Habillage
Égalité hommes-femmes : c’est encore le Cantal qui en parle le mieux
Actualité  Société 

Égalité hommes-femmes : c’est encore le Cantal qui en parle le mieux

Les inégalités salariales entre hommes et femmes perdurent. Notamment en Auvergne-Rhône-Alpes, région où elles sont même plus fortes que la moyenne nationale. Et dans la nouvelle grande région, c’est l’ancienne Auvergne qui fait figure de bon élève.

Si elles tendent à se réduire, les inégalités sont toujours réelles. Chaque année, la journée du droit des femmes du 8 mars vient le rappeler. Et l’INSEE (l’institut de la statistique) apporte ses données.

Des femmes diplômées… mais déclassées

Rassemblement féministe à Lyon et appel à l’arrêt de travail à… 15h40

Un ensemble d’associations féministes de Lyon et du département (dont le Planning familial, le collectif MeeToo, l’UNEF, etc.), propose de cesser le travail dès 15h40, heure symbolique à partir de laquelle, chaque jour, les femmes françaises ne sont plus payées. Cette heure se base sur une journée standard 9h-12h30/13h30-17h. Comme en 2017, un rassemblement est prévu à Lyon, place de la Comédie, à 15h40, suivi d’une manifestation à partir 17h30 pour « dénoncer les violences faites aux femmes ».

La grande région Auvergne-Rhône-Alpes n’est pas le territoire le plus égalitaire de France. Le revenu annuel médian des femmes y est inférieur de 19% à celui des hommes quand la moyenne nationale se situe à 17%.

Moins de la moitié des femmes actives occupent un emploi à temps complet contre 65% des hommes. Alors qu’elles sont davantage diplômées que les hommes, elles sont également davantage déclassées que les hommes (29% contre 23%), occupant un poste moins qualifié que ce que leur permettent pourtant leurs diplômes.

Il y a deux ans, l’INSEE notait ainsi un autre paradoxe en Auvergne-Rhône-Alpes : les femmes sont davantage à être cadres mais aussi plus nombreuses à être à temps partiel.

Ce n’est pas le territoire de l’ancienne région Rhône-Alpes avec ses grands pôles urbains qui montre l’exemple. Mais bien plutôt l’Auvergne. La Haute-Loire, l’Allier et le Puy-de-Dôme se classent ainsi parmi les plus égalitaires du nouveau territoire. Parfois pour de mauvaises raisons comme dans l’Allier où la progression du chômage des hommes explique une situation plus égalitaire dans les chiffres.

Importantes inégalités de salaires en Savoie et Haute-Savoie

En matière d’égalité salariale et de taux d’emploi, c’est encore un département auvergnat qui domine : le Cantal. Le taux d’emploi des femmes a progressé de 11 points entre 1999 et 2014. Les femmes y sont majoritairement plus diplômées que les hommes (+ 5 points). Les territoires proches de Lyon sont ceux où le taux d’emploi des femmes progresse le moins.

À l’inverse, en Isère, Savoie ou Haute-Savoie la situation est beaucoup plus inégalitaire. En cause notamment une répartition très différenciée de l’emploi. Dans ces départements, les femmes exercent davantage des activités tournées notamment vers le services à la personne où les rémunérations sont plus faibles.

L’INSEE a transmis ces chiffres à l’occasion du 8 mars, dont on dit qu’il s’agit de la Journée des droits de la femme.