Habillage
[Docu radio] Comment en est-on venu à « déporter » plus de 1600 enfants réunionnais ?
Société 

[Docu radio] Comment en est-on venu à « déporter » plus de 1600 enfants réunionnais ?

actualisé le 10/04/2018 à 14h15

Jeudi 18 février 2016, deux ans après la reconnaissance par l’Assemblée Nationale de « la responsabilité morale de l’Etat français » dans l’exil forcé des enfants réunionnais, la ministre des Outre-Mer George Pau-Langevin mettait en place une commission d’experts indépendants pour faire la lumière sur cette affaire longtemps ignorée.

Son rapport a été rendu public ce 10 avril 2018. Il pointe, de nouveau, la responsabilité de l’Etat.

Le journaliste indépendant lyonnais Jean-Louis Rioual a réalisé en 2010 un documentaire radio sur le sujet diffusé sur France Culture dans l’émission La fabrique de l’Histoire. Rue89Lyon le rediffuse.

De 1963 à 1982, plus de 1 600 enfants réunionnais ont été placés de force par la Ddass dans des familles de départements métropolitains jugés vieillissants. Pour repeupler les zones creuses de la France.

 

Reunion-Bumidom

Le placement forcé des enfants était organisé par le BUMIDOM (Bureau des migrations intéressant les départements d’outre-mer)

En l’écoutant, vous comprendrez mieux la mécanique politico-admnistrative qui a conduit à ce que certains appellent une « déportation ».

Ce transfert forcé d’enfants a été inventé et lancé par le gaulliste « historique », Michel Debré, père de la constitution de la Ve République. Mais il n’aurait pas pu durer près de 20 ans sans le zèle de l’administration.

Ces enfants ont été essentiellement introduits dans les départements ruraux comme le Gers, le Tarn, l’Hérault, la Lozère et surtout la Creuse, d’où le nom d' »Enfants de la Creuse ».

Moins connu, le Rhône a été également l’une de leur destination. Des enfants ont notamment été accueillis à Ecully.

> Voir la page du documentaire sur le site de France Culture.

> Article publié initialement le 19 février 2014

Tags