Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Lyon se gagne au centre mais pas par un parti centriste

Si les mouvements d’extrême droite radicale sont bien implantés dans la ville, où le FN tiendra congrès fin novembre, cela ne se traduit pas dans les urnes. Pour Collomb comme pour ses prédécesseurs, la capitale des Gaules se gagne au centre… mais pas par un candidat du centre.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.

vigie-Lyon-ville-centriste

SUR SLATE.FR

Slate.fr analyse cet apparent paradoxe entre une extrême droite très implantée et une culture politique très centriste en interrogeant notamment l’historien Bruno Benoît et les sociologues Yves Grafmeyer et Marie Vogel.

Pour l’historien, ce «modérantisme» lyonnais comme il le nomme dans son ouvrage (L’identité politique de Lyon) s’explique par le « traumatisme » vécu par la capitale des Gaules durant la Révolution française, époque où la vie politique lyonnaise était marquée par deux hommes : d’un côté, le royaliste Jacques Imbert-Colomès, échevin de la ville, de l’autre, le montagnard Joseph Chalier, influencé par Marat.

Pour les sociologues, «La commune de Lyon, centre de la communauté urbaine, est bien une ville bourgeoise». Quant à Gérard Collomb, il a particulièrement bénéficié de l’essor de nouvelles couches sociales, des personnes qualifiées, diplômées, venant des milieux des nouvelles technologies, du spectacle, de l’information, ouvertes aux thèmes de gauche.

A lire sur Slate.fr

 

 

 


#Municipales 2014

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Aucun mot-clé à afficher

Partager
Plus d'options