Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Avant son premier match au Grand Stade, l’OL propose une billetterie hasardeuse

Le 9 janvier prochain l’Olympique Lyonnais inaugurera son Grand Stade à Décines, avec un match contre Troyes.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.

Avant son premier match au Grand Stade, l’OL propose une billetterie hasardeuse

Pour cette première rencontre, la billetterie n’est pas gérée directement par le club, les sièges n’étant pas encore tous numérotés. Les supporters doivent donc passer un système de pré-réservation, géré par un prestataire du club, qui a suscité de l’exaspération et des interrogations de supporters sur les forums.

 

En octobre 2015 les sièges étaient posés sur une moitié des tribunes du stade environ. © BE pour Rue89Lyon
En octobre 2015 les sièges étaient posés sur une moitié des tribunes du stade environ. © BE pour Rue89Lyon

Si vous souhaitez assister aux deux premiers matchs qui auront lieu au Grand Stade de l’OL, à Décines, vous devrez vous caler dans une grande liste d’attente organisée. En réservant, vous n’obtiendrez donc pas une place mais un pourcentage de chance d’en obtenir une.

L’Olympique Lyonnais ne gère donc pas directement la billetterie de ces deux premiers matchs, elle l’a déléguée à l’entreprise spécialisée Seaters. Née en Belgique et aujourd’hui installée à New-York, la société propose aux organisateurs un service d’optimisation de leur taux de remplissage.

En clair, la société gère des listes d’attente d’évènements annoncés complets pour trouver rapidement des acheteurs pour les places laissées vides.

Des sièges pas encore numérotés dans les gradins

Ce mode de gestion complémentaire de la billetterie est le moyen unique de réserver une place pour les deux premiers matchs au Grand Stade. Et ce dès la mise en vente des places le 16 novembre dernier. Pour une raison simple : les sièges dans les gradins ne sont pas encore numérotés. Impossible donc pour le club de de connaître le nombre exact de sièges et de gérer sa billetterie. Quelque chose qui était « prévu » selon Xavier Pierrot, stadium manager à l’OL :

« Quand vous gagnez trois semaines sur la livraison d’un stade c’est forcément des choses qui arrivent. La numérotation prend du temps, on doit vérifier avec nos plans. Elle sera livrée cette semaine. »

Reste que la procédure a pu dérouté. Surtout qu’elle a connu quelques soucis au démarrage. En réservant sa place via Seaters le supporter se voit indiquer un pourcentage de chance d’obtenir une place. Ensuite, il reçoit un « voucher », un bon  qu’il peut échanger contre sa place définitive. « A la mi-décembre », indique-t-on du côté du club. Ce n’est qu’à ce moment-là que le supporter est débité du montant de son achat. En théorie.

Plusieurs d’entre eux ont rencontré des problèmes avec le prestataire de l’OL à l’ouverture de la billetterie le 19 novembre dernier et jusqu’à la semaine dernière. Comme Sébastien :

« J’ai été prélevé avant même d’avoir reçu mon billet ou ma confirmation d’achat. Au départ, ils ne m’ont pas dit si j’allais être remboursé ou si j’allais recevoir un billet. »

Un stade toujours pas plein

Jean-Michel Aulas 002 © Pierre Maier
Jean-Michel Aulas, président de l’OL © Pierre Maier/Rue89Lyon

Ces dernières semaines, les informations ont été parcellaires. L’entreprise parle de « problèmes techniques »aux supporters qui ont demandé des explications et du côté de l’OL on indiquait dans la presse que « si des gens ont déjà été débités, cela signifie qu’ils auront leurs billets pour le match ».

« On a demandé à Seaters de ne pas encaisser à la réservation. Ils ont eu un problème de paramétrage au lancement de la billetterie », explique aujourd’hui Xavier Pierrot.

C’est ce qui est arrivé pour Sébastien suite à de nombreuses demandes et relances de sa part.

« J’ai reçu en réponse un mail cryptique qui était en fait une réponse collective. J’ai ainsi pu voir par la suite qu’il y avait des dizaines de personnes dans le même cas et qui demandaient à être remboursées ou à obtenir la garantie d’avoir une place. Puis un remboursement a fini par arriver. On m’a ensuite annoncé que j’allais recevoir un voucher mais toujours rien. J’ai relancé à plusieurs reprises. Après 15 jours et 5 mails j’ai enfin reçu ma confirmation de place. Mais je pense que beaucoup n’ont pas bien compris le fonctionnement et n’ont pas dû insister. »

Selon Xavier Pierrot, ils ont été « un millier » dans ce cas et leur situation est désormais réglée.

« Pour ces personnes, les pré-réservations se sont transformées en vente. »

Pour les autres, une fois la numérotation des sièges bouclée, les détenteurs d’une réservation se verront attribuer un siège et délivrer leur place définitive.

Pour ce premier match, un peu plus de 20 000 places sont mises en vente selon le club. Les sièges restants sont réservés aux abonnés (15 000 selon le club), aux invitations ou laissés libres en vue du concert d’inauguration qui aura lieu après le match. Si une ruée était annoncée, le stade n’a toujours pas fait le plein. Le site officiel du club indique encore à ce jour des places disponibles.


#Grand Stade

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


Jean-Michel Aulas Président de l'Olympique Lyonnais

Photo : Pierre Maier/Rue89Lyon

conférence de presse Décines - Grand Stade : Jean-Michel Aulas (président de l'OL) & Laurence Fautra (maire de Décines-Charpieu) / Crédits Axel Poulain/Rue89Lyon
Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade de l'OL. Crédit : DD/Rue89Lyon.
Partager
Plus d'options