Habillage
Dépakine : Sanofi refuse de prendre part au fonds d’indemnisation des victimes
Actualité 

Dépakine : Sanofi refuse de prendre part au fonds d’indemnisation des victimes

Le géant pharmaceutique français a refusé, dans une déclaration rendue publique cette semaine, de participer à l’indemnisation des victimes de la Dépakine, traitement anti-épileptique responsable de malformations congénitales.

Le laboratoire Sanofi, qui commercialise la Dépakine, a refusé de prendre part au fonds d’indemnisation des victimes du traitement anti-épileptique.

La Dépakine, responsable de graves malformations congénitales

En 2016 éclatait le scandale sanitaire de la Dépakine, auquel Rue89Lyon avait consacré une enquête. La Dépakine et ses dérivés ont provoqué depuis 1967 des malformations congénitales chez 2 150 à 4 100 enfants selon une évaluation de l’agence du médicament et de l’Assurance maladie de 2017. Le nombre de victimes pourrait s’élever à 14 000 si l’on prenait en compte les enfants souffrant de retard de développement, selon l’épidémiologiste Catherine Hill.

Selon une déclaration du laboratoire rendue publique ce mercredi 16 janvier, c’est l’Etat qui est responsable de ce scandale sanitaire justifiant ainsi ne pas pouvoir donner suite aux premiers avis d’indemnisation envoyés par l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam).

Pour Sanofi en effet, les autorités avaient été informées sur les risques de la Dépakine pour les femmes enceintes, avançant même que les  autorités de santé auraient, depuis la fin des années 1980 :

« rejeté les demandes de Sanofi qui visaient, en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques, à mentionner dans la notice patient les risques pour le fœtus pouvant être liés à la prescription de ce médicament dans le cadre d’une grossesse »

L’approbation des autorités est en effet indispensable pour modifier les informations concernant un médicament.

L’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux), qui a retenu la responsabilité de l’Etat à hauteur de 30 % et celle de Sanofi à 70 %, pourra saisir la justice pour forcer le laboratoire Sanofi à prendre part à l’indemnisation des victimes, parallèlement aux demandes d’indemnisation au civil.

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

A Lyon, 5ème pic de pollution de l’hiver aux particules fines

par Rue89Lyon. 503 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

TNP de Villeurbanne : trop peu de femmes candidates pour la prochaine direction

par Rue89Lyon. 484 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dans la région lyonnaise, un énième concert de black metal néonazi

par Rue89Lyon. 17 274 visites. 2 commentaires.