de Lyon, Pizzorno s’est engagée à « conduire des opérations de rattrapage vendredi et samedi » pour un retour à la normale en fin de semaine.

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.

En BREF

Le Prince Harry, au Sonic ce 8 mai

par Rue89Lyon. 734 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le préfet du Rhône revoit à la baisse l’amende pour participation à une manifestation interdite

par Laurent Burlet. 736 visites. 2 commentaires.

1er mai à Lyon : une convergence des gilets jaunes, rouges et verts ?

par Rue89Lyon. 4 706 visites. Aucun commentaire pour l'instant.