Habillage
Les Lyonnais veulent sauver leurs quenelles
Actualité 

Les Lyonnais veulent sauver leurs quenelles

Les temps sont durs pour la quenelle en ce moment. Entre les expéditions punitives qu’elle provoque et Manuel Valls qui voudrait interdire les spectacles de l’un de ses principaux instigateurs, Dieudonné, les quenelles sont partout. Et le geste fait débat : est-il antisémite, antisioniste ou antisystème ?

A Lyon, la polémique prend aussi une toute autre tournure.

« Je suis choqué et scandalisé. Nous n’avons pas besoin de ça », affirmait il y a une semaine Patrick Battendier, directeur général du fabriquant de quenelles Giraudet.

Pour le moment, pas de dommages collatéraux pour l’entreprise qui emploie 50 personnes à Bourg-en-Bresse, mais le dirigeant craint des retombées pour l’image de la spécialité culinaire lyonnaise. Patrick Battendier déclarait même dans les colonnes du Progrès vouloir vérifier les dispositions juridiques concernant l’utilisation de la marque. Or, la marque « quenelle » a été déposée en décembre à l’Institut national de la propriété intellectuelle par la compagne de Dieudonné.

quenelleQuenelle de brochet soufflée.  ©wEnDy / Flickr / CC

 

« Pas touche à LA quenelle »

Sur le nouvelobs.com, c’est le gérant de la maison Malartre, spécialisée dans la fabrication traditionnelle de quenelles, qui s’offusque :

« Depuis quelques jours, avec la polémique autour de Dieudonné, la « quenelle » a pris un nouveau sens. Cette soudaine médiatisation n’est pas accueillie à bras ouverts. »

Avant d’ajouter :

« La quenelle est un produit historique, elle fait partie du patrimoine gastronomique français. À Lyon, on ne peut pas se permettre de la critiquer. Pas touche à LA quenelle. »

Sur Facebook, les Lyonnais ont même créé une page pour sauver la quenelle lyonnaise. Mais ce mardi matin, la page « Contre l’exploitation fasciste de la gastronomie lyonnaise » ne recueillait que 49 « likes ».

Quant à l’élu socialiste du 7e arrondissement de Lyon, Romain Blachier, dans un billet intitulé , il s’interroge :

« C’est tout de même ennuyeux ce plat fédérateur renvoyé à des mouvances souvent antisémites. Certes si le made in Lyon est synonyme de qualité, le nom n’est pas déposé. Faut-il que Lyon fasse un procès pour atteinte à son image ? Ce serait peut-être un peu trop pittoresque même si il y aurait une dimension indéniablement goûtue. »

L'AUTEUR
Leïla Piazza
Leïla Piazza
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans la Loire

par Bertrand Enjalbal. 3 156 visites. 1 commentaire.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans le Puy-de-Dôme

par Bertrand Enjalbal. 925 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie en Haute-Savoie

par Bertrand Enjalbal. 14 142 visites. Aucun commentaire pour l'instant.